Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Élections couplées de 2020 : « On peut militer pour un parti, on peut défendre (...)

Élections couplées de 2020 : « On peut militer pour un parti, on peut défendre l’idéologie de son parti, mais il faut le faire de façon courtoise et respectueuse. »

Une semaine déjà que la campagne pour les élections couplées présidentielle et législatives de 2020 au Burkina Faso a été lancée. La province du Yatenga, réputée être une zone à fort engouement lorsqu’il s’agit de politique, du fait de son histoire et des grands acteurs politiques qu’elle a connus, vit au rythme de cette campagne. Si des sorties et des meetings sont tenus dans des villages de la province, Ouahigouya, chef-lieu de la province, est toujours timide. Comment il apprécie le déroulement de la campagne dans la province du Yatenga et qu’est-ce qu’il attend des futurs dirigeants, Youssouf OUÉDRAOGO s’exprime au micro de Civitac.

« Au Yatenga particulièrement, nous observons que tout se déroule bien, même si pour l’instant c’est assez timide », entame Youssouf OUÉDRAOGO dans son propos. Pour lui le début est assez timide pour ce qui est de la ville de Ouahigouya. Cela pourrait s’expliquer par le fait que Ouahigouya est le chef-lieu de la région du Nord. Les différents candidats sont en train de converger vers les communes rurales, les villages les plus reculés pour toucher la base, avant de conclure les deux dernières semaines dans la ville de Ouahigouya. Pour l’instant, ce qui est observable dans la cité de Naaba-Kango, ce sont les parades, la présence des affiches des différents candidats dans la ville. A en croire Youssouf OUÉDRAOGO, tout se passe bien. « Je n’ai pas encore constaté de problème entre partis politiques dans le Yatenga, sauf quelques jeunes qui, sur les réseaux sociaux, se flèchent avec des messages parfois vulgaires. Sinon dans l’ensemble la campagne se passe bien dans la province du Yatenga, sans incidences. » Pour des élections apaisées, Youssouf OUÉDRAOGO appelle les jeunes à savoir raison garder et à prioriser l’intérêt supérieur de la nation. « On peut militer pour un parti, on peut défendre les idéologies de son parti, mais il faut le faire de façon courtoise, respectueuse », dit-il. Par ailleurs, il souhaite que chaque candidat, surtout les candidats à l’élection présidentielle, puisse baser sa campagne sur son projet ou programme de société pour convaincre les électeurs et non procéder par des attaques, des dénigrements, des autres partis concurrents, et surtout éviter la démagogie. D’une manière générale, le Burkina Faso est mûr démocratiquement, et Youssouf espère que les différents candidats respecteront ce principe démocratique afin que nous ne fassions pas de recul. « Au soir du 22 novembre 2020, un président sera élu et j’espère que celui qui sera élu respectera ses engagements. »

Boris Wend-La Sida OUÉDRAOGO, Observateur Civitac, Ouahigouya

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Atelier régional de vulgarisation de la plateforme Civitac et de formation en communication publique multimédia

Du 24 au 27 novembre 2020 à Fada.

Atelier de production capitalisation radio, contrôle citoyen et reddition des comptes

Du 12 au 13 novembre 2020 à Koudougou.

Journée de dialogue OSC-élus locaux

Le 12 novembre 2020 à Titao.

 

Visiteurs connectés

3 visiteurs en ce moment

Total visites 2020 : Web Hits