Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Boussé : les boulangeries traditionnelles en quête d’accompagnement

Boussé : les boulangeries traditionnelles en quête d’accompagnement

Bien que concurrencé par le pain moderne, le pain local a réussi à se faire une place et pas des moindres dans les habitudes alimentaires de la population de Boussé et des villages environnants. Ce pain, ou « taab nin non » en langue nationale mooré, les Bousséens en raffolent, à tel point que l’on dénombre une dizaine de boulangeries traditionnelles dans le chef-lieu de la province du Kourwéogo. Celles-ci produisent régulièrement de grandes quantités de pain pour satisfaire leurs clientèles. Curieuse d’en savoir davantage sur le fonctionnement de ces petites unités de production locale, Civitac, de passage dans la localité, s’est entretenue avec le responsable de l’une d’elles.

Salif OUÉDRAOGO, originaire de la ville de Ouahigouya, est le propriétaire de la boulangerie Yadéga sise au secteur 1 de Boussé, à proximité de la route nationale N°2. Pour ce jeune père de famille de 30 ans, la production des baguettes de pain local n’a plus de secret, puisqu’il totalise 16 ans dans le milieu. « Je travaillais avec mon grand frère de 2004 à 2011, et en 2012 je me suis installé à mon propre compte. »

Salif OUÉDRAOGO, propriétaire de la boulangerie traditionnelle Yadéga.

Dès 2h du matin, M. OUÉDRAOGO est déjà affairé dans sa boulangerie à pétrir la pâte, à former les baguettes et à les passer au four afin d’espérer avoir une bonne quantité de pain pour assurer le petit-déjeuner de ses clients car, selon lui : « Tu ne peux pas te réveiller après 2h du matin et faire du pain pour que quelqu’un l’accompagne avec son café. Ce n’est pas possible. » Au regard de la diversité de la clientèle de la boulangerie Yadéga, composée de grossistes et de détaillants, son propriétaire et ses employés produisent entre 1 000 et 1 500 baguettes de pain par jour. Ces baguettes sont distribuées aussi bien dans la ville de Boussé que dans les villages environnants comme Nagraboogo, Yaartenga, Laarlé, Gasma, Kinkilma, etc.

L’activité semble nourrir son homme
Selon M. OUÉDRAOGO, les recettes enregistrées par jour varient entre 50 000 F CFA et 75 000 F CFA - à raison de 50 F CFA la baguette de pain - et souvent un peu plus quand ce sont les week-ends. Il explique que : « Les week-ends nous arrivons à avoir beaucoup de clients parce que la route est beaucoup fréquentée, les voyageurs sont nombreux et font escale pour acheter le pain, surtout quand nous venons tout juste de le faire sortir du four. Ils aiment ça. » Avec ces recettes, le métier semble nourrir son homme, mais M. OUÉDRAOGO n’est pas totalement de cet avis car, nous fait-il remarquer, en déduisant les dépenses qu’il y a derrière, notamment pour l’achat des ingrédients et du combustible, les employés à payer, etc. il ne reste plus grand-chose. Cependant il reconnaît que ce qu’il gagne permet à sa famille et à lui d’être à l’abri du besoin, ce qu’il estime comme le plus important.

Des baguettes de pain prêtes pour la vente.

Les difficultés, il n’en manque pas...
Comme dans toute entreprise, les difficultés, si minimes soient-elles, ne manquent pas, et M. OUÉDRAOGO ne dit pas le contraire dans la mise en œuvre de son activité : « C’est un travail qui demande beaucoup d’effort physique, parce que, comme je vous l’avais dit, chaque jour que Dieu fait, à 2h du matin nous sommes sur pied pour travailler. Ce qui fait que nous ne nous reposons pas assez. En plus, pétrir la pâte à la main n’est pas chose aisée. C’est l’une des raisons mêmes qui effraient beaucoup de jeunes dans ce métier. » Aussi déplore-t-il un manque d’accompagnement dans le domaine de la boulangerie dans la commune : « Souvent on lance des subventions pour accompagner les entreprises du secteur informel, et quand on est informé on n’hésite pas à postuler, mais sans succès. Nous ne connaissons pas la raison, mais quand on chercher à savoir, on nous fait comprendre que ça ne concerne pas les boulangeries. »

Un cri de cœur des boulangeries traditionnelles de la commune est alors lancé par la voix du propriétaire de la boulangerie Yadéga auprès des autorités. Il exhorte ces dernières à prendre en compte à l’avenir dans les projets l’accompagnement des boulangeries traditionnelles. Il justifie ainsi cette doléance : « Le pain local de Boussé a quand même maintenant une renommée au Burkina et ne doit pas rester sans progresser. Il serait intéressant que les autorités accompagnent les boulangers locaux dans leur activité afin d’améliorer et d’augmenter leur productivité. »

Anaïs MONÉ, Observatrice Civitac, Plateau central

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

14e édition du Festival Dilembu au Gulmu (FESDIG)

Du 1er au 04 avril 2021.
Thème : "Les arts et la culture au cœur de la résilience dans la région de l’Est : quelle synergie d’action pour relever le défi ?"

Panel d’information et de sensibilisation des leaders communautaires sur l’extrémisme violent, la cohésion sociale et la promotion des droits humains

le 23 mars 2021 à partir de 9 h.

Rencontre d’échange sur les mesures sécuritaires dans la commune de Diapaga

Les 22 et 23 mars 2021.

 

Civiteam

Aller sur Civiteam http://civiteam.org/ Web Hits