Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Commune de Poa : l’Association Kiib Teega Wendé forme des acteurs locaux sur (...)

Commune de Poa : l’Association Kiib Teega Wendé forme des acteurs locaux sur l’organisation et le fonctionnement de l’état civil

Les 30 et 31 mars 2021 s’est déroulée, à la préfecture de Poa, une session de formation sur l’organisation et le fonctionnement de l’état civil. Adressée à des leaders religieux et coutumiers ainsi qu’à des Comités villageois de développement ou encore des Associations de parents d’élèves et d’autres acteurs de la société civile, la formation a permis à ces participants d’être éclairés sur un certain nombre de questions qui entourent l’état civil, ce service névralgique de toutes les communes.

C’est la quatrième fois que l’Association Kiib Téga Wendé organise une session de formation en lien avec les questions d’état civil dans la commune de Poa. Tout comme les précédentes sessions, cette dernière a pu également bénéficier de l’appui du Laboratoire Citoyennetés dans le cadre de la phase 2 du programme d’appui à la Décentralisation et à la Participation citoyenne (DEPAC-2), qui est sous financement de la Coopération suisse. Selon Philippe NITIÉMA, président de l’Association Kiib Teega Wendé, ces actions partent du constat que dans la commune de Poa, comme dans la plupart des collectivités du Burkina Faso, l’état civil reste confronté à un problème de méconnaissance de son intérêt dans la vie du citoyen. D’où la nécessité de former ces acteurs tels que les CVD, les leaders religieux et coutumiers, les Associations de parents d’élèves et les acteurs de la société civile, ainsi que les dix leaders communautaires de l’association présents dans chaque village et qui travaillent à amener les populations à faire des déclarations lorsqu’il y a des naissances ou des décès. « Nous nous sommes dit que s’ils ont l’information juste sur le processus de l’état civil, ils pourront servir de relais pour la sensibilisation des citoyens », confie M. NITIÉMA.

L’objectif de l’association est de former ces acteurs pour qu’ils servent de relais auprès des populations.

Comme formateur, c’est Boureima KABORÉ, ancien directeur de l’état civil de la commune de Koudougou, qui s’est chargé d’animer les différentes communications avec les participants. Au nombre de trois, les modules de la formation ont porté sur les généralités en lien avec l’état civil, les différents documents de l’état civil et le contrôle de l’activité des officiers de l’état civil et les sanctions encourues. A la fin de chaque communication, l’on a pu assister à des échanges, permettant aux uns et aux autres de trouver des réponses à leurs préoccupations ou encore de partager leurs expériences.

Venue du village de Loaga, Hélène NABAYAOGO, née KIENDREBÉOGO, salue l’initiative de l’association qui lui a donné de mieux comprendre l’état civil et ses implications. Maurice BOUDA, pour sa part, a également traduit sa reconnaissance envers l’association pour cette opportunité qu’elle a donnée de comprendre beaucoup de choses sur l’état civil. « Avec cette formation, on arrive à comprendre qu’un enfant sans certificat d’acte de naissance est comme une personne qui n’existe pas. Cette formation nous éclaire davantage et, à notre tour, nous allons maximiser sur la sensibilisation dans nos lieux de culte afin que les citoyens prennent conscience des conséquences que l’absence de certains actes peut causer », a assuré ce pasteur au secteur 4 de Poa.

Maurice BOUDA, pasteur au secteur 4 de Poa.

C’est le même son de cloche chez le chef du village de Loaga, Naaba Bulga. « Cette formation nous permet de savoir comment les choses se déroulent au niveau de l’état civil. Nous sommes heureux de cette démarche parce qu’auparavant nous ignorions l’importance de certains actes tels que les actes de décès ou encore de mariage. Nous pensions qu’après l’obtention de l’acte de naissance, il n’y avait plus rien à faire pour nous au service de l’état civil. » Après cette formation, les actions de sensibilisation se poursuivront à travers des théâtres-fora dans les villages, suivis d’une émission radio, toujours sur la question de l’état civil.

Romuald Windenonga OUÉDRAOGO, Observateur Civitac, Centre-Ouest

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

14e édition du Festival Dilembu au Gulmu (FESDIG)

Du 1er au 04 avril 2021.
Thème : "Les arts et la culture au cœur de la résilience dans la région de l’Est : quelle synergie d’action pour relever le défi ?"

Panel d’information et de sensibilisation des leaders communautaires sur l’extrémisme violent, la cohésion sociale et la promotion des droits humains

le 23 mars 2021 à partir de 9 h.

Rencontre d’échange sur les mesures sécuritaires dans la commune de Diapaga

Les 22 et 23 mars 2021.

 

Civiteam

Aller sur Civiteam http://civiteam.org/ Web Hits