Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Piéla : la promotion des ressources agro-sylvo-pastorales au cœur de la (...)
Piéla : la promotion des ressources agro-sylvo-pastorales au cœur de la stratégie de la commune

Il a été célébré, du 20 au 22 mai 2021 dans l’enceinte de la mairie de Piéla, la troisième édition de la foire internationale agro-sylvo-pastorale de Piéla placée sous le thème : « Assurer le financement des activités de productions agro-sylvo-pastorales pour une résilience des jeunes et des femmes face au défi sécuritaire ». L’événement, qui a connu la présence de quelques centaines de personnes, dont les producteurs venus exposer leurs œuvres, a fait la part belle aux potentialités agro-sylvo-pastorales de la commune et s’est penché sur le défi du financement de cette filière stratégique. Cette troisième édition de la foire internationale de Piéla a été patronnée par Mathias TANKOANO, président du Conseil supérieur de la Communication, et coprésidée par Salifou OUÉDRAOGO, ministre de l’Agriculture, des Aménagements hydrauliques et de la Mécanisation, en présence de Dr Elise ILBOUDO, ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme.

Dans un contexte de changement climatique avec ses corollaires, le système économique communal veut pourtant arriver à assurer la sécurité alimentaire des personnes, dégager des revenus financiers pour répondre aux besoins quotidiens (santé, transport, frais de scolarité, habillement, fêtes traditionnelles et religieuses), tout en garantissant la pérennité des ressources naturelles. Commune à fort défi sécuritaire, Piéla fait face à des déplacements massifs de populations, remettant au goût du jour la nécessité d’organisation et de promotion du secteur agro-sylvo-pastoral. C’est ce qui a motivé l’organisation d’une foire internationale pour promouvoir le secteur agro-sylvo-pastoral, clé de voûte de l’économie rurale.

Les différentes études, dont celles entreprises dans le cadre de la révision du PCD et par des partenaires, comme le projet Valpape [mise en œuvre par l’ONG Tin Tua], ont préconisé une évolution des pratiques agro-sylvo-pastorales et des secteurs de soutien aux productions et la promotion de celles-ci, rappelle avec force l’administration municipale. En effet, la commune de Piéla regorge d’un fort potentiel agro-sylvo-pastoral et tient une place de choix aux niveaux provincial et régional dans la production de certains produits agricoles comme le niebé et le sorgho. La commune excelle également dans le maraîchage et les cultures de contre-saison.

Améliorer la sécurité alimentaire et augmenter les revenus dans les ménages dans un contexte de crise sécuritaire
Et c’est pour promouvoir et faire découvrir la diversité et la qualité des productions agro-sylvo-pastorales de la région, offrir une opportunité aux acteurs de nouer des partenariats, susciter le partage d’expérience dans les domaines des productions agricoles, pastorales et sylvicoles que « le Conseil municipal a tenu à organiser cette foire dans ce contexte particulièrement difficile », confie Idrissa BILGO, Secrétaire général de la mairie. Avec le flux important de déplacés internes dans la région [ndlr. de l’Est], la sécurité alimentaire est vivement menacée. Des efforts conjoints de l’Etat et des organisations humanitaires tentent d’accompagner les victimes mais le besoin reste assez grand. L’accompagnement soutenu des producteurs s’impose comme une urgence.

Le ministre de l’Agriculture, Salifou OUÉDRAOGO, président de l’activité, a, quant à lui, salué la pertinence du thème qui interpelle sur la nécessité de déployer plus d’efforts pour hisser l’agriculture burkinabè sur la trajectoire d’une croissance inclusive et d’un développement durable. « Les acteurs de la région de l’Est et de la province de la Gnagna […] sont déjà engagés dans cette dynamique, avec des performances appréciables dans la diversification et l’intensification de la production », a-t-il laissé entendre.

Mathias TANKOANO et quelques officiels font un don symbolique à un producteur.

Sensibiliser et organiser les acteurs
Cette foire a réuni des élus politiques, la diaspora de la commune et des partenaires au développement, qui ont reconnu la nécessité d’encourager l’organisation formelle des producteurs en groupement ainsi que la professionnalisation de ceux-ci afin de faciliter leur encadrement et financement, et de mettre l’accent sur la sensibilisation des acteurs sur les opportunités de financements publics existants afin de susciter la « création d’entreprises agricoles surtout de la part des plus jeunes ». Ainsi, les producteurs devraient acquérir plus de connaissances techniques pour dompter l’érosion, mieux maîtriser l’eau et améliorer les rendements. Le ministre Salifou OUÉDRAOGO a ainsi invité les producteurs de la Gnagna à s’approprier davantage les réformes et les stratégies de son département pour le développment harmonieux des chaînes de valeurs agro-sylvo-pastorales. Il s’agit, entre autres, de la distribution électronique des intrants et équipements agricoles, de la mise en place des exploitations agricoles innovantes et résilientes ainsi que de l’adoption du Code des investissements agro-sylvo-pastoraux, halieutiques et fauniques. Le ministre a également évoqué l’initiative « Une Commune, Un Tracteur » en cours dans son ministère, puis a engagé les producteurs à s’investir pour la réalisation de l’objectif : « Produire un million de tonnes de riz ». Par ailleurs, il a rassuré de la réhabilitation prochaine du barrage de Dabesma pour améliorer la productivité agricole dans la province.

La résilience de la population saluée
Au regard du contexte national et celui de la région de l’Est en particulier marqué par l’insécurité et la crise sanitaire, la tenue de cette foire est la preuve de la résilience des populations, s’est réjoui le patron de l’activité, Mathias TANKOANO. Il a salué le courage des producteurs et les a invités à relever le défi de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la région.

Mathias TANKOANO (en premier plan), Président du CSC, patron de l’activité, visite et encourage les exposants.

Certains producteurs exemplaires ont bénéficié de matériels agricoles, dont des charrettes et des charrues. A en croire le maire Hahadou Daniel NADINGA, les produits agro-sylvo-pastoraux tiennent une place dans la stratégie de développement de la commune. Et c’est pourquoi « nous en appelons toujours à l’aide des partenaires et de la diaspora pour améliorer l’organisation et le financement de nos producteurs », a-t-il indiqué.

Tûwênd Nooma Jean Damase ROAMBA, Observateur Civitac, Région de l’Est

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Valorisation du patrimoine culturel du Burkina : ACT ÉCOLE fait découvrir les trésors touristiques du Kourittenga
Dans le cadre de son programme triennal, l’association Action pour la culture et le tourisme à l’école « ACT-ECOLE » a organisé, le mardi 18 juin 2024, deux activités majeures : une formation des guides (...) Lire la suite
Rentabilité du secteur touristique au Burkina : Le ministère en charge du Tourisme prône la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme
Le ministère de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme a tenu, le mardi 11 juin 2024, une session de sensibilisation sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le (...) Lire la suite
Musée national du Burkina Faso : exposition des « Masques : au-delà du visible »
Le Musée national du Burkina Faso (MNBF) a procédé, dans l’après-midi de ce vendredi 14 juin 2024 à Ouagadougou, au vernissage de son exposition permanente : « Masques : au-delà du visible ». La (...) Lire la suite
Toute l'actualité