Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Commune de Fada : La hache de guerre entre les villages de Koaré et Bounkpa (...)

Commune de Fada : La hache de guerre entre les villages de Koaré et Bounkpa désormais enterrée

C’est une médiation réussie pour le Collège de Dialogue et de Médiation (CDM) de Fada N’Gourma. Et pour cause, la hache de guerre entre les villages de Koaré et de Bounkpa est désormais enterrée. Saisis sur un litige foncier qui oppose deux villages de la commune de Fada N’Gourma, à savoir le village de Koaré et de Bounkpa, le CDM dirigé par les dignitaires religieux de la cité de Yendabri, et la mairie de Fada N’Gourma ont réussi à racoler la brèche et ainsi éviter le pire. Le 13 août 2021 à la mairie de Fada, les responsables traditionnels des deux bourgades et leurs sujets ont réaffirmé leur volonté commune de trouver une solution durable pour cette forêt mitoyenne, objet de la crise.

Après de longues et difficiles concertations sous la houlette du CDM, les deux parties ont convenu de faire libérer, dès la fin de cette saison agricole, la forêt, une zone de pâturage occupée actuellement en partie pour l’agriculture. Le 13 août 2021 restera un jour mémorable pour les villages de Koaré et de Bounkpa distants respectivement de 15 et de 30 km de la ville de Fada N’Gourma dont ils relèvent administrativement. Quand la rencontre prit fin autour de 15h, on lisait aisément le sourire dans le visage de nombreux participants. « On n’y croyait pas », confesse le bourgmestre de Fada N’Gourma Jean-Claude LOUARI. « C’est une grande étape », renchérit le Pasteur Albert YONLI, président du CDM. « On est très fier que les deux parties aient accepté le dialogue. », ajouta-t-il. Car en effet, ce n’était pas « du gagné » selon les différents témoignages, tant l’écorchure entre les deux villages a failli mettre à mal leur cohésion.

Malgré la longue attente, les femmes ne se sont pas fait conter l’événement

Dès 09h de cette matinée du 13 août, ils étaient-là, les chefs Yembilima de Koaré et Belemtoudou de Bounkpa. Pas dans un palais royal. Mais à la mairie de Fada N’Gourma sur demande du CDM. Les visages graves, les deux autorités traditionnelles n’ont apparemment pas voulu envoyer d’émissaires au regard de l’enjeu. Pendant que les journalistes et les citoyens des deux villages étaient dans la salle de la réunion dès 10h, en attente du début de la cérémonie, la concertation entre les deux autorités traditionnelles et les responsables du CDM retirés dans le bureau du maire semblait se poursuivre. 12h15. La fumée blanche n’était toujours pas sortie. Et rien ne filtrait des concertations, laissant interrogatifs les participants qui attendaient dans la grande salle. Tenaces et déterminés à voir le bout du tunnel, certains participants sortirent se rafraichir en attendant « le verdict ».

Les responsables du CDM (le Pasteur YONLI deuxième à partir de la gauche) et le maire de Fad N’Gourma

Ce n’est qu’après plusieurs heures de conciliabules que le CDM et le maire de Fada ont finalement intégré la salle de réunion autour de 13h moins le quart. « Nous sommes dans une société d’oralité », rappellera plus tard le bourgmestre de Fada, avant d’expliquer que le retard est lié au fait que le CDM et la mairie ont dû « s’assurer » que les « conclusions des concertations précédentes étaient définitives et partagées par les deux parties » avant d’entamer la plénière.

La zone de pâturage mitoyenne, objet du litige
C’est l’histoire d’une forêt située entre Koaré et Bounkpa, traditionnellement sous la propriété de Koaré. D’après ce que nous avons compris, cette forêt servait de zone de pâturage depuis les temps immémoriaux. Entre temps, cette forêt aurait été ponctionnée par Bounkpa (le fils de Koaré) pour donner hospitalité à ses hôtes. Le chef de Koaré serait remonté pour n’avoir pas été informé. C’était le début de la crise.

Le CDM, la rampe du dialogue
Le climat devint tel, que la mairie a fini par saisir le CDM pour essayer de trouver une solution à la situation. Face à la crise, les leaders religieux qui dirigent le Collège du dialogue et de médiation deviennent les médiateurs idéaux qui tentent un dialogue entre Koaré et Bounkpa.

Le chef Yembilima de Koaré

« En effet, s’interroge le chef Yembilima de Koaré, comment ne pas accepter le pardon après la mobilisation de tant de personnes ? » Voilà pourquoi, il a consenti à participer aux différentes rencontres de concertations commanditées par le CDM. « Quand tu fais la cour à une femme, il faut y aller à plusieurs reprises. » , lança le notable taquin, en référence aux multiples rencontres qui ont débouché sur cette journée du 13 août. Derrière lui, ses sujets acquiescent joyeusement de la tête. « Toute personne aime le respect », poursuivit-il pour interpeller sur la nécessité de ne pas perdre de vue les valeurs ancestrales.

Des recommandations
Débout face à l’assemblée, le maire LOUARI a fait lecture des décisions issues des vives concertations du CDM d’avec les notables coutumiers. Entre autres décisions, on retient les recommandations suivantes :

  • Qu’il n’y ait dorénavant ni de champ ni de maison dans la forêt ;
  • Tous les champs et maisons qui sont dans la brousse c’est-à-dire l’espace dévolu à la zone de pâturage, doivent quitter la zone afin qu’elle serve exclusivement au pâturage des troupeaux ;
  • Qu’aucun habitant des deux villages vivant à proximité de la forêt n’y accueille un étranger sans que les deux chefs ne soient informés ;
  • Que la mairie veille à mettre des bornes pour délimiter la zone de pâturage en question.

Il a ensuite précisé que les mesures ne rentrent pas en vigueur pendant cette saison pluvieuse mais dès la fin de la saison. Emboîtant ses pas, Monseigneur Pierre-Clavier MALGO, l’évêque du diocèse de Fada N’Gourma et vice-président du CDM, a exhorté les parties à « prendre des mesures pour informer les autres citoyens de ces deux villages qui n’ont pas assisté la rencontre. »

La satisfaction est unanime

Le Président du CDM, le Pasteur YONLI a quant à lui, salué la sagesse des deux chefs qui ont pris des mesures « pour que le sang ne coule pas. » Il a par ailleurs réaffirmé la satisfaction du CDM qui a pu travailler à ce que « la maison commune de paix entre Koaré et Bounkpa ne s’écroule pas. »

Scène mémorable de la journée : c’est quand les deux chefs se sont salués, tout sourire, devant les ovations de leurs sujets et des autres participants. Bounkpa étant issu de Koaré, « je ne devais pas saluer le chef Belemtoudou dans les normes. » confie le chef Yembilima de Koaré, avant d’ajouter qu’il l’a fait pour renforcer la cohésion d’avec son « fils ».

« Le pardon seulement. C’est tout ce que nous demandons. Nous sommes vraiment contents. », se fait écho le chef Belemtoudou de Bounkpa. Il dit être satisfait de l’issue de l’affaire. A l’en croire, des actions seront menées dès la fin de la saison pour que ceux qui sont dans la forêt soient déguerpis vers des zones adaptées.

Le chef Belemtoudou de Bounkpa et quelques uns de ses sujets.

Sourire aux lèvres, l’assistance, sans doute rassérénée par les différentes exhortations et les conclusions auxquelles les différentes parties sont parvenues, a pris une photo de famille pour immortaliser cette mémorable victoire d’étape. Une victoire d’étape qui a sonné le glas du langage des sourds et promet de lendemains meilleurs pour les deux bourgades. A condition que le dialogue reste constant pour concrétiser ces recommandations qui trouvent l’assentiment de tous.

Créé en juillet 2020 par la commune de Fada N’Gourma, conformément aux recommandations des journées de dialogue intercommunautaire pour la paix, le Collège de Dialogue et de Médiation de la commune de Fada est un cadre multi-acteurs de vingt-trois (23) membres. Le Collège se veut un instrument au service de la paix et de la cohésion sociale.

Tûwênd Nooma Jean Damase ROAMBA, Observateur Civitac, Fada N’Gourma

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités du plan d’action opérationnel financé par le Laboratoire Citoyennetés au profit de la commune de Manni, des séances de formation sont prévues au profit des élus locaux sur le processus d’élaboration du budget participatif

Les 20, 21 et 22 septembre 2021 à 9h à Manni

Commune de Manni : Séances de formation des élus locaux et agents de l’administration communale de la mairie sur le processus d’élaboration du Burkina participatif

Les 20, 21 et 22 septembre 2021 à 09h à Manni.

Prévention et gestion des conflits : le Programme DEPAC-2 forme des observateurs de l’APDG sur l’outil « KoboCollect »

Du 17 au 22 août 2021 à Fada N’Gourma

 

Civiteam

Aller sur Civiteam http://civiteam.org/ Web Hits