Vous êtes ica: Accueil > Actualité > La téléconsultation médicale : une réalité pratique au Burkina depuis le 3 août (...)

La téléconsultation médicale : une réalité pratique au Burkina depuis le 3 août 2021

L’accès aux spécialistes de santé demeure très faible au Burkina Faso. Au ratio médecin/population très en dessous du seuil de l’OMS, s’ajoutent les distances entre malades et centres spécialisés. Pour résoudre cette crise, le gouvernement se penche de plus en plus vers le numérique. Après la ville de Tenkodogo, c’est le centre hospitalier régional de Dori, dans la région du Sahel, qui expérimente cette nouvelle procédure de prise en charge des patients à la date du 6 août 2021. Conçue et mise en place par les techniciens burkinabè du ministère de l’Economie numérique, cette nouvelle plateforme vise à améliorer l’offre de santé, en permettant aux populations des régions de bénéficier de l’expertise des spécialistes pour la prise en charge de leur état sanitaire.

Le gouvernement du Burkina Faso à travers la ministre de l’Economie numérique, des Postes et de la Transformation digitale, Hadja OUATTARA/SANON , et son homologue de la Santé, Charlemagne OUÉDRAOGO, ont procédé depuis le mardi 3 août à l’expérimentation de la télémédecine à travers le pays. L’opération qui n’est encore qu’à la phase de la téléconsultation a déjà connu deux cas pratiques menés avec succès.

Le premier concernait la prise en charge d’un patient de Tenkogodogo, souffrant de problèmes de peau, par une dermatologue du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Yalgado OUÉDRAOGO à Ouagadougou. La seconde téléconsultation intervenue le vendredi 6 août a porté sur la prise en charge d’une patiente de 14 ans, victime d’une morsure de serpent, dans la ville de Dori par un médecin spécialiste basé à Ouagadougou.

Le patient de Tenkogodogo, souffrant de problèmes de peau

Une séance de consultation s’est tenue entre un spécialiste en pédiatrie du CHU Yalgado OUÉDRAOGO à Ouagadougou, et un médecin, à Dori, dans la région du Sahel. Sur un écran, dans son bureau au département de pédiatrie du CHU Yalgado OUÉDRAOGO à Ouagadougou, le professeur Fla KOUETA consulte une patiente admise au centre hospitalier régional de Dori, à environ 270 km de la capitale.

Un échange facilité

Le médecin traitant fait le point sur l’état de santé de la patiente. Le spécialiste réajuste le traitement et demande des examens complémentaires : « Cet exercice nous a permis naturellement de rentrer en contact avec nos collègues de Dori, et de pouvoir échanger sur le cas d’un patient qui est dans une situation délicate. Il a une envenimation grave de type 3 ou 4. Globalement, ça nous permet de faire l’expertise et de renforcer les équipes qui sont en périphérie. » affirme le professeur Fla KOUETA

Le professeur Fla Koueta, spécialiste en pédiatrie du CHU Yalgado Ouédraogo

La téléconsultation pour combler le manque de ressources humaines en santé

Pour le ministre de la Santé, Pr Charlemagne OUÉDRAOGO, la téléconsultation permet de combler le gap en ce qui concerne les ressources humaines qualifiées dans le secteur de la Santé, mais aussi aux praticiens d’échanger leurs points de vue sur des cas de maladies afin de trouver le bon diagnostic. « L’avantage c’est de permettre de combler un gap en ressources humaines qualifiées qui n’existent pas dans les régions sanitaires à un niveau souhaitable, et aussi permettre aux différents praticiens de mener un débat contradictoire pour l’intérêt du malade. Vous avez vu que grâce à l’appui du médecin spécialiste du CHU Yalgado en dermatologie, le médecin généraliste qui se trouve dans un CHR en province a eu un renforcement de capacités et il a eu des orientations pour que le malade puisse être dans un circuit pour améliorer son diagnostic et pouvoir recevoir un traitement adéquat pour guérir », a indiqué le ministre.

L’équipe médical

Après Tenkodogo, c’est la ville de Dori qui vient d’être équipée pour la téléconsultation. L’objectif, pour le gouvernement burkinabè, c’est d’améliorer l’offre de santé en mettant à la disposition des Centres régionaux de santé, des spécialistes. « L’avantage, on l’a vu en visitant les services de pédiatrie. Ces enfants auraient pu avoir un meilleur état de santé si, dès la consultation dans leur commune, ils avaient bénéficié de l’avis d’un spécialiste. Donc il nous faut aller rapidement, en faisant en sorte que ce dispositif soit installé », souligne Hadja OUATTARA / SANON, ministre de l’Économie numérique, des postes et de la transformation digitale.
Elle rassure que des dispositions sont prises pour la protection des données à caractère personnel des patients.

Céline SÉOGO, Observatrice Civitac, Ouagadougou

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

La 6e édition de la semaine nationale de sécurité routière de l’ONASER s’annonce riche en couleurs

Elle se teindra du 09 au 13 août 2022, avec des séances de formation, d’information, de sensibilisation et de conscientisation, au programme.

La Randonnée pédestre Grand-Ouaga

Cette marche aura lieu le samedi 23 Juillet 2022, avec pour circuit Ouagadougou-Loubila. Le départ est prévu au siège de SOTRACO Somgandé, à partir de 05 h 00

Table ronde des partenaires sur l’approche Haute intensité de main-d’œuvre (HIMO)

25 mai 2022 à 8 h à Ouagadougou.

 

Civiteam

Aller sur Civiteam http://civiteam.org/ Web Hits