Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Campagne agricole 2021-2022 : « Nos greniers seront à moitié vide cette année (...)

Campagne agricole 2021-2022 : « Nos greniers seront à moitié vide cette année »

Après 5 mois de durs labeurs, c’est enfin venu l’heure des recoltes pour ces braves paysans de la commune de Bogandé. Le constat est alarmant car les recoltes ne sont pas bonnes cette année. En effet, cette partie du territoire national a connu quelques poches de sécheresses durant les mois d’août et de septembre ce qui ne presageait rien de bon pour cette campagne agricole. Nous parcourons de ce fait quelques champs de la commune et des villages voisins ce samedi 9 octobre 2021, pour faire le constat nous même.

Dans cette province de la Gnagna, c’est la phase de floraison pour certaines cultures, d’épiaison pour d’autres et de maturation pour la plus part des maïs. Toutefois cette campagne agricole 2021-2022 n’est pas totalement satisfaisante car la province a connue quelques poches de sécheresses au cours de la période d’août-septembre, rendant du même coup les récoltes difficiles.

Damien THIOMBIANO est agriculteur et éleveur. Il nous fait savoir que les récoltes de cette année sont en deçà de leurs attentes car les pluies ont été capricieuses à l’approche des recoltes. « Nos greniers seront à moitié vide cette année » confesse-t-il. Tout porte donc à croire que dame nature était contre ces braves paysans car ces derniers n’ont commencé les labours et les semis qu’au cours de la première quinzaine du mois de juillet faute de pluie. Pourtant les années précédentes, ils debutaient les labours et semis durant le mois de juin.

Un peu plus loin dans le village de Ouadangou situé à 6km au Sud de Bogandé, c’est la consternation le résultat est accablant. En effet, par endroit on rencontre des champs de maïs aux épis mûrs déjà secs et prêts à être récolté tandis qu’ailleurs, ce sont des tiges desséchées sans aucun épi ou avec des épis sans graines. Les champs de mil et de sorgho présentent les même caractéristiques.

Champs de maïs desséché à Bogandé

Tout en poursuivant notre quête à travers les champs, nous fîmes la rencontre de la famille LOMPO dans son champs procédant aux récoltes. M Fidèle LOMPO, patriarche de cette famille nous raconte : « si nous n’avons pas à manger aujourd’hui, c’est parceque dame nature ne nous a pas donné dans le temps et dans l’espace les quantités d’eau qu’il nous fallait pour le faire ».

M Ibrahim HARO est un agriculteur dans l’âme. Selon ses propos, c’est à partir de la fin du mois d’août et du mois de septembre que la pluie s’est brutalement arrêtée et la sécheresse bat actuellement son plein. « Tous nos champs de maïs de sorgho et de mil se sont presque desséchés » declara-t-il tout désemparé.

M Alassane NATAMA quant à lui s’inquiète des conséquences que pourrait avoir cette mauvaise campagne sur le prix des céréales. D’après lui, les effets seront néfastes car il aura une flambée des prix des céréales sur le marché. Lorsqu’une récolte est mauvaise cela se ressent sur les prix. « Ce n’est pas la première fois que cela arrive nous avons des cas similaires » darde-t-il.

Fils de M LOMPO ramassant du haricot

Dans le village de Léoura, situé à 14 km de Ouadangou, les champs donnent de bien tristes images en cette fin de campagne agricole 2021. Si comme à cette periode, les tiges de mil croulent sous le poids des epis, elles ne sont pas suffisamment fournies pour donner le sourire aux paysans après 5 mois de durs laveurs. La hauteur de certaines tiges atteint à peine un mètre. D’autres n’ont même pas eu le temps d’éclore. Le mil rouge est la variété qui semble avoir mieux donné. La couleur des épis indique qu’ils ne sont pas encore arrivés à maturité. Rares sont les champs où l’on trouve du haricot si ce n’est que des gousses qui n’ont pas eu le temps de mûrir et complètement séchée. Un constat désastreux que relate anxieusement les paysans.

Champs de mil à Léoura

Landry NIKIÈMA, Observateur Civitac, Bogandé

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Rencontres-débats d’ARGA Burkina sur " Les processus démocratiques face à la persistance des crises institutionnelles et au retour des coups d’états

Vendredi 26 Novembre 2021 à Ouagadougou.

Le Laboratoire Citoyennetés reçoit une délégation de Solidar Suisse conduite par son Président Carlo Sommaruga

17 novembre 2021.

Formation des acteurs communaux sur la gestion des crises humanitaires dans un contexte sécuritaire difficile

Du 17 au 19 novembre 2021, dans la commune de Yamba (Est).

Thème : « Rôle et responsabilités des communautés, stratégies de résilience pour les femmes et prise en charge des enfants. »

 

Civiteam

Aller sur Civiteam http://civiteam.org/ Web Hits