Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Gestion du service public de l’eau potable : une soixantaine d’acteurs se (...)

Gestion du service public de l’eau potable : une soixantaine d’acteurs se forment sur le nouveau document-cadre à Poa

Les membres des Associations d’usagers de l’eau (AUE) de la commune de Poa se font former sur la gestion du service public de l’eau potable en milieu rural, en lien avec le nouveau document-cadre, du 3 au 5 novembre 2021. Cette activité du Laboratoire Citoyennetés intervient dans le cadre du programme DEPAC-2, financé par la Coopération suisse. Elle vise à accompagner la vulgarisation et la mise en œuvre de la nouvelle stratégie. La cérémonie d’ouverture est intervenue le mercredi 3 novembre 2021.

L’approvisionnement en eau potable et l’assainissement s’inscrit dans les compétences transférées par l’Etat aux collectivités territoriales. En 2000, par décret n°2000-514/PRES/PM/MEE, une réforme sur le système de gestion des infrastructures hydrauliques d’approvisionnement en eau potable en milieux rural et semi-urbain a été adoptée. Seize ans après l’adoption du décret, un bilan a permis de relever les acquis et insuffisances dans la gouvernance du service public de l’eau en milieu rural. Ce qui a donné naissance à l’élaboration du « document-cadre de stratégie de gestion du service public d’eau potable en milieu rural ». L’une des grandes lignes de ce document reste l’amélioration du niveau de fonctionnalité et d’opérationnalisation des acteurs. Ce qui explique donc la tenue de l’atelier de formation sur la gestion du service public de l’eau potable en milieu rural en lien avec le nouveau document-cadre, dans la commune de Poa, du 3 au 5 novembre 2021.

Mme Yvette BADINI, chargée de programme au Laboratoire Citoyennetés (LC).

Ce mercredi 3 novembre 2021, à la cérémonie d’ouverture de l’atelier, Mme Yvette Badini, chargée de programme au Laboratoire Citoyennetés (LC), a laissé entendre que l’activité vise à accompagner la vulgarisation et la mise en œuvre de la nouvelle stratégie, cela dans le but de mieux promouvoir la bonne gouvernance du service public de l’eau potable en milieu rural, ajoute-t-elle. « Avec le nouveau document mis en place par l’Etat, les AUE occupent une place cruciale dans le dispositif de gestion des infrastructures hydrauliques dans les villages », selon Mme BADINI. C’est dans cette logique, poursuit-elle, que le Laboratoire Citoyennetés, dans le cadre du programme DEPAC-2, financé par la Coopération suisse, a décidé de venir en aide aux collectivités afin qu’elles puissent s’approprier cette réforme sur l’eau potable et l’assainissement.

Les participants, estimés à plus de 70, sont composés d’OSC, de comités de point d’eau et des membres des bureaux AUE des villages de la commune.

Dans la commune de Poa, les membres des Associations d’usagers de l’eau (AUE) des dix villages ont été renouvelés il y a quelques semaines. A la différence du bureau précédent, le nouveau, à travers cet atelier, verra ses capacités renforcées. « Par manque de ressources, nos prédécesseurs n’ont pas été formés. Ils n’ont pas eu les compétences nécessaires pour gérer les points d’eau dans nos villages », explique Lassané OUÉDRAOGO, président de la commission « Environnement et développement local » du conseil municipal de Poa. « Si les pompes sont en panne, et qu’il faut recourir à l’eau des mares, nous aurons des difficultés sanitaires. Alors qu’une personne malade ne pourra travailler pour se développer. Mais si on a de l’eau potable, la santé sera au rendez-vous et nous serons à même de mener nos activités », a relevé M. OUÉDRAOGO.

Lassané OUÉDRAOGO, président de la commission « Environnement et développement local ».

Au cours de ces 72h d’atelier, les échanges porteront entre autres sur « Comment se fait la planification des réalisations d’ouvrages d’eau potable au niveau communal ? », « Quels sont les principaux enjeux liés au service public de l’eau ? », « A quoi sert l’argent mobilisé par les populations au niveau local ? », et « Quels sont l’organisation et le fonctionnement des AUE ? ». Cela pour le grand bonheur des participants - estimés à plus de 70 -, composés d’OSC, de comités de point d’eau et des membres des bureaux AUE des villages de la commune. « La formation va les aider à accomplir leur mission », rassure M. OUÉDRAOGO. Pour sa part, la chargée de programme au Laboratoire Citoyennetés dit attendre des participants qu’ils puissent gérer efficacement les ouvrages hydrauliques pour qu’il n’y ait plus de panne. « Et même si ces ouvrages tombent en panne, nous voulons que les AUE puissent s’organiser pour les réparer rapidement, afin qu’il n’y ait pas un manque d’eau potable dans les villages », conclut Mme BADINI.

Abdoul Aziz KABORÉ, Observateur Civitac, Centre-Ouest

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Rencontres-débats d’ARGA Burkina sur " Les processus démocratiques face à la persistance des crises institutionnelles et au retour des coups d’états

Vendredi 26 Novembre 2021 à Ouagadougou.

Le Laboratoire Citoyennetés reçoit une délégation de Solidar Suisse conduite par son Président Carlo Sommaruga

17 novembre 2021.

Formation des acteurs communaux sur la gestion des crises humanitaires dans un contexte sécuritaire difficile

Du 17 au 19 novembre 2021, dans la commune de Yamba (Est).

Thème : « Rôle et responsabilités des communautés, stratégies de résilience pour les femmes et prise en charge des enfants. »

 

Civiteam

Aller sur Civiteam http://civiteam.org/ Web Hits