Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Une conférence débat sur le mariage précoce et/ou forcé
Une conférence débat sur le mariage précoce et/ou forcé

L’Eglise évangélique/Soudan international mission (EE/SIM), avec l’appui de son partenaire Children Believe, lutte, depuis longtemps, pour le droit et la protection des enfants dans la province de la Tapoa. Elle a décidé de s’attaquer plus spécifiquement à ce mal social qu’est le mariage précoce et/ou forcé pour prévenir et sortir les adolescents de cette situation qui affecte négativement leur vie, leurs familles, leur communauté et le développement de manière générale. C’est dans cette optique qu’elle a tenu une conférence débat sur cette thématique le samedi 18 septembre 2021, au Lycée Untaani de Diapaga.

La conférence a été animée par le directeur provincial de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille de Diapaga. Elle avait pour objectif d’échanger avec les parents d’élèves et la population de Diapaga sur les questions du mariage d’enfants, et confronter les points de vue sur les causes, les conséquences, afin de prévoir les mesures de résolution de ce problème dont la région de l’Est est classée 2e après le Sahel. A cette occasion, on a enregistré la participation de plusieurs personnalités, dont le premier adjoint au maire de Diapaga, les leaders coutumiers et religieux, et plus de 240 parents et élèves.

Lors du débat, un parent a pris la parole et a déclaré : « La loi a enseigné aux enfants leurs droits et devoirs et nous ne pouvons plus maîtriser nos enfants qui refusent de nous obéir. » Il s’en est alors suivie une rude discussion. Le proviseur du Lycée Untaani a pris la parole et a interpellé l’auditoire en ces termes : « Nous, parents, nous avons l’entière responsabilité de l’éducation de nos enfants. Peu sont les parents qui font le suivi scolaire de leurs enfants et cela joue beaucoup sur le taux de succès des élèves. » Il a terminé en lançant un appel à tous les parents de s’impliquer fortement dans l’éducation de leurs enfants.

En guise de conclusion, il a indiqué que la lutte contre les mariages forcés et précoces est un élan vers la disparition de certaines pratiques néfastes entretenues malheureusement par les parents d’élèves qui pensent que l’éducation de leurs enfants incombe uniquement aux enseignants.

Luc COMBARY, Observateur Civitac, Tapoa

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Atelier de formation des OSC à Réo : renforcer la veille citoyenne dans les nouvelles communes du PUDTR
Le Laboratoire Citoyennetés, en partenariat avec le Projet d’urgence de développement territorial et de résilience (PUDTR), a organisé, les 16 et 17 juillet 2024, à Réo, un atelier de formation à (…) Lire la suite
Burkina Faso/Plateau central : la Délégation spéciale de Boudry tient sa deuxième session ordinaire 2024
La Délégation spéciale de la commune de Boudry s’est réunie pour sa deuxième session ordinaire de l’année 2024 les jeudi 11 et vendredi 12 juillet. Sous la présidence de Kiswendsida Théodore Kader (…) Lire la suite
Burkina Faso/Plateau central : la Délégation spéciale communale de Zorgho lance une grande opération de curage des caniveaux
Le 17 juillet 2024, la Délégation spéciale communale de Zorgho a lancé une grande opération de curage des caniveaux qui a mobilisé la population locale et différentes Organisations de la société (…) Lire la suite
Toute l'actualité