Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Le défi de l’accés à l’eau potable pour la population de Gorom-Gorom

Le défi de l’accés à l’eau potable pour la population de Gorom-Gorom

Depuis belle lurette, les populations de la province de l’Oudalan, particulièrement celle de la ville de Gorom-Gorom, vivent dans un stress hydrique. Les déplacements de la population par le fait de l’insécurité ont augmenté la population de cette ville et augmenté de fait la pression d’eau.

Avoir juste à boire est devenu un parcours du combattant. La plupart des robinets peuvent faire des mois sans une goutte d’eau. Pour certains c’est une fois dans la semaine ; pour d’autres deux fois dans la semaine. Les familles qui ont un robinet payent tout de même chaque mois les redevances. Les rares « privilégiés » peuvent avoir de l’eau durant quelques heures par jour. Du coup, ces cours sont transformées en de véritables fontaines. Tout ceci pour espérer avoir un minimum de ce liquide précieux dont la qualité, dans cette contrée du Burkina, est très mauvaise. En effet, la teneur en calcaire est trop élevée, exposant, selon les agents de santé, à la survenue de calculs rénaux. En conséquence, ceux qui ont les moyens se gardent de la boire, se rabattant sur les sachets d’eau minérales, augmentant ainsi leurs charges. La grande masse est obligée d’ignorer le danger.

A la recherche de l’eau.

Lorsqu’on pose le problème aux agents de l’ONEA, indique M. MAÏGA, ils répondent toujours que la nappe phréatique n’a plus d’eau. Pourtant, il y a des zones de la ville où l’eau coule du robinet tous les jours. Même si on n’est pas un spécialiste du domaine, en faisant un petit constat dans toute la ville de Gorom-Gorom, on n’arrive pas à se l’expliquer. Il est vrai qu’il n’y a qu’un seul château d’eau qui, du point de vue de M. MAÏGA, n’est pas assez grand pour desservir la ville, même avant l’arrivée des PDI. Aujourd’hui la population a presque triplée.

Au puits.

Malgré le nombre de forages et de puits que compte la commune, souligne Ibrahim, un habitant de la ville, le problème d’eau demeure. Il faut souvent aller jusqu’à Saouga, un village situé à 12 km de la ville, à la recherche de la vie, qui est l’eau.

Tini TRAORÉ, Observatrice Civitac, Gorom-Gorom

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Rencontres-débats d’ARGA Burkina sur " Les processus démocratiques face à la persistance des crises institutionnelles et au retour des coups d’états

Vendredi 26 Novembre 2021 à Ouagadougou.

Le Laboratoire Citoyennetés reçoit une délégation de Solidar Suisse conduite par son Président Carlo Sommaruga

17 novembre 2021.

Formation des acteurs communaux sur la gestion des crises humanitaires dans un contexte sécuritaire difficile

Du 17 au 19 novembre 2021, dans la commune de Yamba (Est).

Thème : « Rôle et responsabilités des communautés, stratégies de résilience pour les femmes et prise en charge des enfants. »

 

Civiteam

Aller sur Civiteam http://civiteam.org/ Web Hits