Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Au cadre de concertation communal (CCCo) de Yamba, la gestion des personnes (...)
Au cadre de concertation communal (CCCo) de Yamba, la gestion des personnes déplacées internes à l’ordre du jour

La commune de Yamba a orienté sa session ordinaire de concertation communale (CCCo) de l’année 2021 sur la gestion des Personnes déplacées internes. Dans la salle de réunions de la mairie, le 12 novembre dernier, les forces vives de la commune ont travaillé pour anticiper et améliorer la situation de la prise en charge des 501 PDI que compte la commune. Cette activité a bénéficié du soutien financier de la Coopération suisse à travers le Programme DEPAC-2.

Le renforcement des capacités des collectivités territoriales et des forces vives dans la prise en charge et la gestion des Personnes déplacées internes est devenu une priorité dans les zones à fort défi sécuritaire. A l’instar des régions du Centre-Nord, du Sahel, du Nord, de la Boucle de Mouhoun, la région de l’Est fait face, depuis 2016, à de fréquentes attaques armées et à une insécurité grandissante. Conséquence : 1 147 699 PDI, à la date du 31 mars 2021, vivent dans des communautés d’accueil et des sites de déplacement dans les 13 régions du pays, où l’accès à la nourriture, aux moyens de subsistance et aux services sociaux de base devient de plus en plus difficile tant pour les communautés déplacées que pour les communautés d’accueil.

Une vue des participants. © Mairie de Yamba.

C’est pourquoi le Cadre communal de concertation de la commune de Yamba s’est penché sur cette problématique, justifie Lende FOFANA, Secrétaire général de la mairie, afin de permettre à la commune de faire face à la dégradation continue de la situation sécuritaire et de le doter des capacités essentielles à une gestion des personnes déplacées internes qui réduise les risques d’exposition. « Le CCCo fut très bénéfique », confie-t-il. A l’en croire, les connaissances des acteurs communautaires sur les principes humanitaires et la gestion des Personnes déplacées internes ont été renforcées. A travers des communications, les services techniques déconcentrés et les Conseils villageois de Développement ont été outillés sur la prise en charge des PDI et l’amélioration de la coordination entre ces acteurs et à une utilisation efficace des lignes directrices. Même son de cloche du côté du service de l’action sociale, qui estime qu’ils sont aptes dorénavant à préparer des interventions efficaces, coordonnées et concertées. Toujours selon Lende FOFANA, le CCCo a informé les participants sur les procédures pour l’enregistrement des PDI par l’action sociale communale pour permettre une meilleure coordination des actions. Ceux-ci ont été entretenus entre autres sur les définitions, les concepts, les principes clés et la méthode de gestion des Personnes déplacées internes ; la collaboration entre les acteurs intervenant dans la prise en charge des Personnes déplacées internes est renforcée ; les mécanismes de gestion et l’engagement communautaire en faveur des personnes déplacées internes sont renforcés.

M. FOFANA a remercié le Programme DEPAC-2 mis en œuvre par le Laboratoire Citoyennetés, qui a permis à la collectivité de bénéficier des renforcements de capacités.

En termes de recommandations, le cadre de concertation a suggéré à la commune de prévoir des ressources, un stock de vivres, des vêtements […] pour satisfaire les besoins primaires en cas d’exacerbation de la situation. Il a également été expliqué aux populations d’être solidaires entre elles, d’éviter les attitudes stigmatisantes et de donner l’hospitalité à leurs frères PDI qui séjournent dans la commune. Troisième suggestion, le CCCo a exhorté la mairie à sensibiliser les populations pour que les PDI un peu aisées puissent privilégier les plus démunies lors des distributions des aides, etc. Il a été recommandé également que la mairie anticipe et prévoie un espace agricole que les PDI peuvent exploiter pour améliorer leurs conditions socio-économiques pendant leur séjour. Tout en mettant un point d’honneur sur la sensibilisation des populations pour les inciter à agir pour faire sortir leurs parents des réseaux terroristes, le cadre de concertation a exhorté les forces vives de la commune à une réconciliation réelle au sein des communautés ; à l’Etat de travailler à davantage alléger la souffrance des populations meurtries et à les rassurer.

Érigé en commune rurale avec l’adoption du Code général des collectivités territoriales en décembre 2004, Yamba est située dans la partie nord de la province du Gourma et compte au total 25 villages administratifs. Elle est limitée au nord par la commune urbaine de Gayéri, chef-lieu de la province de la Komandjari, et par la commune rurale de Bilanga dans la Gnagna ; au sud par la commune urbaine de Fada N’Gourma ; à l’est par la commune rurale de Matiacoali ; et enfin à l’ouest par les communes rurales de Tibga et de Diapangou.

Tûwênd Nooma Jean Damase, Observateur Civitac, Fada N’Gourma

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Boucle du Mouhoun/Dédougou : un nouveau cimetière pour répondre aux besoins funéraires croissants de la ville
L’inauguration officielle du cimetière municipal de Dédougou a eu lieu ce lundi 03 juin 2024 sous le patronage du président de la Délégation spéciale régionale de la Boucle du Mouhoun, représenté par son (...) Lire la suite
Boucle du Mouhoun/examens scolaires session de 2024 : le clap de départ donné dans les écoles Centre de Dédougou
Le Gouverneur de la région de la Boucle du Mouhoun, Babou Pierre BASSINGA, a donné le clap de départ le mardi 4 juin 2024, de l’administration des des épreuves écrites des examens scolaires de la (...) Lire la suite
Développement local : le panel de Fara fait le point de ses activités sur les réalisations du PUDTR
Le mardi 28 mai 2024, la salle de réunion des producteurs de coton de Fara a abrité la journée de dialogue OSC/autorités locales de la commune de Fara sur les réalisations du PUDTR. Cette activité a (...) Lire la suite
Toute l'actualité