Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Allons à la découverte de l’origine du village et du chapeau de (...)

Allons à la découverte de l’origine du village et du chapeau de Saponé

Avec l’accélération de la décentralisation, la subdivision de Saponé devient en moins d’un an « Cercle » par le décret du 24 juillet 1959.
Par l’ordonnance du 2 juillet 1974, l’administration territoriale place le Cercle de Saponé au rang de sous-préfecture relevant du Département du Centre. A l’avènement de la Révolution sankariste, en 1983, l’appellation « sous-préfecture » est supprimée et remplacée par « département ». Le 22 août 1958, l’arrêté n°444/VPPI lui concède le titre de subdivision rattaché au Cercle de Ouagadougou).
Le 21 mai 1987 Saponé est érigé en commune de moyen exercice, qui devient fonctionnelle en janvier 1988.

Selon les recherches d’Emmanuel ILBOUDO et avec l’aide du Naaba PADRÉ publiées sur www.burkinatourism.com, le Naaba (chef mossi) KOUMDOUMIÉ, huitième empereur mossi, mourut vers 1358. Son fils, le Naaba KOUDA, était alors en conquête vers le sud suite à des invasions d’autres ethnies. Ne pouvant être intronisé selon les coutumes à Ouagadougou, à savoir le rasage de la tête, le Conseil des notables, après s’être réuni, décida d’envoyer plusieurs troupes d’hommes à sa recherche. L’ordre était de lui raser la tête dans le lieu où ils le trouveraient, selon la coutume d’intronisation. Ils le trouvèrent sur le site actuel de Saponé-marché, qui fut nommé ainsi depuis l’ordre donné aux notables : « Rasez-lui la tête », en mooré « sâ-n-poné », transformé en « Saponé ». Saponé fut donc le lieu d’intronisation du neuvième empereur mossi, le Naaba KOUDA, dont de nombreux habitants de Saponé se reconnaissent la descendance.

Crédit photo : www.burkinatourism.com

Pour l’anecdote, après s’être fait raser la tête, le Naaba KOUDA damanda quelque chose pour se protéger le crâne du soleil. C’est ainsi que naquit le chapeau de Saponé, devenu un emblème national (on raconte que l’on retrouve ces chapeaux en France, au Maroc, aux Etats-Unis !).

Naaba KOUDA décida de s’installer là où il fut intronisé et vers 1358 Saponé fut fondé. Sa cour le suivit et peu à peu Saponé grossit du fait de l’arrivée de nombreuses personnes voulant se rapprocher de l’Empereur. Malgré cela la capitale de l’Empire resta Ouagadougou, et lorsque le fils aîné de Naaba KOUDA fut intronisé, devenant ainsi le dixième empereur, il retourna à Ouagadougou. Son frère cadet, le Naaba DA WEGMA, resta quant à lui à Saponé, et ses descendants restèrent à la tête du canton de Saponé.

Vers 1881 le Naaba KOAGBA quitta le site actuel de Saponé-marché pour rejoindre celui de Saponé-Karkuidighin (ou « Saponé-centre »), sept kilomètres au sud, suite à une épidémie de trypanosomiase. Cette maladie est transmise par la mouche tsé-tsé et rend aveugles les personnes piquées. Le Naaba KOABGA installa sa cour derrière l’actuelle préfecture et le village fut nommé « Karkuidighin », du mooré « kargan kuidigiun », en français : « Se déplacer du pied vers l’avant, pour aller. » Le Naaba ZIBO déplaça quant à lui la chefferie à son site actuel, près du marché. C’est là que réside le naaba actuel, le Naaba PADRÉ.

Toutes les familles à Saponé sont Mossi. La population est quasiment exclusivement mossi, à l’exception de Peulh à l’ouest de Karkuidighin, et des fonctionnaires. La société mossi, dans la région de Karkuidighin, ne correspond donc pas à la description de la société mossi proposée par l’ethnologue Michel IZARD, qui décrit une combinaison de Mossi (peuple conquérant) et de Tengbisi (indigènes, littéralement « peuples de la terre »). Saponé est en effet un village récent, créé bien après l’invasion mossi. Le chef du village joue donc également le rôle du chef de terre, attribué aux Tengbisi dans les sociétés mossi.

Saponé fut une base de relais pour l’administration coloniale, selon son habitude de s’appuyer sur les pouvoirs coutumiers. Cela, associé à la mise en place de la Mission catholique, donne de plus en plus d’importance au village. Saponé est érigé en poste administratif en 1956. Le département de Saponé comprend alors les cantons de Saponé, Baguemnini, Kayao, Komsilga et Kouri, et relève de la circonscription de Kombisigi.

Céline SÉOGO, Observatrice Civitac, Ouagadougou

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Journée de dialogue et d’interpellation citoyenne de la commune de Fada N’Gourma, à Ouagadougou

Commune de Fada N’Gourma : Journée de dialogue et d’interpellation citoyenne (JDIC), le samedi 15 janvier 2022 à 10h à l’hôtel de ville de Ouagadougou

Commune de Fada N’Gourma : Journée de dialogue...

Commune de Fada N’Gourma : Journée de dialogue et d’interpellation citoyenne (JDIC), le jeudi 13 janvier 2022 à 09h à Fada N’Gourma

Session nationale de l’Observatoire national de prévention et de gestion des conflits communautaires (ONAPREGECC)

14 décembre 2021.

 

Civiteam

Aller sur Civiteam http://civiteam.org/ Web Hits