Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Continuité de l’éducation en contexte d’urgence : la mairie de Fada N’Gourma (...)

Continuité de l’éducation en contexte d’urgence : la mairie de Fada N’Gourma multiplie les efforts

Confrontée à une crise sécuritaire sans précédent qui a ébranlé les fondements de son institution scolaire, la commune de Fada Gourma a concocté un cocktail de mesures pour assurer la continuité de son offre éducative. Au nombre de celles-ci la délocalisation de certains établissements dans la ville et surtout le recrutement d’enseignants volontaires dans les villages pour pallier la fermeture des établissements d’enseignement.

La délocalisation comme première option
Le premier trimestre de 2018, les premières attaques terroristes dans les villages de Natiabouni et de Nagré provoquent le départ des enseignants et la fermeture des écoles de ces deux villages. En réaction pour assurer la continuité de l’offre éducative communale, la commune de Fada N’Gourma décide de la délocalisation desdits établissements dans la ville. Au secteur 1, le Lycée Sainte-Monique, loué par la mairie et constitué des enseignants de ces deux villages, est rapidement affrété et opérationnel pour accueillir les nouveaux EDI (acronymes pour désigner à la fois les élèves déplacés internes et les enseignants déplacés internes.) « On a remis les élèves dans leur atmosphère, dans le même cadre, la même disposition pour leur permettre de continuer de poursuivre leur cursus scolaire », se souvient Jean-Claude LOUARI, le bourgmestre de Fada N’Gourma, se réjouissant de cette « décision courageuse » qui aurait permis à plusieurs centaines d’élèves de continuer à étudier et des élèves en classes d’examen [troisième notamment] de passer leurs examens.

D’autres salles de classe aux Lycées Sabil et Yembuoro, supportées par le budget communal, ont agrandi la capacité d’accueil des élèves pour l’année scolaire 2019-2020. En 2021, le CEG Bapougouni issu du Continuum avec deux salles de classes est effectif pour l’année scolaire 2021-2022.

Un dispositif coûteux
A la date de septembre 2021, la situation sécuritaire a conduit à la fermeture de 39 écoles primaires et 09 établissements post-primaires dans certaines localités de la commune. La délocalisation s’est donc montrée un dispositif « coûteux » et difficile à supporter financièrement. Au-delà de la location des salles, il faut se pencher sur les multiples difficultés comme l’insuffisance du matériel informatique et des ressources financières pour soutenir la vacation, l’insuffisance de personnels qualifiés au niveau du préscolaire, l’épineuse question de la cantine scolaire, l’insuffisance des tables-bancs, des fournitures, de vivres, etc. C’est pourquoi les autorités administratives, en collaboration avec les parents d’élèves, ont décidé pour l’année académique 2021-2022 de transférer les élèves des établissements délocalisés dans d’autres établissements de la ville [comme le Lycée Diaba-LOMPO et le Lycée municipal], pour limiter les coûts de locations de sites. Ainsi les CEG de Nagré et de Natiabouni, autrefois délocalisés, ont été fermés. Au dernier Cadre communal de concertation sur l’éducation (CCEduc) soutenu par le Programme DEPAC -mis en œuvre par le Laboratoire Citoyennetés - en septembre 2021, les directeurs avaient été chargés de mener la discussion pour une réouverture éventuelle en fonction de l’évolution de la situation sécuritaire. « Nous avons bénéficié de l’accompagnement d’un certain nombre d’acteurs et, progressivement, nous espérons rouvrir un certain nombre de classes à Nagré, à Natiabouani et à Taro », rassure le bourgmestre LOUARI.

Le bourgmestre de Fada N’Gourma, Jean-Claude LOUARI, espère faire de l’école de Fada N’Gourma la locomotive du système éducatif de la région.

Enseignants volontaires, les ‘VDP’ de l’éducation
Impulsés à Tanwalbougou, un village situé à une vingtaine de kilomètres de la ville, les enseignants volontaires sont considérés comme les volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) au niveau de l’éducation. Eux, ce sont 16 jeunes hommes et femmes recrutés au milieu de la population, qui continuent d’assurer la formation de base aux enfants souvent de façon informelle ou en petits groupes, malgré le retrait des enseignants titulaires de l’école républicaine au sens classique du terme. Cette stratégie de la mairie de Fada N’Gourma et de ses partenaires a permis par exemple aux enfants de CE1 de 2018 de continuer d’évoluer. Ils passeront ainsi le CEP en 2022-2023. Au regard de ce succès inespéré, la stratégie sera étendue aux enseignants du post-primaire, foi du président du Conseil municipal de Fada N’Gourma. « Avant, on prenait des volontaires au niveau du primaire [exclusivement] et le maire a promis qu’au niveau secondaire l’on pourrait recruter des volontaires », s’est réjoui le Directeur provincial des enseignements du Gourma, François-Xavier OUÉDRAOGO, qui salue le dynamisme et la disruptivité du Conseil municipal de la cité de Yendabiri et de son président.

Au regard des besoins et stratégies de développement du pays et de la région de l’Est en particulier, l’éducation, qu’elle soit primaire, post-primaire, secondaire ou professionnalisante, reste un moyen indispensable pour la construction du capital humain. Ces stratégies, bien que délicates et budgétivores sur le plan logistique et en gestion du personnel (mais qui donne de bons résultats), se présentent comme un allié de taille de la commune dont le challenge est « d’ouvrir les portes [pour] accueillir tous les enfants qui vont venir… afin de leur offrir un avenir, […] et leur permettre d’éclore et parfaire leurs aptitudes », selon Jean-Claude LOUARI, qui en appelle à l’accompagnement toujours soutenu des « amis » de la collectivité dans son combat pour « relever les défis ».

Tûwênd Nooma Jean Damase ROAMBA, Observateur Civitac, Fada N’Gourma

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Atelier à mi-parcours du Programme Démocratie communautaire participatif dans le Plateau central et la Boucle du Mouhoun

Le Programme Démocratie communautaire participatif dans le Plateau central et la Boucle du Mouhoun organise un atelier à mi-parcours 2021-2022 de son intervention dans les deux régions. Cet atelier se tiendra le 30 novembre 2022 à partir de 9h, à Ouagadougou.

La 6e édition de la semaine nationale de sécurité routière de l’ONASER s’annonce riche en couleurs

Elle se teindra du 09 au 13 août 2022, avec des séances de formation, d’information, de sensibilisation et de conscientisation, au programme.

La Randonnée pédestre Grand-Ouaga

Cette marche aura lieu le samedi 23 Juillet 2022, avec pour circuit Ouagadougou-Loubila. Le départ est prévu au siège de SOTRACO Somgandé, à partir de 05 h 00

 

Civiteam

Aller sur Civiteam http://civiteam.org/ Web Hits