Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Ziniaré : atelier de formation avec les journalistes sur la pratique (...)

Ziniaré : atelier de formation avec les journalistes sur la pratique évaluative au service du développement

Les mardi 31 mai et mercredi 1er juin 2022 a eu lieu, dans la salle bénédiction de l’hôtel privilège de Ziniaré, un atelier sur l’implication du journaliste dans la pratique évaluative au service du développement. Cet atelier est une initiative de l’Université Thomas-Sankara/IUFIC dans la mise en œuvre du PRD (Projet de Recherche pour le Développement), avec pour partenaires l’Université libre du Burkina (ULB), l’Université de Liège, et l’Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur.

Les évaluations des politiques publiques s’inscrivent dans l’optique de redevabilité et d’information. Toutefois, au Burkina Faso bon nombre d’évaluations sont réalisées dans une logique purement formelle, soit pour satisfaire le bailleur de fonds, soit pour se conformer aux règles de gestion des projets et programmes.

Cet atelier a eu pour objectif de contribuer à l’amélioration de l’utilisation des résultats des évaluations des programmes publics, notamment dans le domaine de la santé. Plus spécifiquement, il cherche à renforcer les capacités des journalistes pour leur permettre de susciter la réalisation des évaluations et leur permettre de décoder les rapports d’évaluation.

Ont pris part à cet atelier :
-  Des représentants d’organes de presse en ligne, écrite, audiovisuelle (l’Observateur paalga, l’Économiste du Faso, la Tribune du Faso, la Lettre du Faso, Faso 7, BF1, la RTB, Ouaga Fm, Oméga, la plateforme Civitac, etc.)
-  Des lanceurs d’alertes ;
-  Des étudiants de l’UTS.

Le présidium : Pr Achille DIENDÉRÉ, Directeur de l’IUFIC (au milieu), D. David Olivier ILBOUDO, Directeur adjoint de l’UTS/IUFIC (extrême droite) et le doctorant Mohamadi ZÈBA (extrême gauche).

Le premier jour a été marqué par le mot d’ouverture prononcé par le Pr Achille Augustin DIENDÉRÉ, Directeur de l’Institut Universitaire de Formations Initiale et Continue (IUFIC). Par la suite, le doctorant Mohamadi ZÈBA a procédé à la présentation du contexte de l’atelier, puis de celle sur L’évaluation : éventail des techniques et méthodes. Le sujet portant sur Le journaliste et les processus évaluatifs : rôle et influence a été traité par Dr Lassané YAMÉOGO. La journée s’est achevée par des travaux pratiques et une réflexion sur un projet de création d’un réseau de journalisme VS point focal en évaluation des politiques et programmes.

Le deuxième jour, le maître de Conférences et agrégé de science politique de l’Université Thomas-Sankara, Abdoul Karim SAÏDOU, a fait une communication sur les enjeux politiques de l’évaluation. Il a, dans un premier temps, parlé des politiques publiques (la conceptualisation, la genèse, ses éléments constitutifs). Il a, par ailleurs, fait cas de l’évaluation et la vie politique puis des critères de l’évaluation. L’évaluation des politiques publiques permet d’animer le débat démocratique. C’est pour cela que l’on considère l’évaluation comme un outil de la démocratie participative.

Séance de travail de groupe.

L’atelier a pris fin par le mot de clôture prononcé par le D. David Olivier ILBOUDO, Directeur Adjoint de l’UTS/IUFIC, à qui nous avons pu arracher ces mots : « Nous avons organisé cet atelier qui vise à la sensibilisation, surtout à la conscientisation des populations en vue de parvenir à une culture d’action publique qui colle vraiment aux besoins des populations et qui soit en convenance avec la réalité. Nous avons estimé que des communicateurs devaient être beaucoup sensibilisés sur cette question et être un relais, une courroie de transmission entre le monde de l’évaluation experte et les autorités publiques, les commanditaires de programmes d’action d’évaluation. Les nouveaux défis sont, entre autres, la gouvernance de qualité - qui nécessite que l’autorité se saisisse des vrais enjeux de développement, de l’évolution des sociétés, et qu’elle puisse véritablement prendre des décisions et produire des actions en conformité avec les réalités des populations. »

D. David Olivier ILBOUDO, Directeur adjoint de l’UTS/IUFIC.

Au sortir de cet atelier, nous retenons que les politiques publiques, pour leur essor, ont nécessairement besoin de participation citoyenne. Laquelle participation doit être incitée et boostée grâce à l’action des journalistes qui, de par leur rôle de contre-pouvoir, doivent tirer la sonnette d’alarme et donner les bonnes informations aux populations. Ce n’est donc qu’informées et sensibilisées que les populations peuvent s’impliquer.

Rosine LOMPO, Observatrice Civitac, Zorgho

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Entrepreneuriat féminin : des jeunes filles formées par l’association « Her Rising » à Koudougou
Table ronde des partenaires sur l’approche Haute intensité de main-d’œuvre (HIMO)

25 mai 2022 à 8 h à Ouagadougou.

Opération « mana-mana : mon acte patriotique pour ma ville »

Le samedi 30 avril 2022 à Ouagadougou, au quartier Patte d’Oie, sur l’avenue de l’Insurrection populaire.

 

Civiteam

Aller sur Civiteam http://civiteam.org/ Web Hits