Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Programme WASH-Ganzourgou : atelier de déclenchement institutionnel et (...)
Programme WASH-Ganzourgou : atelier de déclenchement institutionnel et lancement officiel du programme

Ce vendredi 3 juin 2022 a eu lieu, à 9h, dans la grande salle de la mairie de Méguet, l’atelier de déclenchement institutionnel et la cérémonie de lancement du programme WASH-Ganzourgou au profit des communes de Méguet et Mogtédo.

Le programme d’Accélération de l’Assainissement Durable par l’approche ATPC (l’Assainissement Total Piloté par la communauté) dans la province du Ganzourgou, région du Plateau central, est mis en œuvre par l’ONG Eau Vive Internationale et essentiellement financé par l’Unicef.

C’est environ 74 835 bénéficiaires au niveau communautaire dans 42 villages, soit 17 948 élèves au niveau des 81 écoles (8 780 filles), 517 enseignants (273 femmes), 180 membres des COGES/APE/AME, 50 agents des 7 centres de santé et COGES qui sont ciblés.

Après quatre jours de formation (théorique et pratique) avec deux associations locales (CEPROFET et ASTG) de Zorgho, nous assistons au lancement officiel du programme qui a réuni, entre autres :

La photo de famille.

• Ambroise OUÉDRAOGO, Haut-Commissaire de la province du Ganzourgou ;
• Dieudonné BATIONO, Directeur Programme Pays de l’ONG Eau Vive Internationale ;
• Louis ZONGO, Préfet de la commune de Méguet ;
• Joseph OUARO, représentant de la Directrice de l’Eau et de l’Assainissement du Plateau central ;
• TRAORÉ/Aminata SIRIMA ; de la Direction générale de l’Assainissement ;
• Esaïe WOUROKIO, représentant Terre des hommes Zorgho ;
• Yolande BAYALA, coordonnatrice du programme WASH-Ganzourgou et son équipe.

Le Haut-commissaire a prononcé le mot d’ouverture. Il a par ailleurs dirigé le déroulement de l’activité. Puis s’en sont suivi les interventions des différentes autorités et participants présents. Il ressort de ces interventions que l’assainissement est inhérent à la dignité humaine, que les difficultés d’accès aux services adéquats d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement au sein de nos communautés, dans les lieux publics et institutions sont sources de maladies et de mortalité qui touchent principalement les enfants de moins de cinq ans. Malgré l’existence et la mise en œuvre de programmes, la situation reste pratiquement inchangée. En effet, cette problématique est à la fois liée à la culture des populations, mais aussi aux comportements profondément ancrés dans les mœurs. Nous avons tendu le micro à Ambroise OUÉDRAOGO, Haut-Commissaire de la province du Ganzourgou, et à Dieudonné BATIONO, Directeur Programme Pays de l’ONG Eau Vive Internationale.

Ambroise OUÉDRAOGO, Haut-Commissaire de la province du Ganzourgou (au milieu) ; Dieudonné BATIONO, Directeur Programme Pays de l’ONG Eau Vive Internationale (à droite) et Louis ZONGO, Préfet de la commune de Méguet.

« Nous sommes aujourd’hui à Méguet pour le lancement du programme WASH-Ganzourgou, qui concerne les communes de Méguet et Mogtédo. Cette approche, même si elle n’est pas nouvelle, l’est pour certaines communautés. Elle permet de conscientiser les populations qui doivent comprendre que l’assainissement doit émaner de leur propre volonté et de leur propre initiative. L’assainissement doit être intégré dans notre vécu quotidien. C’est l’occasion pour moi de remercier les acteurs, Eau Vive Internationale et Unicef pour leur implication au développement communal. J’attends de ce projet une réussite totale. » (Ambroise OUÉDRAOGO, Haut-Commissaire de la province du Ganzourgou).

Dieudonné BATIONO, Directeur Programme Pays de l’ONG Eau Vive Internationale.

« Les faibles taux d’assainissement sont les raisons qui ont motivé notre choix dans la sélection des communes bénéficiaires du programme. Vous avez sûrement remarqué lors des présentations que la commune de Méguet est à 11% et celle de Mogtédo à 4,5%. Et pour Mogtédo, il y a la DREA qui bénéficie d’un projet pilote financé par l’UNICEF et qui se déroule également à Mogtédo. L’objectif, comme vient de souligner le haut-commissaire, est d’améliorer le cadre de vie des populations, en leur permettant d’accéder à des services WASH durable. Et les résultats attendus, c’est qu’en 2023 nous devrions avoir atteint les objectifs ci-dessus cités… » (Dieudonné BATIONO, Directeur Programme Pays de l’ONG Eau Vive Internationale).

Tous sont unanimes quant à l’urgence et l’importance cruciale de bannir les mauvaises pratiques de la défécation à l’air libre et ses conséquences néfastes sur l’être humain et l’environnement. Espérons que ces séances de formation, de conseils, d’exhortation et de cris de cœur soient relayés. Mais encore plus, qu’ils touchent les populations cibles pour un changement effectif, durable et définitif.

Rosine LOMPO, Observatrice Civitac, Zorgho

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Sapouy : le lycée départemental tient sa Journée Culturelle 
Le bureau des élèves du lycée départemental de Sapouy ont tenu leur journée culturelle. C’était le 22 mai 2024 au sein du lycée. Cette célébration a pour objectif de permettre aux élèves de se recréer (...) Lire la suite
Finale du tournoi interclasses du proviseur du Lycée départemental de Sapouy : la 2de A4 s’impose face à la 3ᵉ B
Les élèves de la classe de 2de A4 remportent la finale du tournoi interclasses du proviseur du Lycée départemental de Sapouy. Ils se sont imposés face aux élèves de la classe de 3ᵉ B à la séance des (...) Lire la suite
Foire provinciale des groupes d’épargne du Kourittenga, session 2024 : 750 millions de francs CFA d’épargne cumulée
Une foire provinciale des groupes d’épargne du Kourittenga, organisée par l’ONG Plan International Burkina Faso, bureau du Centre-Est basé à Koupéla, s’est tenue le samedi 18 mai 2024 à Zaogo, dans la (...) Lire la suite
Toute l'actualité