Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Recueil d’avis des participants au sortir du troisième Cadre de concertation (...)

Recueil d’avis des participants au sortir du troisième Cadre de concertation communal (CCco) du pôle de Passakongo à Dédougou

A la fin de la session du CCco de Passakongo, nous avons tendu le micro à quelques participants, afin de recueillir leurs avis sur cette activité. Lisez.
Safiatou OUÉDRAOGO, jeune fille déplacée interne, se prononce sur le CCco.

Safiatou OUÉDRAOGO, personne déplacée interne.

« Je suis originaire de Djibo où j’étais élève. J’ai été obligée de partir à cause de la situation sécuritaire, mais j’ai choisi Dédougou parce que j’ai des frères qui sont là. J’ai arrêté l’école. J’étais inscrite à l’ENEP privée à Djibo et je faisais la vacation. Mais depuis que je suis là, je n’ai pas encore eu d’opportunités dans ce sens, c’est pourquoi je me suis lancée dans le commerce. Parlant du CCco, cette activité est vraiment la bienvenue, c’est une bonne idée parce qu’il faut s’écouter, se comprendre et se donner des idées pour éviter beaucoup de choses. Peut-être que si on avait pris l’habitude de le faire avant, on aurait pu éviter cette crise. Après cette activité, nous allons relayer l’information dans nos familles et à nos connaissances. Pour terminer, nous remercions tous les organisateurs et vous aussi les médias de toujours nous aider à passer l’information. »
Au tour du Secrétaire exécutif du CERA-FP de s’exprimer.

Herman DOUANIO, Secrétaire exécutif du Centre d’Etudes et de Recherche Appliquée en Finance Publique (CERA-FP).

« Bonjour. Je me nomme Herman DOUANIO, Secrétaire exécutif du Centre d’Etudes et de Recherche Appliquée en Finance Publique (CERA-FP). Le CERA-FP est beaucoup plus un partenaire technique, qui intervient surtout dans le domaine de la gouvernance locale, à travers les activités de renforcement de capacités (acteurs, élus locaux, OSC, les populations…), les cadres de concertation, les journées de redevabilité...
Ce qu’il faut dire déjà, c’est que les cadres de concertation ont une histoire. Depuis la décentralisation, à travers laquelle on veut vraiment que les populations des communes s’impliquent à la gestion du bien public à la base, on a initié des cadres d’échange pour recueillir les avis des populations mais aussi des services déconcentrés et décentralisés sur la gestion des affaires de la cité. Seulement, force est de constater que beaucoup de communes ne tiennent pas ces cadres de concertation.
L’initiative de la commune de Dédougou accompagnée par les partenaires Laboratoire Citoyennetés et CERA-FP est salutaire. C’est aussi une occasion pour les populations de voir qu’elles ne sont pas mises à l’écart, qu’elles sont considérées. Et qu’elles peuvent apporter des contributions pour améliorer et mettre les réalisations et les investissements publics au Burkina en phase avec leurs besoins.
Par ailleurs, le chemin du développement doit être progressif ; une grande partie de la population burkinabè reste à être véritablement éduquée sur la gestion des affaires publiques. Les populations ignorent que les affaires publiques, c’est leur affaire. Ces cadres de concertation servent de tremplin pour dire aux populations qu’elles ont leur rôle en tant que bénéficiaires directs des politiques publiques. Et tout cela se fera de façon progressive.
Certaines personnes aujourd’hui sont peut-être venues pour d’autres raisons, mais à force de participer à ce genre d’activité, cela va contribuer à démystifier la gestion publique. Nous sommes donc optimistes quant à l’issue de ces activités ».

Propos de Fatoumata DAKIO/KASSODA

Fatoumata DAKIO/KASSODA, trésorière AME.

« J’ai participé au Cadre de concertation de Passakongo en tant que membre AME (Association des Mères Educatrices). Je suis la trésorière. Notre rôle dans cette association est de soutenir les écoles (par exemple, en contribuant dans les cantines, les paiements des factures d’électricité et même de fournitures scolaires pour les élèves défavorisés). Ce que je retiens de cette activité, c’est que les autorités locales ont promis d’aider les écoles et les villages. C’est tout ce qu’on souhaite le plus. On sait aussi que c’est beaucoup trop de charges, mais on espère que l’essentiel sera fait pour permettre aux populations de bien vivre. Nous avons un forage à l’école de Passakongo ; et lorsqu’il y a une panne c’est l’AME qui la répare. Nous avons profité de cette rencontre pour demander la clôture de notre forage, juste avec du grillage pour y mener du maraîchage. Nous remercions et encourageons les autorités, nous allons les écouter mais aussi les surveiller. »

Rosine LOMPO, Observatrice Civitac, Zorgho

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

La 6e édition de la semaine nationale de sécurité routière de l’ONASER s’annonce riche en couleurs

Elle se teindra du 09 au 13 août 2022, avec des séances de formation, d’information, de sensibilisation et de conscientisation, au programme.

La Randonnée pédestre Grand-Ouaga

Cette marche aura lieu le samedi 23 Juillet 2022, avec pour circuit Ouagadougou-Loubila. Le départ est prévu au siège de SOTRACO Somgandé, à partir de 05 h 00

Table ronde des partenaires sur l’approche Haute intensité de main-d’œuvre (HIMO)

25 mai 2022 à 8 h à Ouagadougou.

 

Civiteam

Aller sur Civiteam http://civiteam.org/ Web Hits