Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Recueil des propos de participants au sortir de l’atelier bilan à mi-parcours (...)
Recueil des propos de participants au sortir de l’atelier bilan à mi-parcours du Programme « Développement communautaire participatif dans le Plateau central et la Boucle du Mouhoun »

Au sortir de l’atelier bilan à mi-parcours du Programme « Développement communautaire participatif dans le Plateau central et la Boucle du Mouhoun », nous avons tendu le micro à des personnes qui ont accepté volontiers de se prononcer sur le programme et de faire des suggestions en vue d’améliorer sa mise en œuvre. Lisez plutôt.

Armand Joseph KABORÉ, Secrétaire permanent du Laboratoire Citoyennetés

Armand Joseph KABORÉ, Secrétaire permanent du Laboratoire Citoyennetés.

« Le programme « Développement communautaire participatif dans le Plateau central et la Boucle du Mouhoun » est une initiative du Laboratoire Citoyennetés avec l’appui de l’ONG Solidar Suisse que nous mettons en œuvre depuis plus de quatre ans. C’est un projet qui vise à renforcer les capacités des collectivités territoriales, à mieux apprécier, à mieux traiter les questions de participation citoyenne et de redevabilité dans l’optique de renforcer la culture démocratique au niveau local. Ce projet appuie actuellement 9 collectivités dans la région du Plateau central et de la Boucle du Mouhoun ; il appuie également des radios locales, des réseaux d’associations, dans l’optique de leur permettre de mieux se structurer, de mieux s’organiser pour arriver aux facilités de veille locale. Ce bilan à mi-parcours se fait dans un contexte particulier, différent de celui de départ, en l’occurrence les défis sécuritaires. Le projet s’est adapté, ajusté. Il a notamment permis d’appuyer les collectivités territoriales dans l’organisation des cadres de concertation, d’animer les espaces de reddition des comptes, de créer des cadres d’échange sur les problèmes fonciers. Aujourd’hui il s’agit pour les participants de faire un bilan des deux années d’exécution. Un bilan de ce qui a été fait, mais aussi et surtout de réfléchir à comment relever les défis tout en prenant en compte les enjeux, les difficultés, les questions de cohésion sociale, les questions humanitaires, et comment nous faisons en sorte que les citoyens participent de manière plus active et responsable à la construction de la démocratie. »

Julien LOMPO, Chef de division à Solidar Suisse.

Julien LOMPO, Chef de division à Solidar Suisse.

« Je suis chargé du programme « Démocratie, société civile et aide humanitaire » de Solidar Suisse. L’accompagnement que nous délivrons à l’endroit du Laboratoire Citoyennetés est beaucoup plus financier et technique dans le cadre de la mise en œuvre du projet Démocratie participative et renforcement de la gouvernance. L’atelier bilan à mi-parcours qui nous réunit aujourd’hui a pour objectif de faire, bien évidemment, le bilan des activités qui se sont déroulées durant ces deux années passées. Mais c’est surtout l’occasion de réfléchir sur les perspectives en termes de mise en œuvre des deux années à venir, parce que le maître mot c’est l’adaptation, la flexibilité, au regard de l’évolution de la mise en œuvre du projet. Il s’agit de proposer des actions qui permettent d’assurer la cohérence de l’intervention avec l’évolution du contexte à la fois humanitaire, sécuritaire, également le renforcement des besoins des populations. A mi-parcours nous tirons motif de satisfaction. Satisfaction en termes de mise en œuvre de propositions, de solutions aux défis qui avaient été identifiés lors du design du projet en termes de renforcement, de l’autonomisation, de la structuration des OSC. Egalement, les réponses apportées à travers les mises en place des cadres de concertation infra-communales, nottament au niveau village. L’autre élément de satisfaction vient du fait que le projet arrive à s’adapter aux réformes et aux changements qui ont eu lieu sur le plan politique avec l’arrivée de nouveaux acteurs que sont les délégations spéciales, et la prise en compte de quelques besoins humanitaires des acteurs sur le terrain. »

Albert TARPAGA, Directeur de la radio Laafi de Zorgho

Albert TARPAGA, Directeur de la radio laafi de Zorgho.

« Le partenariat avec le Laboratoire Citoyennetés et son partenaire de tous les jours Solidar Suisse nous a permis de cheminer plus de six ans ensemble. Cela nous a permis de participer de façon active pour que la démocratie au niveau locale soit participative. Il faut que les citoyens s’engagent à accompagner les gouvernants qu’ils ont eux-mêmes choisis. C’est vrai qu’avec l’arrivée actuellement des délégations spéciales, le choix a été fait par défaut, mais la mission reste inchangée. Il faut que ces gens qui gèrent les différentes communes puissent rendre compte au soir de leur mandat. C’est une très belle initiative, parce qu’au niveau de nos radios de proximité on faisait déjà le travail. Mais grâce au renforcement de capacités, cela nous a permis de prendre en compte d’autres pans en considération. Nous partons maintenant beaucoup plus pointus en ce qui concerne les différentes activités que nous menons au niveau des différentes communes. »

Tilado YAMÉOGO, Président du Comité d’Action Citoyenne (CAC) de Zorgho.

Tilado YAMÉOGO, Président du Comité d’Action Citoyenne (CAC) de Zorgho.

« Nous prenons part, ce matin, à l’atelier bilan à mi-parcours du Programme « Développement communautaire participatif dans le Plateau central et la Boucle du Mouhoun ». Pour ce qui est du programme, nous l’apprécions à son juste titre. C’est un projet qui a permis, tout d’abord, de renforcer les capacités des différents acteurs ; également, nous en tant que société civile nous avons reçu un accompagnement pour mettre en œuvre nos plans d’action, à travers les interpellations, les plaidoyers à l’endroit des autorités locales, et les sensibilisations à l’endroit de la population. Nous avons aussi bénéficié d’un soutien dans l’élaboration de nos textes règlementaires jusqu’à l’obtention d’un récépissé de reconnaissance. Nous avons par ailleurs, grâce au programme, été inscrits au Journal officiel. Nous pouvons donc dire que nous sommes satisfaits. Cependant, comme nous avons toujours besoin de grandir, et que toute œuvre humaine présente des insuffisances, certains besoins restent toujours à être comblés. Il faut encore plus de moyens logistiques ; notre développement institutionnel a besoin d’être renforcé pour que nous puissions travailler efficacement. Nous disons merci au Laboratoire Citoyennetés, qui nous accompagne depuis près de six ans, et à leur partenaire financier Solidar Suisse. Nous leur sommes reconnaissants et sommes à leur disposition. Nous souhaitons que leur accompagnement soit davantage renforcé. »

Rosine LOMPO, Observatrice Civitac, Zorgho

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Burkina Faso/PGPC-REDD+ : les comités communaux de gestion des plaintes dans la région du Sud-Ouest mis en place
Le Laboratoire Citoyennetés a mis en place les comités communaux de gestion des plaintes dans trois communes de la région du Sud-Ouest. Dernière région après celles de la Boucle du Mouhoun, du (...) Lire la suite
Burkina Faso : Les géologues réfléchissent sur leur rôle dans la production de ciment de qualité et la réalisation d’ouvrages pérennes
L’Association des géologues du Burkina Faso (AGBF) a organisé les 26 et 27 juin 2024, la 3e édition des journées du géologue. Le lancement des activités a eu lieu le mercredi 26 juin 2024 à Ouagadougou. (...) Lire la suite
Burkina Faso : A Ouagadougou, la réflexion se mène autour de la gouvernance inclusive des systèmes alimentaires
Le président de la Délégation spéciale (PDS) de la commune de Ouagadougou, Maurice KONATÉ, a procédé, ce mardi 16 juillet 2024, au lancement des dialogues alimentaires multi-acteurs de la ville. (...) Lire la suite
Toute l'actualité