Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Cotonou : la voix du Laboratoire Citoyennetés résonne fortement à la rencontre (...)
Cotonou : la voix du Laboratoire Citoyennetés résonne fortement à la rencontre des acteurs de la coopération transfrontalière des espaces Dendi Ganda (Bénin-Niger-Nigeria) et de la Bande côtière (Bénin-Togo)

À l’initiative conjointe de la Commission de l’UEMOA, des Bureaux de Coopération suisse (au Bénin et au Niger) et du LC, il s’est tenu à Cotonou, du 19 au 23 décembre 2022, un atelier de concertation entre les acteurs pour promouvoir la coopération transfrontalière et le développement local. L’atelier a regroupé les acteurs des espaces transfrontaliers du Dendi Ganda et de la Bande côtière Sud Bénin-Togo, ainsi que les structures nationales en charge de la gestion des frontières (SNGF) du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Niger, du Nigeria et du Togo. Il s’agissait, pour ces acteurs, d’échanger sur les évolutions en cours et les perspectives de développement dans ces deux espaces.

Photo de famille

La rencontre a été articulée autour de deux sessions qui ont porté respectivement sur le Cadre de Concertation Transfrontalier (CCT) de l’espace Dendi Ganda et sur l’Organisation des Collectivités Territoriales de la Bande côtière Sud Bénin-Togo (OCT-SBT).

La finalité de la réunion de Cotonou était de mieux faire connaître les deux espaces transfrontaliers et de définir un cadre d’accompagnements concertés, cohérents et complémentaires aux plans institutionnel, opérationnel et financier pour la mise en œuvre et le suivi des activités.

La voix du LC, à ces sessions, a été portée par une équipe de trois personnes composée de son Président, Raogo Antoine SAWADOGO, Dr Kassem Salam SOURWEMA du LC Ouaga et Abdou HASSANE du LC Niamey/Coordonnateur du PACT2 Niger.

L’équipe du LC.

L’intervention de Dr Kassem Salam SOURWEMA a porté sur l’analyse des bases légales de la coopération transfrontalière (coopération territoriale) qui connaît aujourd’hui un développement important et qui apparaît comme un levier d’impulsion de dynamiques fortes et soutenues permettant une accélération des processus d’intégration par l’édulcoration des effets clivants des frontières. Il ressort de la communication que dans l’espace UEMOA le cadre juridique, riche et varié, est favorable à la coopération transfrontalière. Que ce soit au Bénin, au Niger ou au Nigeria, les cadres juridiques donnent aux collectivités territoriales et à leurs associations le pouvoir de conclure des conventions en matière de coopération transfrontalière avec des collectivités étrangères. Au Bénin et au Niger, les textes sont même assortis de délais contraignants à la tutelle pour approuver les accords de coopération transfrontalière signés par les collectivités (allant de 15 jours au Bénin à 30 jours au Niger).

Dr SOURWEMA a fait une deuxième communication sur la possibilité de construction de la cohérence dans les interventions en faveur de l’espace Dendi Ganda. Cette réflexion prospective porte sur la compréhension de la notion de cohérence, les difficultés de sa construction et enfin sur les possibilités de construction de cette cohérence. Plusieurs perspectives ont ainsi été envisagées, à savoir, entre autres, une entrée par les institutions, une entrée thématique, une entrée par les services publics, etc. Dans tous les cas, le Dendi Ganda doit être au cœur.

Préfiguration du schéma de la cohérence des interventions
L’exposé de Abdou HASSANE a porté sur l’accompagnement du processus de mise en place du CCT Dendi Ganda par le LC à travers le PACT financé par la Coopération suisse au Niger depuis 2016. Ce Programme vise à permettre aux collectivités territoriales de l’espace Dendi Ganda de passer de la simple gestion des urgences à la prise en charge du développement global de la zone. De 2016 à 2022, sous l’impulsion du Laboratoire Citoyennetés, la mise en œuvre du PACT a permis d’aboutir aux résultats majeurs suivants :
-  La connaissance des potentialités multidimensionnelles de l’espace (sociales, culturelles, économiques) à travers l’analyse SWOT réalisée par le LC et l’étude diagnostique conduite dans le cadre du Schéma d’Aménagement Transfrontalier Intégré (SATI).
-  La consécration en 2016 des bases de la coopération transfrontalière avec la mise en place du CCT Dendi avec 3 communes (Gaya/Niger-Malanville/Bénin-Kamba/Nigeria).
-  Le renforcement continu du CCT Dendi Ganda (mise en place du Secrétariat permanent et des autres organes du CCT - conseil d’orientation, présidence -, existence d’un siège (provisoire) équipé et fonctionnel à Gaya, etc.), qui est aujourd’hui élargi à 12 communes (avec de nouvelles demandes d’adhésion en instance).
-  Le fonctionnement régulier du CCT Dendi Ganda, même sans l’appui des PTF.

Plusieurs autres communications ont été entendues à propos des programmes et des initiatives en cours dans les deux espaces. Il s’agit notamment du Programme d’Appui à la Gouvernance Locale et au Renforcement de l’Attractivité territoriale (AGORA), du Programme de Développement des Infrastructures Economiques et Marchandes au Bénin (PDIEM), du Programme de Coopération Transfrontalière Locale, phase 2 (PCTL 2) porté par l’UEMOA. Les stratégies nationales de gestion des frontières du Bénin, du Niger et du Nigeria ont fait aussi l’objet de présentation. Les échanges, très riches, ont permis aux acteurs de s’approprier les programmes et dynamiques en cours dans les deux espaces et dans les pays concernés de façon générale. Les acteurs des deux espaces ont aussi pu aboutir à des feuilles de route conjointes pour la suite.

Raogo Antoine Sawadogo, Président du Laboratoire Citoyennetés.

La rencontre a permis au LC de distribuer aux participants une cinquantaine de kits comprenant chacun les documents suivants (Le Guide de la libre circulation des personnes, deux plaquettes sur le PACT2, le Guide sur la coopération intercommunale et transfrontalière et le rapport de l’étude sur la coopération intercommunale et transfrontalière dans les Régions de Dosso et de Maradi).

En termes de perspectives, le LC, dans le cadre du PACT Niger, va poursuivre son accompagnement institutionnel au CCT Dendi Ganda en soutenant les actions suivantes :
-  l’appui à la formalisation du cadre ;
-  l’élaboration du Manuel de procédures administratives, financières et comptables ;
-  l’appui au recrutement du personnel complémentaire du SP/CCT ;
-  la formation/coaching au profit des membres ;
-  l’appui au processus de socialisation du SATI, notamment par la mise en cohérence des activités ;
-  l’appui logistique (siège provisoire) ;
-  etc.

À l’issue de la rencontre, le leadership et le rôle d’appui-conseil du LC ont été renforcés. Les participants repartent plus motivés avec des capacités plus renforcées pour une coopération transfrontalière plus vigoureuse.

Abdou HASSANE HIMA et Dr Kassem Salam SOURWEMA, pour Civitac

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Burkina Faso/PGPC-REDD+ : les comités communaux de gestion des plaintes dans la région du Sud-Ouest mis en place
Le Laboratoire Citoyennetés a mis en place les comités communaux de gestion des plaintes dans trois communes de la région du Sud-Ouest. Dernière région après celles de la Boucle du Mouhoun, du (...) Lire la suite
Burkina Faso : Les géologues réfléchissent sur leur rôle dans la production de ciment de qualité et la réalisation d’ouvrages pérennes
L’Association des géologues du Burkina Faso (AGBF) a organisé les 26 et 27 juin 2024, la 3e édition des journées du géologue. Le lancement des activités a eu lieu le mercredi 26 juin 2024 à Ouagadougou. (...) Lire la suite
Burkina Faso : A Ouagadougou, la réflexion se mène autour de la gouvernance inclusive des systèmes alimentaires
Le président de la Délégation spéciale (PDS) de la commune de Ouagadougou, Maurice KONATÉ, a procédé, ce mardi 16 juillet 2024, au lancement des dialogues alimentaires multi-acteurs de la ville. (...) Lire la suite
Toute l'actualité