Vous êtes ica: Accueil > Actualité > La culture comme facteur de riposte et de résilience aux actions (...)

La culture comme facteur de riposte et de résilience aux actions extrémistes

Ce lundi 5 novembre 2018 ont débuté, dans la cité du Liptako, deux jours de réflexion sur le rôle de la culture dans la prévention, la lutte contre l’extrémisme violent et la promotion de la cohésion sociale au Burkina Faso. Organisé par le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, avec le soutien du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), ce colloque national vise à trouver des pistes de solutions à même de venir à bout de l’extrémisme violent, et ainsi instaurer un climat social plus serein au Burkina Faso.

La lutte contre l’extrémisme violent est devenue un défi majeur pour le développement qu’il convient d’intégrer dans toutes les politiques publiques mises en œuvre au Burkina Faso. Dans la région du Sahel burkinabè, la terreur a gagné les populations et provoqué un climat de méfiance et de suspicion qui compromet le vivre-ensemble. D’où la nécessité de rétablir la confiance chez les citoyens à travers la présence de l’Etat à leurs côtés. Le présent colloque s’inscrit, au titre des initiatives développées par l’Etat burkinabè, pour lutter contre l’installation d’un climat de crainte. Il est justifié à la fois par le besoin d’une mobilisation sociale des acteurs culturels face à l’extrémisme violent, et le besoin de lui opposer une approche pacificatrice par la culture.

Présent à la cérémonie d’ouverture, le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim SANGO, a salué la présence effective des uns et des autres à ce rendez-vous. Pour lui, “la problématique de la lutte ne saurait être que militaro-sécuritaire. La vision du gouvernement est que cette lutte doit faire aussi appel à la contribution de chacun de nous et de tous les secteurs d’activités pour favoriser une solution durable du phénomène". La représentante du PNUD, Metsi MAKHETHA, a, quant à elle, réaffirmé l’engagement de son institution à “accompagner le gouvernement et les acteurs locaux à trouver des leviers de résilience face aux perturbations sociales et aux chocs externes”.

Les participants, issus de différentes couches socio-professionnelles nationales, des chercheurs, des personnes de ressources et des forces vives de la région, vont se pencher sur divers thèmes au cours des ateliers prévus durant les deux jours. Et de là sortira une feuille de route qui permettra d’utiliser la culture comme facteur de riposte et de résilience aux actions extrémistes et violentes en vue d’une cohésion sociale au Burkina Faso.

Romuald Windenonga OUEDRAOGO, Observateur Civitac Dori

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

3e session ordinaire de l’année 2020 du Conseil régional du Centre-Ouest

25 septembre 2020.

Dialogue démocratique

Organisé par le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD) le mardi 15 septembre 2020.

4ème édition du forum des forces vives de la commune de Loumbila

Le mardi 15 septembre 2020.

 

Visiteurs connectés

1 visiteurs en ce moment

Total visites: Web Hits