Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Zorgho : les cabarets, des espaces d’ambiance pour se ressourcer
Zorgho : les cabarets, des espaces d’ambiance pour se ressourcer

La vente de dolo est une activité à laquelle s’adonnent bon nombre de femmes. Elle est le plus souvent pratiquée par des femmes qui ont embrassé ce métier plusieurs années auparavant. Activité génératrice de revenus, elle attire un grand nombre d’amateurs qui aiment boire ce liquide rouge, communément appelé dolo ou tchapalo. Cet après-midi du 1er mai 2023, fête du travail, nous nous sommes rendu dans quelques cabarets de dolo de Zorgho, afin de nous imprégner de l’ambiance qui y règne.

Il est 15h lorsque nous franchissons le portail du cabaret de dolo de Albertine TINDANO. Nous sommes frappé par l’odeur du dolo et de la soupe. Le dolo, encore appelé tchapalo, est une boisson fermentée à base de céréales comme le maïs, le mil et le sorgho. Le goût du dolo est assez aigre. Il est consommé majoritairement dans les cabarets de dolo, mais peut aussi être emporté chez soi.

Foyer de Albertine TINDANO.

Quelques clients dégustent déjà le précieux liquide et nombre d’entre eux ont les yeux brillants. Et comme il n’est pas recommandé de le boire le ventre vide, certains clients commandent de la soupe ou de la viande grillée pour accompagner la dégustation.

Albertine TINDANO : « Je ne vends que les vendredis, samedis et dimanches ; les autres jours je les consacre à mon repos et à la préparation de mon dolo. Les clients, il n’en manque pas, surtout les week-ends. J’ai un foyer avec quatre marmites que j’utilise pour la préparation. J’avoue ne pas me plaindre car j’arrive à joindre les deux bouts sans difficulté », nous confesse-t-elle.

Le mil qui sert à la préparation du dolo.

Les cabarets connaissent une affluence les week-ends car c’est le moment de repos et où chacun peut venir se distraire un tant soit peu. C’est surtout pendant ce moment que certaines personnes découvrent les avantages et autres bienfaits du liquide rouge. Gaston LOMPO est un consommateur de dolo. Il nous affirme que le plaisir tiré de la boisson, c’est surtout les relations que l’on tisse. Fulbert NATAMA ne dit pas autre chose : « Ici, une somme d’informations de toutes sortes circule dans les cabarets », avant de poursuivre : « Cela prouve que ce n’est pas seulement pour se saouler que l’on fréquente ces cabarets. » Pour Delphine LANKOANDÉ, une tenancière de cabaret, les dolotières sont souvent victimes de paroles offensantes, bizarres de la part des consommateurs. « On peut te vexer par des paroles en te traitant de toutes sortes de noms », lance Mme HARO, qui précise qu’elles sont obligées de ne pas répliquer, pour ne pas les détourner de leur cabaret.

Une belle ambiance au cabaret.

La musique sert à retenir les clients, et longuement, dans les cabarets. Pour faire face aux railleries de mauvais goûts et autres provocations, certaines tenancières optent pour de la musique dans leur établissement. C’est le cas de Marie LANKOANDÉ : « Avec la musique, je n’écoute personne et c’est tout », affirme-t-elle. « Comme on le dit, la musique adoucit les mœurs. »

Les cabarets sont souvent de simples maisons en banco, avec parfois un hangar équipé de bancs pour les clients et occasionnellement de petites tables basses rudimentaires.

Abdramane ZERBO, Observateur Civitac, Plateau central

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Boucle du Mouhoun/Dédougou : un nouveau cimetière pour répondre aux besoins funéraires croissants de la ville
L’inauguration officielle du cimetière municipal de Dédougou a eu lieu ce lundi 03 juin 2024 sous le patronage du président de la Délégation spéciale régionale de la Boucle du Mouhoun, représenté par son (...) Lire la suite
Boucle du Mouhoun/examens scolaires session de 2024 : le clap de départ donné dans les écoles Centre de Dédougou
Le Gouverneur de la région de la Boucle du Mouhoun, Babou Pierre BASSINGA, a donné le clap de départ le mardi 4 juin 2024, de l’administration des des épreuves écrites des examens scolaires de la (...) Lire la suite
Développement local : le panel de Fara fait le point de ses activités sur les réalisations du PUDTR
Le mardi 28 mai 2024, la salle de réunion des producteurs de coton de Fara a abrité la journée de dialogue OSC/autorités locales de la commune de Fara sur les réalisations du PUDTR. Cette activité a (...) Lire la suite
Toute l'actualité