Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Kaya/Centre-Nord : Les jeunes alimentent la flamme de la paix
Kaya/Centre-Nord : Les jeunes alimentent la flamme de la paix

Le déplacement massif des populations des zones d’insécurité, vers les zones urbaines n’est pas sans conséquences sur la cohabitation pacifique. C’est ainsi que pour promouvoir le vivre-ensemble et la paix entre Personnes déplacées internes et hôtes, plusieurs acteurs sont à pied d’œuvre à Kaya, chef-lieu de la région du Centre-Nord. La jeunesse n’est pas en marge dans cette recherche de la paix et la cohésion sociale. Elle s’y met à travers plusieurs initiatives.

Selon les données du Secrétariat Permanent du Conseil National de Secours d’Urgence et de Réhabilitation (SP/CONASUR), à la date du 31 mars 2023, la région du Centre-Nord enregistrait 493 954 Personnes déplacées internes (PDI), soit 23,9% du nombre total des déplacés internes (2 062 534). Elle occupe le deuxième rang des régions qui accueillent le plus de Personnes déplacées internes après le Sahel (24,3% soit 501 961). La seule province du Sanmatenga, accueille 316 265 Personnes déplacées internes à cette même date. Cette situation occasionne une forte pression autour des infrastructures sociales de base, et engendre des tensions intercommunautaires.

Pour y faire face, plusieurs acteurs mènent des actions de promotion de la paix, la cohabitation pacifique et le vivre-ensemble. Quelle peut être donc la contribution de la jeunesse, dans cette recherche de la paix et la cohésion sociale dans la commune de Kaya, chef-lieu de la province du Sanmatenga ?

Cultiver le pardon…

A ce sujet, Ousmane ZIDA, personne déplacée interne vivant dans le site de Bangrin, secteur 6 de Kaya, prône la culture du pardon et le recours aux ainés. « De ma petite expérience, les conseils que j’ai à l’endroit des jeunes, c’est de cultiver le pardon, le respect mutuel, le respect des ainés et la promotion du bon voisinage et faire recours aux personnes âgées ou aux leaders d’opinion », a lancé le septuagénaire à la jeunesse.
Pour lui, les mécanismes endogènes peuvent contribuer à éteindre les germes de conflits et mésententes entre les jeunes. « A notre époque, nos grands-parents utilisaient la parenté à plaisanterie, les jeux de société, la danse, les contes et légendes …. pour prévenir les mésententes et gérer les conflits », relate-t-il, au cours des échanges, avant d’inviter la franche jeune à faire recours à certains de ces mécanismes, au regard du contexte qui prévaut, pour résoudre certaines divergences.

Ousmane ZIDA, Personne déplacée interne

Cultiver la paix à travers le respect mutuel, l’acceptation de l’autre…

Des conseils qui, appuyés d’actions, pourront renforcer la recherche de la paix. Dans la commune de Kaya, chef-lieu de la province du Sanmatenga, l’engagement de la jeunesse se laisse voir à tous les niveaux. C’est le cas du Conseil Régional de la Jeunesse du Centre-Nord qui, au-delà de ses missions régaliennes, œuvre à engager les jeunes dans la promotion de la paix et la cohésion sociale à travers plusieurs activités.

Avec son président Sayouba SAWADOGO, il a été question de découvrir la structure et le rôle de ses membres dans la culture de la résilience, la promotion de la paix et la cohésion sociale. « En tant que démembrement du Conseil National de la Jeunesse, le CRJ Centre-Nord a déjà réalisé des théâtres foras, des activités sportives PDIs-Hôtes et participé à toutes autres actions pour promouvoir la paix dans la région », explique le président, avant d’interpeller les membres à s’impliquer davantage pour le retour de la paix tant recherchée dans la région.

Sayouba SAWADOGO, Président CRJ CN

Pour Sayouba SAWADOGO, au regard du nombre important de Personnes déplacées internes qu’accueille la commune de Kaya et des efforts de recherche de la paix à tous les niveaux, les jeunes ont un devoir important à jouer. « En tant que jeune, PDI ou hôte, nous devons cultiver la paix à travers le respect mutuel, l’acceptation de l’autre, le recours aux aînées et surtout être des ambassadeurs dans nos familles, communautés et quartiers en donnant un bon exemple d’acteurs de paix », a terminé le Président CRJ Centre-Nord.

Bannir la division

Dans la même lancée, Pauline OUEDRAOGO, jeune déplacée interne, membre du club U-reporter de Kaya, souligne la nécessité pour la jeunesse de bannir la division et promouvoir l’intégration ethnique et/ou religieuse. Agée de la vingtaine révolue, la jeune fille invite ses camarades à fréquenter les centres d’écoute pour jeunes. « Nous jeunes, nous devons nous respecter mutuellement et respecter nos ainés, nous rendre dans les centres d’écoute pour jeunes pour partager nos expériences et nous cultiver davantage et surtout, éviter tout comportement stigmatisant ou divergeant », relate Pauline OUEDRAOGO.

Pauline OUEDRAOGO, Personne déplacée interne et membre des jeunes U-Reporters

Autre structure, autre activité et même vision. L’Association Education et Développement du Sanmatenga (AEDS) est une structure de jeunes basée à Kaya, qui mène aussi plusieurs actions dans le sens de promouvoir l’implication des jeunes dans la promotion de la cohabitation pacifique.

Engager les jeunes déplacés internes à connaitre leur rôle…

Parmi leurs activités, nous avions participé le samedi 8 avril 2023 à une séance de réflexion avec les Personnes déplacées internes dans un des sites de Kaya sur le thème « Rôle de la jeunesse dans la promotion de la paix et la cohabitation pacifique ». Une activité qui s’inscrit dans le cadre du projet DJAMTAN - LAAFI BALA, mise en œuvre par le Centre d’étude et de coopération internationale (CECI) en partenariat avec le Laboratoire Citoyennetés et plusieurs autres organisations de société civile du Sanmatenga. « Cette séance de causerie qui s’inscrit dans le cadre du projet de renforcement de la résilience des jeunes pour la paix dans le Sahel et le Centre-Nord : DJAMTAN - LAAFI BALA, financé par CECI, vise à engager les jeunes PDIs à connaitre leur rôle afin de contribuer à promouvoir la paix, la cohésion sociale et le bon vivre-ensemble avec leurs hôtes et surtout à engager la jeunesse dans cette lutte commune », a relaté Lassané SAWADOGO, secrétaire général de l’AEDS.

Lassané SAWADOGO, SG AEDS

Rappelons que c’est grâce à l’appui du CECI que plusieurs organisations de la société civile de la région, dont l’Association Education et Développement du Sanmatenga, mènent de nombreuses activités de promotion de la paix et la cohésion sociale, parmi lesquelles on retient des activités socio-culturelles, des émissions radiophoniques, des séances de causerie, repas communautaires, travaux d’intérêt public, bref toute autre activité de communion PDI et hôte….

Tibgouda Samuel SAWADOGO

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Boucle du Mouhoun/Dédougou : un nouveau cimetière pour répondre aux besoins funéraires croissants de la ville
L’inauguration officielle du cimetière municipal de Dédougou a eu lieu ce lundi 03 juin 2024 sous le patronage du président de la Délégation spéciale régionale de la Boucle du Mouhoun, représenté par son (...) Lire la suite
Boucle du Mouhoun/examens scolaires session de 2024 : le clap de départ donné dans les écoles Centre de Dédougou
Le Gouverneur de la région de la Boucle du Mouhoun, Babou Pierre BASSINGA, a donné le clap de départ le mardi 4 juin 2024, de l’administration des des épreuves écrites des examens scolaires de la (...) Lire la suite
Développement local : le panel de Fara fait le point de ses activités sur les réalisations du PUDTR
Le mardi 28 mai 2024, la salle de réunion des producteurs de coton de Fara a abrité la journée de dialogue OSC/autorités locales de la commune de Fara sur les réalisations du PUDTR. Cette activité a (...) Lire la suite
Toute l'actualité