Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Journée mondiale contre le travail des enfants
Journée mondiale contre le travail des enfants

La Journée mondiale contre le travail des enfants a été commémorée en différé ce mardi 27 juin 2023 à Ouagadougou. Le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Bassolma BAZIÉ, a présidé la cérémonie.

La Journée mondiale contre le travail des enfants (JMTE) a été instaurée depuis 2002 par le Bureau international du travail (BIT). Elle est célébrée le 12 juin de chaque année. Le thème : « Justice sociale pour tous, éliminons le travail des enfants ! » de la présente commémoration appelle à intensifier l’extension de la couverture de la protection sociale à toutes les couches de la population afin de réduire les injustices et l’iniquité. Il s’agit notamment de travailler à la création d’emplois stables et durables, à l’extension de la sécurité sociale à toutes les couches sociales, à rendre accessible le système scolaire et à adapter l’éducation au marché de l’emploi...

Chaque année, les Etats membres de l’Organisation internationale du travail marquent une halte le 12 juin à l’occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants pour évaluer l’impact des actions de lutte contre le travail des enfants et d’en dégager des perspectives. A cet effet, le gouvernement burkinabè a pris des engagements pour la réduction des inégalités entre les couches sociales à travers le Plan d’action pour la stabilisation et le développement (PASD), adopté le 25 janvier 2023.

Quelques participants.

Le ministre en charge de la Protection sociale, Bassolma BAZIÉ, à l’occasion de la JMTE, a adressé un message.

Quelques extraits de son allocution : « Pour cette année, la commémoration de cette journée dans notre pays se tient dans un contexte sécuritaire assez difficile avec pour conséquences le déplacement des populations et la perte de leurs biens. En effet, au 31 mars 2023, selon le Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (CONASUR), le nombre de personnes déplacées internes s’élève à 2 062 534, parmi lesquelles figurent 58,5% d’enfants âgés de 5 à 17 ans. Cette situation augmente l’état de vulnérabilité de certains ménages et pourrait constituer des raisons justifiant la soumission des enfants aux pires formes de travail, notamment l’exploitation par la mendicité, la traite, la prostitution et leur enrôlement par les groupes armés terroristes. Je ne saurai passer sous silence l’abnégation, le courage et le don de soi de nos vaillantes Forces de Défense et de Sécurité ainsi que les Volontaires pour la Défense de la Patrie afin de restaurer l’intégrité territoriale de notre pays. Je demeure persuadé que l’invulnérabilité des ménages mettra un terme au travail précoce des enfants, et partant ses conséquences pour eux, leur famille et la nation toute entière. La vision de mon département est d’asseoir un système moderne de surveillance du travail des enfants au niveau national », a déclaré Bassolma BAZIÉ. Il a par ailleurs, au regard de la persistance du travail des enfants, appelé à des réformes législatives et politiques.

Les enfants en pleine prestation.

Le président du mois de l’Union d’Action syndicale (UAS), Ernest OUÉDRAOGO, s’est réjoui de la commémoration de cette journée dont les objectifs visent à « évaluer l’impact des actions engagées, renforcer la synergie d’action et renouveler les engagements pour une lutte efficace contre le fléau qui détruit l’avenir de nos futurs bras valides que sont nos enfants ».

Pour le président du Parlement des enfants, Olloh DAH, il a été question des efforts du gouvernement en matière de lutte contre le travail des enfants, tout en rappelant le caractère particulier de cette journée qui, selon lui, est le lieu pour eux de mettre les autorités face à leurs obligations vis-à-vis des enfants.

Rosine LOMPO, Observatrice Civitac, Ouagadougou

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Valorisation du patrimoine culturel du Burkina : ACT ÉCOLE fait découvrir les trésors touristiques du Kourittenga
Dans le cadre de son programme triennal, l’association Action pour la culture et le tourisme à l’école « ACT-ECOLE » a organisé, le mardi 18 juin 2024, deux activités majeures : une formation des guides (...) Lire la suite
Rentabilité du secteur touristique au Burkina : Le ministère en charge du Tourisme prône la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme
Le ministère de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme a tenu, le mardi 11 juin 2024, une session de sensibilisation sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le (...) Lire la suite
Musée national du Burkina Faso : exposition des « Masques : au-delà du visible »
Le Musée national du Burkina Faso (MNBF) a procédé, dans l’après-midi de ce vendredi 14 juin 2024 à Ouagadougou, au vernissage de son exposition permanente : « Masques : au-delà du visible ». La (...) Lire la suite
Toute l'actualité