Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Gouvernance des ressources minières au Burkina Faso : quelles opportunités (...)

Gouvernance des ressources minières au Burkina Faso : quelles opportunités et quels défis pour les collectivités territoriales ?

Dans le cadre du programme d’appui à la décentralisation et à la participation citoyenne (DEPAC), le Laboratoire Citoyennetés a tenu, les 18 et 19 décembre 2018 au CARFDHI, un séminaire au profit des collectivités territoriales et des OSC partenaires dudit programme et dont le thème était : « Ressources minérales et développement des territoires décentralisés : opportunités, contraintes et défis ».

C’est un fait indéniable que le Burkina Faso est en passe de devenir un pays minier. En effet, le pays compte 12 mines en activité et sa production d’or en 2017, qui était de l’ordre de plus de 45 tonnes, a généré plus de 226 milliards de recettes au profit du budget de l’Etat. On ne saurait éluder, toutefois, le fait que l’exploitation minière est souvent source de conflits au sein des collectivités territoriales qui en sont directement impactées, notamment en ce qui concerne la répartition équitable des recettes issues de cette exploitation, les emplois locaux dans les sites miniers, la fourniture de biens et services aux entreprises minières par les entreprises locales, le respect et la protection de l’environnement, la relocalisation des populations, etc. Par ailleurs, ces collectivités ne sont pas toujours bien outillées sur ces enjeux. Aussi le Laboratoire Citoyennetés a-t-il tenu à inscrire, dans le programme DEPAC, l’exploitation minière comme axe de travail en vue de soutenir la gouvernance des ressources minières pour un développement durable et inclusif des collectivités territoriales.
C’est, du reste, dans cette dynamique que le Laboratoire Citoyenneté a organisé ce séminaire pour offrir aux élus locaux, particulièrement ceux des collectivités partenaires du DEPAC, un espace de réflexion collective et d’apprentissage, une tribune d’expression et de partage d’expériences sur les principaux enjeux de l’exploitation des ressources minières au Burkina. Et à cet effet, trois panels ont été organisés :
-  le premier a porté sur le rôle des institutions ainsi que sur les règles et principes-clé de l’exploitation des ressources minérales au Burkina. Il s’est agi, au cours de ce panel, de faire un état des lieux du cadre normatif qui régit le secteur des mines et aussi d’évoquer les avantages et obligations concédés ou imposées par la loi aux entreprises minières ainsi que les rapports entre les mines artisanales et celles industrielles ;
-  le deuxième panel a consisté essentiellement en un partage d’expériences. Ainsi la commune de Houndé et celle de Méguet ont-elles partagé leurs expériences en matière de collaboration avec les mines industrielles et artisanales. De ce partage, on apprend, par exemple, que la commune de Méguet a pu acquérir avec ses partenaires une machine très performante pour le traitement de l’or qui ne requiert ni mercure ni cyanure et que celle-ci met à la disposition des orpailleurs ; toute chose qui permet de mieux préserver la nappe phréatique de la pollution et donc de mieux protéger l’environnement. Ce panel a été également une tribune pour le président du réseau des communes minières du Burkina (REMCOM) de présenter cette structure dont le but est de renforcer la concertation entre les maires des communes abritant des sites miniers afin de leur permettre d’en tirer plus de profits au bénéfice des populations qu’ils représentent ;
-  Le troisième panel, quant à lui, a abordé la problématique de la responsabilité sociétale des entreprises minières notamment en ce qui concerne les emplois locaux au sein de ces entreprises et les droits humains.
Les discussions à l’issue des différents panels ont montré qu’il était plus nécessaire de mieux accompagner et suivre les activités minières que de s’inscrire dans une logique de rejet continu de ces activités au regard des opportunités qu’elles présentent. Tout en saluant donc la pertinence des différentes communications, les participants n’ont pas manqué de faire des recommandations à cet effet. Et au titre de ces recommandations on peut relever, entre autres, l’amélioration de la communication en ce qui concerne les opportunités de fournitures de biens et services aux entreprises minières par des entreprises locales, l’accompagnement, par les entreprises minières, des jeunes formés pour les métiers de la mine en vue de leur insertion professionnelle, la redynamisation des différents cadres de concertations au plan local et l’accompagnement des initiatives de veille citoyenne des organisations de la société civile. Elles serviront, par ailleurs, à l’élaboration d’une feuille de route pour une gouvernance plus vertueuse des ressources minières au Burkina Faso.

Wendabo Joseph Arsène SAWADOGO, Observateur Civitac.

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Sondage civitac

Du 22 au 25 Septembre 2020 sur la plateforme civitac
https://civitac.org/?page=sondage

3e session ordinaire de l’année 2020 du Conseil régional du Centre-Ouest

25 septembre 2020.

Dialogue démocratique

Organisé par le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD) le mardi 15 septembre 2020.

 

Visiteurs connectés

1 visiteurs en ce moment

Total visites: Web Hits