Vous êtes ica: Accueil > Actualité > 58 ans d’indépendance, Lassané Sawadogo s’exprime

58 ans d’indépendance, Lassané Sawadogo s’exprime

Qui est Lassané Sawadogo ?
Lassané Sawadogo est un natif de la région du Nord, plus précisément du village de Bougouré, de Ninga, et actuellement résident au secteur 5 de Ouahigouya. Il est un garant de la culture dans la région du Nord ; il fait de cela un métier car il a pendant longtemps servi dans plusieurs radios comme animateur culturel. Aujourd’hui vieux Lassané a posé ses valises à la radio Wend-Panga où il continue de bien faire ce qu’il aime au profit de la population de Ouahigouya et de la jeunesse en particulier.

Pouvez-vous nous parler des moments forts de l’accession du Burkina Faso à l’indépendance ?
La Haute-Volta, l’actuel Burkina Faso, était autrefois subdivisée en cinq grandes parties, considérées comme des royaumes. C’était le royaume de Fada-N’Gourma, le royaume de Tenkodogo, le royaume de Yatenga, le royaume de Ouagadougou et le royaume de Bousma. Ainsi chaque roi dirigeait à sa manière ses sujets. Les informations étaient partagées entre royaumes et chaque roi, avec son collège de sages et ses chefs de canton, s’attelait à la gestion de son royaume. La colonisation est venue tout ruiner, elle a semé le désordre au sein des populations. L’accession à l’indépendance avec le premier président Maurice Yaméogo a arrangé un peu la situation. Le système occidental est désormais ancré dans les coutumes des populations et la culture burkinabè est délaissée au profit des cultures occidentales.

Après 58 ans, que pensez-vous de l’indépendance du Burkina Faso ?
Lorsqu’on se dit indépendant on doit s’autosuffire, ce qui n’est absolument pas le cas au Burkina. Nous voyons toujours la mainmise de l’Occident sur les politiques du Burkina. Pouvons-nous à ce moment parler d’indépendance ? Je ne crois pas. Également l’indépendance est venue avec ce principe qu’est la liberté, qui donne la possibilité à tous et à chacun de faire ce qu’il veut ou de dire ce qu’il veut. Ainsi beaucoup de jeunes vivent au mépris des coutumes et des cultures. Les parents ou les vieillards ne peuvent plus contraindre un jeune à faire ce qu’ils veulent.

Vous êtes récipiendaire de la médaille d’honneur des collectivités locales, qu’est-ce qui vous a valu cette décoration et comment vous apercevez cette médaille ?
J’ai été décoré le 11 décembre dernier. C’est avec une immense joie que j’ai reçu la médaille. En effet, par cette décoration je voyais le travail de plusieurs années récompensé, même si le mérite revient aux responsables des radios, et surtout aux auditeurs qui écoutent et interagissent pendant l’émission. Nous remercions donc les chefs coutumiers, garants et protecteurs de la tradition, qui nous inspirent et nous conseillent à chaque fois ; nous voulons également remercier les responsables religieux et les autorités locales qui nous accompagnent et nous soutiennent. Et surtout remercier la jeunesse, cette jeunesse consciente et dynamique pour la confiance qu’elle nous accorde.

Quel message pour la jeunesse ?
Nous sommes dans un monde où le mode de vie est orienté vers l’Occident ; nous demandons à la jeunesse de respecter les valeurs et les cultures du Burkina Faso. Il faut que cette jeunesse se lève pour travailler et ne pas tout attendre des autres. Il y a de nos jours une main-d’œuvre, et d’ailleurs une main-d’œuvre qualifiée, au Burkina. Inspirons-nous de nos cultures et utilisons nos propres ressources pour nous développer. C’est ainsi que nous parviendrons à un développement harmonieux de notre beau pays.

Interview réalisée par Boris W. Ouédraogo, Observateur Civitac, Ouahigouya

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Rencontre d’échange sur les mesures sécuritaires dans la commune de Diapaga

Les 22 et 23 mars 2021.

Atelier de planification des actions prioritaires du PCD de la commune de Yamba

Les 9 et 10 mars 2021, dans l’enceinte de la mairie à 09h.

Atelier de restitution du rapport provisoire de diagnostic du PCD de Yamba

Les 4 et 5 mars 2021, dans l’enceinte de la mairie à 08h30 mn.

 

Civiteam

Aller sur Civiteam http://civiteam.org/ Web Hits