Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Crise humanitaire : quand la synergie s’opère entre les structures (...)
Crise humanitaire : quand la synergie s’opère entre les structures déconcentrées du Centre-Ouest pour sa gestion

La situation sécuritaire au Burkina Faso et son corollaire de crise humanitaire a entrainé le déplacement de plusieurs millions de personnes à l’intérieur du pays. Le déplacement de ces populations conduit les premiers responsables des localités d’accueil à prendre des initiatives, allant dans le sens de l’amélioration de leurs conditions de vie. Dans la région du Centre-Ouest, collectivités territoriales (CT), services déconcentrés de l’Etat, Organisations non gouvernementales (ONG), Organisations de la société civile (OSC) et acteurs du privé se retrouvent en synergie sur le terrain pour gérer au mieux la crise humanitaire.

Selon le Secrétariat permanent du Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (SP/CONASUR), à la date du 31 mars 2023 le Burkina Faso enregistrait 2,06 millions de Personnes déplacées internes (PDI). La région du Centre-Ouest, au 31 juillet 2023, comptait 74 475 PDI, contre 3 004 PDI pour la province du Boulkiemdé, toujours à cette même date, selon la Direction régionale en charge de la solidarité et de l’action humanitaire du Centre-Ouest. Ces PDI installées dans les zones d’accueil se retrouvent sous la coupe des collectivités territoriales (CT) hôtes.

Remise de vivres, de non-vivres et de kits de dignité aux PDI de la région du Centre-Ouest par le CR-COS.

Le dispositif de gestion de la crise humanitaire varie d’une structure à une autre
Dans la région du Centre-Ouest, la gestion de cette crise humanitaire a exigé collectivités territoriales (CT), services déconcentrés de l’Etat, Organisations non gouvernementales (ONG), Organisations de la société civile (OSC) et acteurs privés à prendre des initiatives. A la Direction provinciale en charge de la solidarité et de l’action humanitaire du Boulkiemdé, un dispositif local de gestion de la crise humanitaire existait et il a suffi de l’actionner, selon son premier responsable, Moussa BAKOUAN. « On a un mécanisme déjà existant qui permet non seulement de prévenir et de prendre en charge ces situations qu’on met généralement dans le chapeau de catastrophes et de crise humanitaire. A l’image du dispositif national, on a un mécanisme local - qu’il soit provincial ou départemental - qui permet d’assurer l’alerte et les préventions. » Mais au Conseil régional du Centre-Ouest (CR-COS), ce dispositif fonctionne autrement, car orienté vers l’accompagnement et l’appui, a fait savoir Judicaël FAFANDO, son Secrétaire général : « En tant que collectivité territoriale, c’est la délégation spéciale en tant qu’organe délibérant qui examine cette question et entreprend des actions pour soulager un tant soit peu les PDI qui se trouvent dans notre région. »

Chaque acteur, en fonction de son dispositif mis en place, répond à la crise à sa manière
C’est dans ce sens qu’une délibération a été prise par la Délégation spéciale régionale pour la mise en œuvre de plusieurs actions en réponse à la crise humanitaire. Au nombre de ces actions, il y a eu la remise de vivres, de non-vivres et de kits de dignité au profit des PDI de la région ; la remise officielle au titre de l’année 2023 étant intervenue le 16 août dernier dans la commune de Réo. « Actuellement nous sommes dans la phase de distribution dans toutes les quatre provinces de notre région », a ajouté le Secrétaire général du CR-COS. Aux côtés de la collectivité régionale, il y a les Organisations de la société civile (OSC) qui sont également dans la danse. Parmi elles, il y a le Conseil régional de la jeunesse du Centre-Ouest (CRJ-CO). La faîtière des jeunes de la région a également pris des initiatives allant dans le sens de la réponse à la crise humanitaire. « Il s’est agi pour nous de répondre à l’appel au soutien à l’effort de paix lancé par le Gouvernement. Nous avons lancé une campagne de collecte de fonds non seulement pour l’effort de paix, mais aussi au profit des Personnes déplacées internes dans notre région. En outre, nous avons travaillé à engager l’ensemble des jeunes à ce qu’ils s’intéressent à la résolution de cette crise humanitaire », a confié Daouda KABRÉ, président du CRJ-CO.

Remise de don aux Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) de la commune de Sabou par le CRJ/CO.

Les dispositifs de chaque groupe d’acteurs fonctionnent du fait du travail de synergie
C’est autant d’efforts venant de chaque groupe d’acteurs étatiques et non étatiques qui participent à la gestion de la crise humanitaire. Ces dispositifs propres à chaque groupe d’acteurs fonctionnent du fait du travail de synergie et de coordination qui existe. Moussa BAKOUAN a salué le travail effectué par les acteurs des CT, parce qu’à son sens « elles sont en première ligne quand ce genre de situations arrive. C’est eux qui commencent par apporter la première réponse avant que les structures organisées ne puissent intervenir ». Avant de préciser plus loin : « Pour l’ensemble des acteurs - que ce soit la commune, les ONG, les associations ou même les particuliers -, c’est vraiment un travail de coordination que nous faisons pour leur permettre d’orienter les appuis. On leur permet de savoir que ce groupe a eu un petit appui et il faut l’orienter dans l’autre sens. » « Nous nous chargeons de mobiliser les ressources, et en partenariat avec cette direction, elle fait la répartition au profit des personnes indiquées, celles qui sont réellement dans le besoin », a renchéri M. KAFANDO.

Le Secrétaire général du CR-COS a appelé ses partenaires à plus de synergie sur le terrain « pour que le peu de moyens que nous avons à mettre à la disposition des PDI puisse être déployé de façon efficace ». Le directeur provincial en charge de l’action humanitaire du Boulkiemdé a, pour sa part, recommandé à ses partenaires de continuer les plaidoyers et la mobilisation des ressources afin qu’a leur niveau ils puissent toujours apporter l’assistance qui convient aux cibles, c’est-à-dire les personnes déplacées internes.

Aziz KABORÉ, Observateur Civitac, Koudougou

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Boucle du Mouhoun/Dédougou : un nouveau cimetière pour répondre aux besoins funéraires croissants de la ville
L’inauguration officielle du cimetière municipal de Dédougou a eu lieu ce lundi 03 juin 2024 sous le patronage du président de la Délégation spéciale régionale de la Boucle du Mouhoun, représenté par son (...) Lire la suite
Boucle du Mouhoun/examens scolaires session de 2024 : le clap de départ donné dans les écoles Centre de Dédougou
Le Gouverneur de la région de la Boucle du Mouhoun, Babou Pierre BASSINGA, a donné le clap de départ le mardi 4 juin 2024, de l’administration des des épreuves écrites des examens scolaires de la (...) Lire la suite
Développement local : le panel de Fara fait le point de ses activités sur les réalisations du PUDTR
Le mardi 28 mai 2024, la salle de réunion des producteurs de coton de Fara a abrité la journée de dialogue OSC/autorités locales de la commune de Fara sur les réalisations du PUDTR. Cette activité a (...) Lire la suite
Toute l'actualité