Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes : la commune de Tangaye est à pied (...)

Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes : la commune de Tangaye est à pied d’œuvre

Un peuple qui se développe est un peuple qui ose entreprendre. Le Burkina Faso a une population galopante et la majorité est jeune. Beaucoup de ces jeunes font face au problème d’employabilité parce qu’ils attendent tout de l’État, ou parce qu’ils ne connaissent pas les méthodes pour bien entreprendre. La mairie de Tangaye, commune rurale située à 15 km de la ville de Ouahigouya, consciente de la valeur entrepreneuriale dans sa commune, a initié 48 heures de formation en entrepreneuriat et la recherche de financement en faveur des jeunes. Cette activité de la mairie a été appuyée par le Laboratoire Citoyennetés. Au total 40 jeunes venus des différents villages de la commune de Tangaye ont vu leurs compétences en matière entrepreneuriale augmentées et beaucoup sont repartis avec de nouvelles idées en matière d’entreprendre.

Faite en langue nationale et locale mooré, cette formation a été assurée par Gansooré Lamine, conseiller de jeunesse et d’éducation permanente à la Direction régionale de la jeunesse du Nord. Dans une dynamique participative, les participants ont tout d’abord regardé une bande d’images d’activités entrepreneuriales à travers un power point commenté. Cette approche a eu pour objectif d’éveiller les participants car les images observées sont des initiatives locales de la région et souvent même de la commune. Ensuite, les échanges ont porté sur l’importance et les avantages d’une entreprise individuelle ou collective. A ce niveau, on retient qu’entreprendre c’est vivre, c’est avoir sa liberté et son indépendance. On ne doit cependant pas se fier aux regards des autres. « Vous y sentirez parfois de l’incompréhension, mais surtout beaucoup de jalousie, car la création d’entreprise fait rêver », a fait remarquer le formateur. En effet, les secteurs porteurs de richesse sont : l’agroalimentaire, la construction, la téléphonie et le textile. Cependant toute entreprise bien planifiée et bien gérée peut générer des ressources.
En matière de gestion, on retient que la notion de gestion d’une entreprise implique plusieurs facteurs : la gestion des ressources humaines (les employés, les clients et les fournisseurs) : il faut savoir entretenir les relations qu’il faut avec tous ces acteurs qui peuvent influencer positivement comme négativement le fonctionnement de votre entreprise ; la gestion financière (la comptabilité simplifiée) : savoir produire et utiliser les différentes pièces comptables. Pour entreprendre il faut d’abord nourrir une idée d’entreprise, et avoir un capital de départ pour la mettre en œuvre.
Cependant l’Etat, à travers le ministère de la Jeunesse, a mis en place plusieurs structures d’accompagnement des micro-entreprises. Il s’agit du Fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes (FAARF), du Fonds d’appui au secteur informel (FASI), du Fonds d’appui aux initiatives des jeunes (FAIJ), du Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA). Il y a également des ONG et les programmes de subvention, les associations locales de développement. Toutes ces structures accordent des financements sous forme de subventions pour les activités génératrices de revenus ou des micro-projets bien structurés. Une entreprise bien structurée est une entreprise qui est créée et existe selon la charte des PME et qui remplit ses obligations, c’est-à-dire le payement des taxes et des impôts. Pour mieux appuyer cette formation, une visite terrain a été faite.

Il s’est agi de faire une visite chez Nyampa Yacouba, un entrepreneur aviculteur de la commune. Cette visite a permis aux participants de discuter avec cet aviculteur qui a commencé petit et qui, aujourd’hui, compte 250 poules pondeuses. Par jour il ramasse au moins cinq plaquettes d’œufs. Chaque plaquette étant vendue à 2 300 F CFA, Yacouba Nyampa gagne de la vente des œufs 11 500 F CFA par jour. Ce qui lui permet de vivre et de nourrir sa famille. Au terme de ces 48 heures d’échange et de partage, les participants se réjouissent de ce qu’ils ont reçu comme connaissance, ce qui va sans doute les aider dans leur orientation entrepreneuriale et permettre à certains de pouvoir renforcer la gestion de leur entreprise. C’est du reste ce que nous ont confié Sawadogo Moussa et Ouédraogo Zakaria, respectivement éleveur et gérant de restaurant. Le maire, quant à lui, a remercié le partenaire pour le soutien et exhorté ces jeunes à utiliser les nouvelles connaissances à bon escient.

Boris Wend-La Sida OUÉDRAOGO Observateur Civitac Ouahigouya

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

3e session ordinaire de l’année 2020 du Conseil régional du Centre-Ouest

25 septembre 2020.

Dialogue démocratique

Organisé par le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD) le mardi 15 septembre 2020.

4ème édition du forum des forces vives de la commune de Loumbila

Le mardi 15 septembre 2020.

 

Visiteurs connectés

5 visiteurs en ce moment

Total visites: Web Hits