Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Burkina Faso : des acteurs locaux des collectivités territoriales des (...)
Burkina Faso : des acteurs locaux des collectivités territoriales des régions du Nord et du Sahel formés sur le processus de concertation et de redevabilité auprès des citoyens

Le Laboratoire Citoyennetés, dans le cadre de la mise en œuvre de l’axe 1 du programme d’appui à la Décentralisation et à la Participation citoyenne, phase 3 (DEPAC-3), a tenu, du 24 au 25 octobre 2023, à Ouahigouya, un atelier régional de renforcement des capacités des acteurs locaux des communes partenaires. L’activité porte sur le processus de concertation et de redevabilité de ces acteurs avec les populations.

En effet, le Laboratoire Citoyennetés, qui assure la mise en œuvre de l’axe 1, intitulé « Participation citoyenne et redevabilité, y compris cohésion sociale et promotion de la paix ainsi que l’appui à l’ADCT » de DEPAC 3, a renforcé les capacités des acteurs locaux des communes partenaires sur le processus de concertation et de redevabilité. Présidée par le vice-président de la Délégation spéciale de la région du Nord, l’objectif global de cette formation est alors de renforcer les capacités des membres des délégations spéciales sur le processus de concertation avec les citoyens et de redevabilité pour leur permettre de mieux assumer leurs tâches et obligations. En détail, il s’est agi, dans un premier temps, d’améliorer les connaissances des participants sur les enjeux et principes de concertation et de redevabilité ; dans un deuxième temps, de familiariser les participants avec les techniques et méthodes de concertation et de redevabilité prônées par l’État, et, dans un dernier temps, de familiariser les participants avec les pratiques de concertation et de redevabilité du Laboratoire Citoyennetés et de quelques OSC qui ont fait leur preuve. Tout cela a permis d’identifier les faiblesses et/ou difficultés dans la mise en œuvre de la concertation et de la redevabilité et d’y apporter des recommandations et des conseils techniques.

De gauche à droite : René OUÉDRAOGO, Directeur de la gouvernance locale, Seydou OUÉDRAOGO, 2e vice-président de la Délégation spéciale du Nord, et Henri YANOGO, Chargé de programme au Laboratoire Citoyennetés.

Cette activité trouve sa justification dans la recherche de développement endogène. En détail, dans la quête de son développement économique et social, et pour parer aux échecs d’une gouvernance centralisée introduite au lendemain des indépendances, le Burkina Faso a opté, depuis les années 90, la décentralisation comme mode de gouvernance. Ainsi, aux termes de l’article 2 du Code général des collectivités territoriales (CGCT) du Burkina Faso, la décentralisation consacre le droit des collectivités territoriales à s’administrer librement et à gérer ses affaires propres en vue de promouvoir le développement à la base (développement local) et de renforcer la gouvernance locale.

Le citoyen est prépondérant dans l’atteinte des objectifs de la décentralisation

L’on note alors la prépondérance du citoyen et de sa participation dans l’atteinte des objectifs de la décentralisation. Pour permettre une pleine participation des citoyens, l’une des étapes est de mettre à leur disposition les informations relatives à la gestion de la cité. Toute chose qui ne peut se faire qu’à travers la concertation et la redevabilité.

C’est pourquoi, dans le cadre de la mise en œuvre des dynamiques de concertation et de redevabilité, le programme DEPAC - qui est à sa troisième phase - apporte un appui à ses communes partenaires. En effet, des dynamiques de concertation et de redevabilité ont été développées grâce à l’appui de DEPAC dans les trente collectivités territoriales de sa zone d’intervention.

Ces dynamiques enclenchées dans les phases antérieures, notamment avec les élus locaux d’alors, ont permis d’améliorer l’offre et la demande de la participation citoyenne dans ces communes. Cependant, force est de constater qu’avec l’avènement des délégations spéciales suite à la dissolution des conseils de collectivités le 2 février 2022, ces actions méritent d’être redynamisées. De ce fait, pour assurer une continuité de ces dynamiques dans le contexte de la délégation spéciale et de l’insécurité, le renforcement des capacités des nouveaux acteurs s’imposent, afin de leur permettre de mieux structurer l’offre de gouvernance à travers notamment l’animation régulière des plateformes locales d’information, de concertation et de reddition des comptes.

D’où la tenue de cet atelier. Durant les deux jours, il y a eu des présentations de communication, de partage d’expériences et des échanges. En effet, au niveau des communications, il y a eu la présentation de la démarche du Laboratoire Citoyennetés sur la concertation et la redevabilité soutenue auprès des collectivités territoriales. Présentée par Henri YANOGO, chargé de programme au Laboratoire Citoyennetés, cette communication a permis aux participants de découvrir l’essence de la concertation et de la redevabilité dans la conduite des affaires territoriales.

Après cela, René OUÉDRAOGO, Directeur de la gouvernance locale, a fait la présentation du guide sur l’exercice de la redevabilité. Ce guide, élaboré par le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, permettra aux collectivités de s’en inspirer lors des journées et moments de redevabilité.

Partage d’expériences de personnes-ressources

Au niveau des partages d’expériences, Saïdou KINDO, personne-ressource et membre fondateur du Laboratoire Citoyennetés, a partagé ses expériences en matière de décentralisation et de gouvernance locale.

René OUÉDRAOGO, Directeur de la gouvernance locale, en pleine communication au milieu des participants.

Amadé Mikinam OUÉDRAOGO, ex-maire de la commune de Lèba, a également enrichi les participants à travers son partage d’expériences de la pratique de la redevabilité en tant qu’ancien élu. Un moment qui a suscité l’intérêt des participants qui n’ont pas manqué à le féliciter.

Il y a eu enfin le partage d’expériences de la pratique de l’interpellation. Ce partage a été fait par un membre du panel mis en place par le Laboratoire Citoyennetés. Durant son exposé, il est perceptible que ce panel a joué un grand rôle auprès des services communaux à Ouahigouya. Les radios partenaires, dans leurs émissions de redevabilité et d’interpellation, ont partagé aussi leurs expériences.

Toutes ces communications et ces partages d’expériences sont suivis d’échange avec les participants.

Les participants sont allés par ailleurs en travaux de groupe pour dégager les opportunités et les défis actuels ainsi que les actions à conduire par les délégations spéciales.

À la fin de ces deux jours, les participants se disent satisfaits de la tenue de cette activité. Pour eux, au vu des explications, la redevabilité reste un élément phare dans le processus de décentralisation et de participation citoyenne. C’est ainsi qu’ils ont formulé des recommandations.

Abdoulaye OUÉDRAOGO, Observateur Civitac, Ouahigouya

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Valorisation du patrimoine culturel du Burkina : ACT ÉCOLE fait découvrir les trésors touristiques du Kourittenga
Dans le cadre de son programme triennal, l’association Action pour la culture et le tourisme à l’école « ACT-ECOLE » a organisé, le mardi 18 juin 2024, deux activités majeures : une formation des guides (...) Lire la suite
Rentabilité du secteur touristique au Burkina : Le ministère en charge du Tourisme prône la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme
Le ministère de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme a tenu, le mardi 11 juin 2024, une session de sensibilisation sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le (...) Lire la suite
Musée national du Burkina Faso : exposition des « Masques : au-delà du visible »
Le Musée national du Burkina Faso (MNBF) a procédé, dans l’après-midi de ce vendredi 14 juin 2024 à Ouagadougou, au vernissage de son exposition permanente : « Masques : au-delà du visible ». La (...) Lire la suite
Toute l'actualité