Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Projet d’urgence de développement territorial et de résilience : clap de fin (...)
Projet d’urgence de développement territorial et de résilience : clap de fin pour la formation régionale sur le contrôle citoyen à Koudougou

La première session de formation régionale des Organisations de la société civile (OSC) et des points focaux a été organisée par le Laboratoire Citoyennetés du 27 novembre au 2 décembre à Koudougou. Les échanges ont porté essentiellement sur le suivi communautaire des réalisations dans le cadre du Projet d’urgence de développement territorial et de résilience (PUDTR). Ont pris part à cet atelier des communes partenaires des régions de la Boucle du Mouhoun et du Centre-Ouest.

En renforçant les capacités des acteurs dans leur rôle de contrôle citoyen, cette formation contribue à l’atteinte d’un objectif du PUDTR, celui d’améliorer l’accès inclusif des communautés (y compris les Personnes déplacées internes des zones ciblées) aux services sociaux essentiels de qualité.

Le suivi communautaire est une démarche très importante dans la mise en œuvre du projet. La démarche permet de mettre des réalisations de bonne qualité à la disposition des bénéficiaires. Un suivi communautaire efficace nécessite une implication forte des communautés concernées. C’est ce qui explique cette formation des OSC des communes concernées.

Selon Bie TIONO, chargé de programme au Laboratoire Citoyennetés, « il y a lieu que les populations soient impliquées depuis le début, lors de la réalisation et après, notamment la gestion, l’entretien et la maintenance. Il y a également la notion de la durabilité des infrastructures. Pour qu’on puisse avoir des infrastructures de qualité, il y a lieu que les communautés à la base qui sont autour des projets puissent avoir un regard, même s’ils ne sont pas des experts, qu’ils puissent faire cas de leurs observations et appréciations dont on peut tenir compte pour des corrections ».

Des groupes très dynamiques et participatifs
Durant les six jours de formation, deux vagues de participants ont été formées. Les travaux se sont déroulés de façon participative, alliant théorie et pratique.

La partie théorique de la formation a porté essentiellement sur l’engagement citoyen, les activités du PUDTR, le Mécanisme de gestion des plaintes (MGP). Selon Dr Frédéric COMPORÉ, en stage professionnel en Sauvegarde sociale et environnementale au PUDTR, le MGP est un outil qui a été élaboré dans le cadre de la mise en œuvre du projet et qui permet d’établir un contact permanent entre les parties prenantes et le projet en vue d’une prise en charge de toute plainte relative aux activités du projet.

Dr Frédéric COMPAORÉ, Stagiaire professionnel en Sauvegarde sociale et environnement au PUDTR.

Relativement aux activités du PUDTR, plusieurs réalisations ont été faites sur le terrain durant les deux années de mise en œuvre, selon Jérémie B. OUOBA, assistant en suivi-évaluation de l’antenne régionale du PUDTR dans la région de la Boucle du Mouhoun : « Il y a eu des écoles qui ont été normalisées avec la construction de salles de classe pour répondre aux normes en la matière. Il y a également des normalisations de CSPS qui ont été faites pour leur permettre de répondre aux normes. Il y a eu des réalisations de forages au profit des populations. Il y a eu aussi beaucoup d’études techniques de faisabilité qui ont été faites pour permettre la réalisation d’infrastructures sur de nouveaux sites. »

La phase pratique de la formation a porté sur des travaux de groupe, d’une part, et sur une initiation à l’outil de collecte KoboCollect. Relativement aux travaux de groupe, des cas pratiques ont été étudiés et restitués par chacun des groupes pour amendement par l’assemblée dans la salle.

Un groupe de participants menant un exercice de réflexion.

Des acteurs prêts à exercer sur le terrain
Une formation jugée bénéfique par les participants car leur ayant permis d’avoir plus de connaissances sur les différents modules dispensés ainsi que les conduites à tenir par rapport au suivi communautaire des réalisations. En effet, l’engagement citoyen constitue un volet capital dans la mise en œuvre et la réussite des projets communautaires. Ils pensent être suffisamment équipés pour exercer aisément sur le terrain au compte du PUDTR. « Nous aurons à faire des enquêtes sur le terrain avec les tablettes mises à notre disposition pour collecter les avis des populations par rapport aux réalisations. Nous ferons également des observations sur les réalisations en tant que panelistes et faire un retour aux autorités locales, à l’antenne régionale et au Laboratoire Citoyennetés pour des analyses plus approfondies », a laissé entendre Guiaboado COMBARY, modérateur du panel de la commune de Fara.

Photo de famille des participants de la 2e vague à issue de la formation.

À l’issue de la formation, le responsable du projet au niveau du Laboratoire Citoyennetés, Bie TIONO, a invité les participants à mettre en application la formation reçue.

Pour rappel, le Projet d’urgence de développement territorial et de résilience (PUDTR) est une initiative de l’État burkinabè soutenue par la Banque mondiale. Mis en œuvre dans les régions de la Boucle du Mouhoun (15 communes), du Centre-Est (4 communes), du Centre-Sud (2 communes), de l’Est (9 communes) et du Centre-Ouest (2 communes), il vise à améliorer l’accès inclusif des communautés (y compris les Personnes déplacées internes, PDI) des zones ciblées aux services sociaux essentiels et aux infrastructures. Il a 4 composantes dont la quatrième est « l’Engagement citoyen et gestion du projet ». Pour la mise en œuvre de la sous-composante 4, à savoir « l’Engagement citoyen », le Laboratoire Citoyennetés a été sollicité.

Bernadette KAMBIRÉ, Observatrice Civitac, Ouagadougou

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Gestion des collectivités : formation des membres de la Délégation spéciale du Centre-Sud
La Délégation spéciale régionale du Centre-Sud, dirigée par Massadalo Yvette NACOULMA/SANOU, a organisé un atelier de formation pour ses membres les 4 et 5 juillet 2024 à Pô, chef-lieu de la province (...) Lire la suite
Première session extraordinaire de la Délégation spéciale de Sapouy : la commune présente un taux d’hygiène de 26,2%
La commune de Sapouy présente un taux d’hygiène de 26,2%. C’est ce qui est ressorti lors de la première session extraordinaire de l’année 2024 de la Délégation spéciale. C’était le 12 juillet 2024, dans (...) Lire la suite
Le Fonds minier de développement local : un levier pour le développement local, expliqué aux acteurs du Centre-Sud
Le lundi 8 juillet 2024, Manga, chef-lieu de la région du Centre-Sud, a accueilli un atelier régional dédié à la vulgarisation du guide d’utilisation du Fonds minier de développement local (FDML). (...) Lire la suite
Toute l'actualité