Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Le référentiel de développement 2018-2022 de Falagountou

Le référentiel de développement 2018-2022 de Falagountou

Le processus de décentralisation entrepris par le Burkina Faso depuis des décennies poursuit son bonhomme de chemin. A travers ce processus, le droit est donné à chaque collectivité territoriale de s’administrer librement et de gérer ses propres affaires, dans le respect des grandes orientations de développement social, économique et politique définies par l’Etat central. C’est dans cette optique que la commune de Falagountou a actualisé, en 2013, son premier Plan communal de développement (PCD) pour la période 2014-2018. Mais pour se conformer aux orientations du Plan national de développement économique et social (PNDES), ainsi qu’aux priorités de développement du nouvel exécutif local, la commune a décidé de l’actualisation de son PCD pour la période 2018-2022.

Située à 57 km de Dori, Falagountou est l’une des six (06) communes de la province du Séno dans la région du Sahel. Elle compte quatorze (14) villages administratifs, qui sont : Belgou, Ekéou, Falagountou, Fétobarabé, Gomo, Goulgountou, Gourara, Haini, Haini-Cliganaye, Kargono, Sella, Wiboria, Zargaloutan et Zeydrabé. Elle est limitée au nord par la commune rurale de Markoye, à l’ouest par la commune urbaine de Gorom-Gorom, au sud par la commune urbaine de Dori et la commune rurale de Seytenga, à l’est par la République du Niger. Elle abrite, depuis près de dix ans, les installations de l’une des plus importantes mines d’or du pays, à savoir IAMGOLD Essakane SA.

La vision de développement du Conseil municipal à travers ce PCD est de « Faire de la commune de Falagountou à l’horizon 2025 un pôle provincial de développement performant où les populations ont atteint une meilleure qualité de vie, dans le respect des principes de la bonne gouvernance, du développement durable et de l’équité ». Pour cela, trois axes stratégiques ont été définis. Le premier est la promotion de la bonne gouvernance et la modernisation de l’administration locale, le second est le développement du capital humain, et le troisième est le développement de l’économie locale.

La promotion de la bonne gouvernance et la modernisation de l’administration locale

Cet axe vise le renforcement et l’amélioration des capacités institutionnelles, organisationnelles, administratives et financières de la commune. Trois objectifs sont déclinés à partir de cet axe, à savoir : promouvoir la bonne gouvernance, moderniser l’administration locale et promouvoir la participation citoyenne. Plusieurs actions seront développées en vue d’atteindre ces objectifs. Il sera question, par exemple, de renforcer les capacités des agents de la mairie et du Conseil municipal à travers des formations, des séances d’alphabétisation. L’accompagnement de la réinstallation des populations des villages impactés par le litige frontalier entre le Burkina Faso et le Niger se présente aussi comme une nécessité.

Il s’agira également de renforcer l’équipement et les moyens logistiques de la mairie pour l’exercice des tâches. L’opération de lotissement entreprise par la commune doit être finalisée au cours du quinquennat du Plan. Sur la question de la participation citoyenne, des campagnes d’information et de communication sur le PCD seront menées, des journées de redevabilité organisées, des organisations de la société civile formées sur leur rôle dans le développement de la commune, les commerçants sensibilisés sur le bien-fondé des taxes collectées.

Le développement du capital humain

Cet axe vise à l’amélioration des populations aux services sociaux de base et à la protection sociale. Il se décline en deux objectifs stratégiques : promouvoir la santé des populations, l’accès à l’eau potable, à l’assainissement et aux services énergétiques de qualité, accroître l’offre et améliorer la qualité de l’éducation, de la formation professionnelle et promouvoir la protection pour tous.

La mise en œuvre de certaines actions est alors nécessaire pour l’atteinte des objectifs de ce deuxième axe. Il s’agira du renforcement des infrastructures et équipements sanitaires, de l’information et de la sensibilisation des populations pour la fréquentation des centres de santé, du renforcement des capacités des comités et des associations de promotion de la santé maternelle et infantile et de lutte contre les IST, le VIH/SIDA.

Il sera question aussi du renforcement des infrastructures et équipements scolaires et d’alphabétisation, la sensibilisation des populations pour la scolarisation des enfants et l’alphabétisation des adultes, la réhabilitation et la réalisation des ouvrages hydrauliques pour l’alimentation en eau potable, la réalisation des ouvrages d’assainissement, la sensibilisation des populations sur l’hygiène et l’assainissement, la réduction des inégalités sociales et de genre.

Le développement de l’économie locale

Cet axe vise principalement à un mieux-être des producteurs à travers une amélioration de leur résilience aux changements climatiques et une amélioration des productions. Les objectifs stratégiques y inscrits sont : développer durablement un secteur agro-sylvo-pastoral et halieutique, développer l’artisanat, promouvoir le commerce et désenclaver toute la commune
.
Les actions à entreprendre à ce niveau seront le renforcement de la sécurité alimentaire et la résilience de la population, l’amélioration des capacités de mobilisation, la gestion intégrée des ressources en eau et des ressources naturelles, le développement de l’artisanat, la promotion du commerce et le désenclavement de toute la commune. Il s’agira spécifiquement de procéder entre autres à des renforcements de capacités et à la formation des acteurs de l’économie tels les producteurs, les exploitants des sites maraîchers, les femmes et les jeunes, les commerçants, les groupements de femmes, etc.

Ainsi définis, ces trois axes de développement de la commune rurale de Falagountou nécessitent de grandes ressources financières. Le coût total du Plan est estimé à treize milliards huit cent trente millions deux cent quatre-vingt-quatorze mille six cent vingt-quatre francs (13 830 294 624) F CFA. L’axe 2 (Développer le capital humain) absorbe 50% du coût total contre 28% et 22% respectivement pour l’axe 3 (Développer l’économie locale) et l’axe 1 (Promouvoir la bonne gouvernance politique, administrative et moderniser l’administration locale). Les principaux acteurs concernés par la mise en œuvre du PCD sont : le Conseil municipal, l’Etat, les services techniques déconcentrés, les prestataires privés, les institutions de finances déconcentrées et les organisations communautaires de base.

Romuald Windenonga OUÉDRAOGO, Observateur Civitac, Dori

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Sondage civitac

Du 22 au 25 Septembre 2020 sur la plateforme civitac
https://civitac.org/?page=sondage

3e session ordinaire de l’année 2020 du Conseil régional du Centre-Ouest

25 septembre 2020.

Dialogue démocratique

Organisé par le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD) le mardi 15 septembre 2020.

 

Visiteurs connectés

1 visiteurs en ce moment

Total visites: Web Hits