Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Un cadre d’animation de développement pour la région de l’Est

Un cadre d’animation de développement pour la région de l’Est

Dans le souci d’améliorer l’offre et l’accessibilité des services publics locaux aux populations de la région de l’Est, à travers une maîtrise d’ouvrage publique locale capable et soutenue, le Conseil régional a organisé, le mercredi 20 février 2019, avec l’ensemble des vingt-sept présidents des conseils de collectivités de la région de l’Est, un atelier de validation d’un projet de cadre d’animation pour le développement de la région de l’Est. C’était en présence des différents cadres et des partenaires techniques et financiers, dont le Laboratoire Citoyennetés, qui a financé l’activité à travers le programme DEPAC.

L’objectif de ce cadre est de renforcer la concertation entre les acteurs de développement de la région de l’Est. De façon spécifique, il s’est agi d’instituer un cadre d’échange entre les conseils de collectivités territoriales de la région de l’Est, de mettre en place un système d’information et de collecte de données au niveau de la région, de capitaliser et de promouvoir les bonnes pratiques et expériences.

L’organisation du territoire burkinabè est le résultat d’une évolution historique. L’un des faits marquants a été la consécration de l’organisation du territoire du Burkina Faso en collectivités territoriales par la Constitution du 2 juin 1991. De cette date à 2015, le Burkina Faso a connu deux cycles dans son processus de décentralisation. En mars 2018, sur la base d’un état des lieux de la décentralisation, de nouveaux référentiels politiques et juridiques ont été adoptés, matérialisant ainsi l’entrée dans le troisième Cycle du processus de la décentralisation (CPD) à l’horizon 2040, exprimé comme suit : « Des collectivités territoriales performantes délivrent des services publics locaux de qualité et accessibles, impulsent un développement local inclusif et durable et animent une démocratie locale ancrée dans le substrat socioculturel ».
Le rapport de l’état des lieux de la décentralisation fait ressortir un certain nombre de freins à la mise en œuvre de la décentralisation. Face à ces obstacles, des défis doivent être relevés, afin que la décentralisation au Burkina Faso contribue à la lutte contre la pauvreté de la population. Ces défis se déclinent en : gouvernance inclusive, participative et transparente du territoire ; amélioration de l’offre et de l’accessibilité des services publics locaux aux populations ; développement territorial cohérent, équilibré et durable. C’est dans ce sens que la région de l’Est a institué un cadre d’échange entre les collectivités territoriales de l’Est, dénommé Cadre d’Animation du Développement Régional de l’Est.
L’organisation de cet atelier a été financée par la Coopération suisse à travers la composante A du programme Décentralisation et Participation Citoyenne. Ce CADRE a vocation à intervenir à travers des actions de concertation et de plaidoyer dans les domaines de compétence qui sont communs aux communes et au Conseil régional, à savoir le foncier, la santé, l’hygiène, l’éducation, l’emploi, la protection civile, etc.
Il était prévu trois communications : une sur l’Entente de Coopération pour le Pastoralisme dans la Région de l’Est (ECOPARE), une autre sur la Convention Intercommunale pour le Développement des Communes de la région de l’Est (CIDCE) et la troisième sur le Cadre d’Animation.
Après les échanges sur ces points, et en raison de l’actualité du moment dans la région, il a été fait appel au Directeur de l’éducation préscolaire, primaire et non formelle pour faire la situation des écoles fermées ou vandalisées par les terroristes.
L’autre communication avait trait à une organisation similaire dans le Sahel, dénommée « Association Mains Unies du Sahel » (AMUS).
Les communications sur l’ECOPARE, et surtout sur la CIDCE, ont fait l’objet d’âpres débats, les uns voulant s’imprégner aussi bien des conditions de leur création que des conditions d’adhésion à ces structures régionales.
Lors des échanges, des propositions et prises d’engagement ont contribué à enrichir le débat, d’où l’invite du président de séance à tous les acteurs à se donner la main pour un développement endogène et durable de la région de l’Est.

Au terme de cette journée plénière, les participants se sont félicités de l’institution de ce cadre d’échange, qui a permis de définir des mécanismes de coordination, d’harmonisation et de plaidoyer entre les différentes collectivités de la région.

Fanta DRABO, Observatrice Civitac, Fada N’Gourma

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Atelier de formation sur la gestion des risques humanitaires et l’inclusion

Les 1er et 02 octobre 2020, dans la salle de réunions de la Mairie de Ziniaré.

CONCOURS ECOPRESS (1er édition)

Initié par le Laboratoire Citoyennetés
Date de réception des dossiers :
Du 25 Septembre au 25 Novembre 2020
https://civitac.org/spip.php?article1131

Sondage civitac

Du 22 au 25 Septembre 2020 sur la plateforme civitac
https://civitac.org/?page=sondage

 

Visiteurs connectés

2 visiteurs en ce moment

Total visites: Web Hits