Vous êtes ica: Accueil > Dernières Publications > Economie locale : les potentialités socio-économiques de la région du (...)

Economie locale : les potentialités socio-économiques de la région du Centre-Ouest

Contribuer à la promotion du développement régional et à l’enracinement de la culture démocratique au niveau local, œuvrer aussi bien au renforcement de la décentralisation, de la coopération décentralisée qu’à l’harmonisation des interventions des partenaires au développement. Tel est l’objectif que se fixe le Conseil régional du Centre-Ouest. Dans cette dynamique, il a organisé, les 25, 26 et 27 janvier 2019, à Koudougou, un forum régional sur l’économie locale sur le thème : « Potentialités socio-économiques de la région du Centre-Ouest et opportunités d’emplois pour les jeunes et les femmes », afin de mettre en exergue les potentialités de la région en vue d’en tirer de potentiels investisseurs.

La région du Centre-Ouest a une superficie de 21 891 km² et une densité de 75,07 habitants/km². Elle a un relief peu accidenté et compte 4 provinces, à savoir le Boulkiemdé, la Sissili, le Sanguié et le Ziro. Elle compte 4 communes urbaines (Koudougou, Léo, Réo et Sapouy), 34 communes rurales et 590 villages administratifs. Les projections de la population en 2018 de la Direction régionale de l’économie et de la planification donnent 1 643 388 habitants, dont 757 458 hommes (46,09%) et 885 930 femmes (53,91%). D’après Hissa KONDOMBO, de la Direction régionale de l’économie et de la planification, 48,13% de la population est âgée de moins de 15 ans, et les personnes âgées de 65 ans et plus ne représentent que 3,62% de la population. En somme, le rapport de dépendance de la population du Centre-Ouest est estimé à 107,24% de la population régionale. Rapport entre les éléments de la population qui sont économiquement à charge et les éléments productifs, défini de façon arbitraire comme étant le rapport entre la somme des personnes âgées (65 ans et plus) et des jeunes (moins de 15 ans) et la population « d’âge actif » (âgée de 15 à 64 ans) ajoute-t-il. Pour lui, les enjeux et défis de la région du Centre-Ouest sont multiples et multiformes.

Dans le secteur de la production halieutique, les principales contraintes rencontrées dans l’exercice de la pêche sont : le caractère saisonnier des plans d’eau et le manque de retenues d’eau adaptées à la production piscicole, le manque de matériels de pêche, la faible organisation des pêcheurs (informelle) et l’exploitation irrationnelle des ressources. Le principal atout de la région pour la pêche est l’existence d’un marché potentiel constitué des consommateurs de la région, ceux des régions voisines et ceux de la ville de Ouagadougou.

Pour ce qui est des ressources fauniques et forestières, deux tendances se dégagent, à savoir des tendances positives et négatives. Les tendances positives sont l’impact croissant de l’exploitation des ressources fauniques sur les revenus des populations locales, l’existence d’une expérience d’aménagement et d’exploitation des ressources fauniques avec les ZOVIC, le Ranch de Nazinga et la zone concédée de la Sissili, l’importance des ressources fauniques. Les tendances négatives sont l’accroissement de la population et la pratique inadaptée de l’agrobusiness, engendrant une forte pression sur les ressources naturelles, la dégradation accélérée des ressources végétales, forestières et fauniques du fait principalement de l’exploitation anarchique de ces ressources et la recrudescence du braconnage. Face à ces tendances, un certain nombre de défis s’impose à la région, au regard des opportunités en présence. Pour ce faire, il va falloir mieux organiser la pratique de l’agrobusiness dans la région, promouvoir les zones villageoises d’intérêt cynégétique pour assurer à la fois une reconstitution de la faune, contribuer à l’amélioration des revenus des populations locales et améliorer les recettes des collectivités territoriales.

Dans le secteur de l’élevage, la région présente plusieurs atouts pour son développement. Ces atouts reposent sur l’existence d’un cheptel important assez diversifié (espèces et races), d’où un potentiel de diversification des activités très élevé, l’abondance des ressources pastorales dans la zone sud de la région (Sissili, Ziro et sud-Sanguié), l’existence d’un marché potentiel, intérieur et extérieur, pour les produits de l’élevage, le savoir-faire (expérience) des éleveurs du Boulkiémdé/Sanguié en matière de porc et de volaille (poulets, pintades et dindons), la pratique remarquable de la fauche et la conservation de l’herbe naturelle, l’installation du nombre croissant de fermes d’élevage par les nouveaux acteurs.

Dans le domaine de l’agriculture, la région possède des atouts. En effet, la relative jeunesse de la population du Centre-Ouest constitue un atout dans l’exercice des activités agricoles. Au-delà de cette potentialité, la région du Centre-Ouest bénéficie de nombreux avantages favorables à la promotion des activités agricoles. Il s’agit de l’existence de nombreuses organisations paysannes, de l’intervention de programmes, projets et ONG qui appuient les populations à travers des formations sur les techniques agricoles et des apports en intrants et équipements. On peut également noter l’existence d’un centre de recherche, d’encadrement et de formation agricole disposant d’une forte expérience et des acquis intéressants pour le développement de l’agriculture de la région (INERA basé à Saria). Pour Hissa KONDOMBO, les principaux défis et enjeux de la région sont le renforcement de la sécurité alimentaire des populations, la spécialisation de la région sur les filières dont elle dispose d’un avantage comparatif, la gestion durable des ressources naturelles, l’augmentation des revenus des populations rurales par la diversification des productions, la responsabilisation des acteurs dans la promotion des filières, l’amélioration de l’environnement des filières et le défi sécuritaire.

Pour les potentialités et créneaux porteurs de la région du Centre-Ouest, le développement peut se réaliser à travers des pôles de développement.
• Le pôle coton/textile/huilerie, autour des unités industrielles (SOFITEX), est d’une importance nationale.
• Le pôle spiruline, avec la naissance d’entreprises pour l’exploitation des nombreux sites de production de spiruline. Pôle d’innovation d’importance nationale, voire sous-régionale.
• Le pôle minier, avec Perkoa. Pôle industriel d’importance nationale.
• Le pôle maraîchéculture, pôle industriel d’importance nationale.
• Le pôle karité et miel, pôle industriel/d’innovation d’importance nationale.
• Le pôle élevage, pôle industriel d’importance nationale.
• Le pôle recherche/formation, pôle industriel d’importance nationale.
• Le Pôle commercial, pôle industriel d’importance nationale.
• Le Pôle dolo, pôle d’innovation d’importance nationale.

Pour relever le défi de l’atteinte d’une sécurité alimentaire durable, la région doit mettre l’accent sur une meilleure productivité des secteurs de production ; pour une meilleure gestion de ses ressources naturelles, la région doit les utiliser rationnellement en vue de s’assurer une croissance équilibrée ; pour un décollage économique de la région du Centre-Ouest, une meilleure implication du secteur privé s’avère nécessaire. C’est pourquoi la région devra faire appel à tous les opérateurs privés en fonction de leur secteur d’intervention. Pour une meilleure dynamisation de l’économie, l’Etat doit faciliter l’accès des populations au crédit, en vue de mettre en œuvre les projets et micro-projets initiés par les promoteurs ; pour fluidifier les échanges commerciaux entre la région et le reste du monde, il s’avère nécessaire de désenclaver la région ; pour une production intensive, une plus grande utilisation des techniques modernes de production s’avère nécessaire pour la région ; pour un développement inclusif de la région, une meilleure prise en compte du genre s’avère nécessaire, car une intégration systématique des femmes renforce le fondement démocratique.

Les atouts et potentialités ainsi que les pôles de développement sus-évoqués ne sont pas exhaustifs mais reflètent l’essentiel des possibilités pour la région du Centre-Ouest. Leur mise en œuvre, bien que séduisante, constitue un but plutôt à moyen et long terme et nécessitera fortement l’engagement du public (Etat, région, communes) et du privé dans une démarche féconde de partenariat.

Pour accompagner la communalisation intégrale du territoire national et rendre opérationnelles les nouvelles régions, l’Etat, de concert avec ses partenaires techniques et financiers, a décidé d’appuyer les régions à l’élaboration de leurs Plans régionaux de Développement (PRD). Le PRD est un outil de planification concertée des actions de développement de la région pour une période de 5 ans, en tenant compte d’abord du budget régional et ensuite des autres sources de financement.

Michel Yaméogo, Administrateur Civitac, Koudougou

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Symposium régional de Ouagadougou sur la "Cohésion sociale et le vivre-ensemble"

Du 21 au 24 novembre 2019, à Ouagadougou.

Panel de haut niveau organisé par l AFD sur ’’La consolidation de la paix par et pour les populations"

Le 21 novembre 2019, à Paris.

Séminaire sur le thème "Connecter l’action humanitaire aux dynamiques locales de développement : rôle des collectivités territoriales et des organes de veille citoyenne", organisé par le Laboratoire Citoyennetés.

Les 28 et 29 novembre 2019 à Ouagadougou.

 

Visiteurs connectés

4 visiteurs en ce moment

Total visite: