Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Les élections de 2020 au cœur d’un dialogue démocratique

Les élections de 2020 au cœur d’un dialogue démocratique

Les prochaines échéances électorales suscitent de vives passions au sein de la classe politique, mais aussi beaucoup d’attentes chez les populations. Comment susciter une saine émulation d’idées pouvant contribuer à garantir aux futures échéances électorales, une meilleure organisation, participation et acceptation des résultats ? C’est pour répondre à ces préoccupations que s’est tenue, dans la soirée de ce 14 mars 2019 , à l’initiative du Centre pour la Gouvernance démocratique (CGD), toujours fidèle à son rôle de veille , d’alerte citoyenne et d’acteur de consolidation de la gouvernance et de la démocratie dans notre pays, un dialogue sur les défis et les enjeux des élections de 2020. Ce dialogue qui a réuni près d’une centaine de participants dans la salle de conférence de Palm Beach Hôtel, se voulait un cadre d’échanges et d’analyse des chances de succès du processus électoral dans un contexte marqué par une situation sécuritaire difficile et des réformes électorales prenant en compte le vote des burkinabé de l’étranger.

Sous la modération du Pr Serge Théophile BALIMA, trois panelistes ont été invités à introduire les débats : le Pr Albert Ouedraogo de l’Université Ouaga 1 joseph Ki-ZERBO a introduit les échanges par sa communication qui a présenté une sorte d’état des lieux du processus électoral en cours dans notre pays. Il sera relayé par Adam Régis ZOUGMORE, ancien commissaire de la CENI et président des Compétences électorales africaines (CEA) qui s’attardera sur les défis et quelques pistes de solutions pour réussir ce processus électoral. Le dernier paneliste est Adama KERE, vice-président de la CENI qui lui s’est attardé sur la feuille de route de l’institution pour les élections de 2020. Ainsi, des différentes communications qui ont été faites, on retiendra essentiellement ce qui suit :

1- Enjeux et défis des élections de 2020
Trois grands défis se présentent à savoir la question sécuritaire, la participation historique des Burkinabé de l’étranger et la cohésion au sein de la CENI.
Concernant la question sécuritaire avec la menace terroriste, il est ressorti que cette situation est un gros défi au regard de la psychose qui règne et de l’état d’urgence qui a été décrété dans certaines régions du pays. Cette situation pourrait avoir des conséquences sur la mobilisation des électeurs. C’est donc un défi qu’il faudra pouvoir relever.
Ensuite la participation des Burkinabé de l’étranger reste aussi un grand défis, tant elle était attendue, après plusieurs élections qui n’avaient malheureusement pas vu cette option être envisagée. Qu’à cela ne tienne, elle a certes été promise, mais à ce jour, les conditions de sa mise en œuvre sont loin d’être réalisées. La participation des Burkinabè de l’extérieur aux élections à venir sera un gage de la santé démocratique du pays et de la réalisation d’un vœu longtemps émis.
Le troisième grand défi reste celui de la cohésion interne au sein de la CENI. Les querelles intestines des membres de cette commission qui sont nées surtout de l’adoption du nouveau code électoral, ne sont pas de nature à garantir une bonne organisation de ces élections.

2- Les solutions proposées pour réussir ces élections
Pour réussir ces élections, il faudra réussir certains préalables :
-  Une CENI stable et au-dessus des intérêts politiques ;
-  L’implication de toutes les parties prenantes à toutes les étapes du processus électoral avec une capacité d’anticipation sur les éventuels goulots d’étranglement ;
-  Une prise de conscience de la classe politique face aux bocs de fragilité économiques et sociales existants ;
-  L’éducation civique et électorale des citoyens et la sécurisation du processus électoral (électeurs, candidats, bureaux de vote.) ;
-  la nécessité de renouveler le matériel électoral et les technologies utilisées par la CENI, sans oublier la promotion de la non-violence et l’éducation à la paix ;

3- La feuille de route de la CENI
Le processus est déjà en marche. D’après le vice-président de la CENI, la liste des pays de résidence des Burkinabè de l’étranger sera connue d’ici à fin juillet 2019. Et dès le mois d’août 2019, l’enrôlement pourrait débuter, de sorte à ce qu’en fin décembre 2019, la taille du fichier électoral des Burkinabè de l’extérieur soit connue.

KG

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Sondage civitac

Du 22 au 25 Septembre 2020 sur la plateforme civitac
https://civitac.org/?page=sondage

3e session ordinaire de l’année 2020 du Conseil régional du Centre-Ouest

25 septembre 2020.

Dialogue démocratique

Organisé par le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD) le mardi 15 septembre 2020.

 

Visiteurs connectés

3 visiteurs en ce moment

Total visites: Web Hits