Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Paix et développement durable au Burkina : un Réseau des jeunes (…)
Paix et développement durable au Burkina : un Réseau des jeunes parlementaires en visite au Laboratoire Citoyennetés

Le Laboratoire Citoyennetés a reçu le jeudi 6 juin 2024 dans ses locaux une délégation du Réseau des jeunes parlementaires burkinabè pour la promotion de la paix et le développement durable. La délégation était composée de 4 personnes conduites par le Coordonnateur du Réseau, Kalifa Kabré, député à l’Assemblée législative de transition (ALT). L’équipe du Laboratoire Citoyennetés (LC) était composée du Secrétaire permanent, Armand Kaboré, accompagné de Basidou Kinda, chargé de communication, et Else Marie Béréniice Bazié, observatrice Civitac.

Après son mot de bienvenue aux hôtes du jour, le Secrétaire permanent du Laboratoire Citoyennetés les a invités à décliner davantage l’objectif de leur visite et mieux présenter leur Réseau. C’est ainsi que le Coordonnateur Kalifa Kabré a pris la parole. De prime abord, il fait savoir que le Réseau a une année d’existence. Il est donc nécessaire pour eux d’effectuer des sorties pour inspecter des pistes de partenariats et aussi mieux faire connaitre le Réseau. « Nous avons jugé important de venir rencontrer le Laboratoire Citoyennetés au regard de ce qu’il fait comme activité en lien avec la gouvernance locale, la citoyenneté », a-t-il indiqué.
Fort de plus de 20 députés, le Réseau des jeunes parlementaires burkinabè pour la promotion de la paix et le développement durable est constitué de jeunes députés à l’ALT de 18 à 45 ans. Leur crédo c’est de réfléchir à l’apport qu’ils peuvent apporter pour la paix, les actions de mobilisation communautaire pour la paix et le développement durable.
Ainsi, la rencontre avec le Laboratoire Citoyennetés, c’est aussi de voir comment s’associer avec le LC pour pouvoir donner de la visibilité et impacter dans le sens de la paix et le développement durable. Il s’agit aussi de voir dans quel sens aussi accompagner le LC sur certaines thématiques qui lui tiennent à cœur notamment la citoyenneté, la redevabilité, etc., en tout, « des domaines pour lesquels le LC juge qu’on peut légiférer. »

Le Secrétaire permanent Armand Kaboré remettant des documents au Coordonnateur du Réseau Kalifa Kabré (à droite)

Instrument d’appui

Après les avoir écoutés, le Secrétaire permanent du Laboratoire Citoyennetés Armand Kaboré a apprécié leur démarche : « On salue votre initiative, votre humilité et votre esprit de grandeur ». Il leur fait savoir que le Laboratoire Citoyennetés fait dans « la recherche et action sur les sujets de citoyennetés, gouvernance locale avec des objets comme les mines, la lutte contre la corruption, etc. »
Le Laboratoire Citoyennetés a célébré ses 20 ans d’existence cette année à travers une conférence sur le thème « Le Sahel à l’horizon 2050 : repenser les rapports Etat-citoyens », informe Armand Kaboré aux visiteurs du jour. A travers donc ce thème central, des sous thèmes ont été abordés. Il s’agit de « Citoyennetés et gouvernance », « Citoyennetés et changement climatique » et « Citoyennetés et population ». Ces thèmes d’actualité mis en projection ne sauraient éluder la paix et le développement durable. Ainsi, le Secrétaire permanent voit le Réseau des jeunes parlementaires burkinabè pour la promotion de la paix et le développement durable comme un « instrument important », en ce sens « qu’on ne peut pas réfléchir sur le futur sans le Parlement » et surtout « sans la jeunesse au Parlement ».
Au regard aussi de certaines actions, notamment le suivi citoyen des politiques publiques, il nécessite de « s’appuyer sur le Réseau » pour aussi impacter sur le terrain. Par exemple dans le cadre du projet FASOVEIL, qui fait le suivi des politiques publiques, le Secrétaire permanent pense qu’on a besoin de « lobbying », cela sous-entend que « certaines des actions soient relayées » à un certain niveau. Ainsi le Réseau peut servir « d’outil de lobbying ».

Au fin mot, le Laboratoire Citoyennetés a marqué sa disponibilité pour un partenariat avec le Réseau. Mais pour plus d’efficacité, Armand Kaboré a suggéré de mettre en place un plan d’actions sur lequel la collaboration pourrait bien se porter. C’est aussi avec satisfaction que les visiteurs ont pris congé.

Else Marie Béréniice BAZIE, Observatrice Civitac, Ouagadougou.

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Atelier de formation des OSC à Réo : renforcer la veille citoyenne dans les nouvelles communes du PUDTR
Le Laboratoire Citoyennetés, en partenariat avec le Projet d’urgence de développement territorial et de résilience (PUDTR), a organisé, les 16 et 17 juillet 2024, à Réo, un atelier de formation à (…) Lire la suite
Burkina Faso/Plateau-central : la Délégation spéciale de Boudry tient sa deuxième session ordinaire 2024
La Délégation spéciale de la commune de Boudry s’est réunie pour sa deuxième session ordinaire de l’année 2024 les jeudi 11 et vendredi 12 juillet. Sous la présidence de Kiswendsida Théodore Kader (…) Lire la suite
Burkina Faso/Plateau-central : la Délégation spéciale communale de Zorgho lance une grande opération de curage des caniveaux
La Délégation spéciale communale de Zorgho a lancé le mercredi 17 juillet 2024 une grande opération de curage des caniveaux qui a mobilisé la population locale et différentes Organisations de la (…) Lire la suite
Toute l'actualité