Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Burkina Faso/Boussé : le Conseil municipal a tenu la première session du (…)
Burkina Faso/Boussé : le Conseil municipal a tenu la première session du Cadre de concertation communal de 2024

Les autorités communales de Boussé, province de Kourwéogo, région du Plateau-central, ont tenu la première session de leur Cadre de concertation communal (CCCo) ce jeudi 2 mai 2024. Les membres ont échangé sur la réalisation des ouvrages hydrauliques et leur mode de gestion dans la commune de Boussé.

Cette séance a connu la participation des représentants du Laboratoire Citoyennetés, des membres de la Délégation spéciale, des présidents CVD, des représentants OSC, des personnes de ressources de la ville de Boussé et des services techniques de l’ONEA.

Dans son discours d’ouverture, le Président de la Délégation spéciale a salué l’ensemble des participants qui, au-delà des contraintes de temps et d’agenda, ont tenu à effectuer le déplacement. Il n’a pas manqué de remercier le Laboratoire Citoyennetés, partenaire technique et financier, pour son soutien constant devenu une tradition dans l’organisation du Cadre de concertation communal de Boussé. Il n’a pas non plus manqué de remercier certains partenaires comme Eau Vive Internationale, qui les assistent dans cette quête permanente.

Mot d’ouverture de Paulin L. YOUGBARÉ, PDS.

A l’issue du mot d’ouverture du Président de la Délégation spéciale, Paulin L. YOUGBARÉ, la parole a été donnée à Bié TIONO, chargé de programme au Laboratoire Citoyennetés. Celui-ci a tout d’abord félicité les autorités communales pour leur quête continue de solutions durables aux problèmes d’accès à l’eau potable dans une démarche participative à travers les CCCo. Il a ensuite exhorté les participants à s’investir pleinement au cours des échanges et souhaité enfin un plein succès à la 1re session du CCCo de Boussé.

Le mot du chargé du programme du Laboratoire Citoyennetés.

Le chronogramme a été présenté et soumis pour amendement. Au regard du retard accusé dans l’entame des travaux, certains participants ont proposé que l’ensemble des communications soit présenté avant la phase d’échange, ce qui a été adopté à l’unanimité.

La première communication, relative aux textes et lois qui encadrent les questions liées à l’accès à l’eau potable, a été présentée par Dramane KONKOURÉ, Directeur provincial de l’Eau et de l’Assainissement du Kourwéogo. Selon lui, le cadre juridique du secteur de l’eau est très dynamique grâce aux efforts conjugués du Gouvernement pour faire de l’accès à l’eau potable un droit pour le Plan de développement communal (PDC). Ces textes sont essentiellement la Constitution, la Politique nationale d’adduction d’eau potable et d’assainissement, le Programme national d’assainissement des eaux usées et excreta et le Code général des collectivités territoriales. Du point de vue institutionnel et organisationnel, il y a l’État à travers ses services techniques, les collectivités territoriales, l’ONEA, les partenaires techniques et financiers, les associations et les usagers. Le second communicant a repris les propos de M. KONKOURÉ en langue mooré. Pour ce qui est de la réalisation de ces ouvrages, elle est du ressort de la commune de Boussé, ajoute-t-il. En effet, elle implante les PEA et fixe les prix en mettant en place un opérateur pour la gestion au profit de la population. Ce système ainsi mis en place permet d’éviter les conflits intercommunautaires.

A l’issue de la communication, le Président de la Délégation spéciale a félicité les communicants pour la précision et la concision. Un temps a été accordé pour recueillir d’éventuelles interventions.

Les premières préoccupations ont concerné les opérateurs privés, qui exercent de façon délibérée, sans contrepartie pour la mairie, la mauvaise qualité de l’eau pendant la période de grandes pluviométries, l’absence d’analyse de la qualité de l’eau, la foration anarchique sans l’avis de la mairie et des services techniques en charge de l’eau potable, la gestion non conforme à la règlementation de certaines pompes à motricité humaine et l’inexistence de renforcement des capacités techniques des agents réparateurs à base communautaire.

Toutes ces préoccupations ont été à suffisance élucidées par le Président de la Délégation spéciale et le chargé de communication de la province du Kourwéogo. Les présidents des Conseils villageois de développement (CVD) n’ont pas manqué d’inviter les autorités à prendre leur responsabilité face à cette situation. Car elle impacte directement la santé des populations de la commune.

La première session du CCCo de Boussé a pris fin avec le discours de clôture du président de la Délégation spéciale. Celui-ci a exprimé sa profonde gratitude au Laboratoire Citoyennetés et au chargé de communication. Il a également félicité la participation active et riche des uns et des autres avant de déclarer clos les travaux aux environs de 16 h 30 mn.

Togué Sylvestre SOU, stagiaire au Laboratoire Citoyennetés/Ouagadougou

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Atelier de formation des OSC à Réo : renforcer la veille citoyenne dans les nouvelles communes du PUDTR
Le Laboratoire Citoyennetés, en partenariat avec le Projet d’urgence de développement territorial et de résilience (PUDTR), a organisé, les 16 et 17 juillet 2024, à Réo, un atelier de formation à (…) Lire la suite
Burkina Faso/Plateau-central : la Délégation spéciale de Boudry tient sa deuxième session ordinaire 2024
La Délégation spéciale de la commune de Boudry s’est réunie pour sa deuxième session ordinaire de l’année 2024 les jeudi 11 et vendredi 12 juillet. Sous la présidence de Kiswendsida Théodore Kader (…) Lire la suite
Burkina Faso/Plateau-central : la Délégation spéciale communale de Zorgho lance une grande opération de curage des caniveaux
La Délégation spéciale communale de Zorgho a lancé le mercredi 17 juillet 2024 une grande opération de curage des caniveaux qui a mobilisé la population locale et différentes Organisations de la (…) Lire la suite
Toute l'actualité