Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Assainissement : L’ONG Help et l’UNICEF dans la lutte contre la défécation à (...)

Assainissement : L’ONG Help et l’UNICEF dans la lutte contre la défécation à l’air libre dans le village de Bayeldjaga/commune de Bani

L’ONG Help a procédé, le 21 mars 2019, dans le village de Bayeldjaga, dans la commune de Bani, à une sensibilisation des populations locales sur les conséquences sanitaires et économiques des maladies du péril fécale et surtout l’engagement solennel de la population à mettre fin à la défécation à l’air libre en ne comptant que sur ses ressources endogènes. L’ONG Help a organisé cette formation théorique et pratique sur l’Assainissement Total Piloté par la Communauté (ATPC) en collaboration avec les structures comme l’UNICEF, l’ONG AGED/Oxfam, la Direction régionale de l’Eau et de l’Assainissement du Sahel et la Direction régionale de la Santé du Sahel. Cette session complète a été assurée techniquement par les spécialistes Wash de l’UNICEF, Kossi WOZUAMÉ et Karim SAWADOGO, venus respectivement de Dori et de Ouagadougou.

Il y a maintenant une décennie que l’ONG allemande Help œuvre au quotidien pour le bien-être des populations au Burkina Faso. Les projets ne font que se succéder en vue de contribuer à sortir les couches défavorables de leurs conditions de vie difficiles. De la pléthore de projets à mettre à l’actif de cette organisation humanitaire, il y a le projet « Diffusion du Paquet Intégré des Services d’ANJE (DIPISA) », lancé en 2015 et qui touche à nos jours toutes les communes de la province du Séno. Par ANJE, il faut comprendre Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant.

Nutrition rime avec assainissement

Avant de pouvoir mettre ce projet en œuvre et escompter de meilleurs résultats, Help a estimé qu’il faille au préalable sensibiliser les populations cibles sur les bonnes pratiques d’hygiène. On ne saurait en effet parler de bonne santé sans l’observation d’un certain nombre de règles d’hygiène par la population. Et l’accès aux services d’assainissement de base participe à l’édification d’une société avec moins de risques de maladies de tout genre.

« On ne peut pas arriver à un niveau d’assainissement qui va impacter la santé sans lutter contre la défécation à l’air libre. Tant que les selles seront exposées au sol au village, on ne pourra pas éviter les maladies. » Cette déclaration du responsable bureau Help de Dori, Arsène OUÉDRAOGO, en dit long sur la nécessité d’inciter les populations à abandonner leurs vieilles habitudes afin de mettre fin à la défécation à l’air libre. Mais pour arriver à opérer un tel changement, il faut y aller avec tact. D’où l’introduction de cette nouvelle approche appelée Assainissement Total Piloté par la Communauté (ATPC), expérimentée pour la première fois au Bangladesh (par Kamal Kar) avec des résultats très probants.

L’intérêt d’une telle approche

L’ATPC est une approche qui recommande beaucoup de souplesse de la part de ceux et celles qui sont chargés de sa mise en œuvre. C’est pourquoi Help a entrepris auparavant une formation à l’endroit de ses acteurs au niveau village appelés leaders. Dans chaque village, un leader a été identifié par la population elle-même pour prendre part à la formation. Il s’est agi de leur montrer les différents concepts de l’approche, ses différentes étapes et ses différents outils. Cette sortie terrain dans le village de Bayeldjaga était donc un passage de la théorie à la pratique.

Une fois sur place, les animateurs ont utilisé plusieurs outils, dont la carte. Avec cet outil, les populations ont été invitées à tracer la carte de leur village et à y indiquer par exemple les emplacements de leurs concessions, les grands édifices et leurs lieux de défécation. De cet exercice, il ressort que leurs habituels lieux de défécation sont entre autres les poubelles, à proximité des concessions et des cours d’eau. Conduites sur ces lieux, on a pu constater le dégoût qui se dégageait sur leur visage.

La finalité de l’approche est d’utiliser des méthodes qui laissent les populations sous le choc. Ce choc qui aura comme conséquence l’incitation à une véritable prise de conscience. Les participants à cette séance de sensibilisation ont été amenés, à travers ces outils, à déceler eux-mêmes le problème et la solution envisageable pour en venir à bout. L’ATPC est une approche qui se veut tout simplement accompagnatrice dans la recherche de solutions à la défécation à l’air libre avec une responsabilisation totale de la communauté et sans aucune subvention.

La satisfaction au bout des efforts

La satisfaction est le contentement qui résulte de la réussite d’une action menée. Cette phase pratique organisée par Help a été un grand succès du point de vue mobilisation et prise de conscience. Les populations n’ont pas hésité à sortir en grand nombre pour écouter le message à eux destiné. Malgré le manque d’ombre à un moment donné et un soleil au zénith, une situation assez régulière au Sahel, elles sont restées jusqu’au bout. Un succès à mettre à l’actif des animateurs qui ont su susciter leur intérêt pour le sujet du jour.
A la fin de la sensibilisation, le chef du village, Hamidou BARRY, s’est réjoui du choix porté sur leur localité pour conduire cette activité. Lui qui ne dispose pas encore de latrines dans sa cour s’est engagé à en construire trois dans les prochains jours. « Après cette sensibilisation, la première des choses à faire pour nous, c’est de réaliser des latrines. En tant que chef, nous allons mobiliser la communauté afin de construire le maximum de latrines pour chaque ménage. Nous allons aussi continuer à sensibiliser les gens afin qu’à la prochaine visite on ne retrouve pas le village dans la même situation », a-t-il promis.


Hamidou BARRY, le chef du village.

Plusieurs autres villageois ont emboîté le pas du chef, en prenant aussi l’engagement de se doter de latrines à l’avenir. M. OUÉDRAOGO ne pouvait qu’être ravi à l’issue de cette session de pratique. Il confie : « Je suis satisfait de la mobilisation et des engagements qui ont été pris. Les leaders eux-mêmes ont pris l’engagement d’être des relais pour maintenir cet éveil des consciences. J’ai vraiment espoir que les choses vont changer positivement et que la flamme déjà allumée sera maintenue. »

Help, grâce à l’appui de ses partenaires que sont l’UNICEF (partenaire financier) et Oxfam (partenaire technique), vient de poser les jalons d’un changement de comportement qui va contribuer à la naissance d’une société saine parce que respectueuse des règles d’hygiène. La population de Bayeldiaga a pris conscience qu’il y a beaucoup de conséquences lorsqu’on continue à déféquer à l’air libre. Et qu’elle est seule maîtresse de son développement.

Dès le lendemain, les premiers à s’engager (les innovateurs du village de Bayeldjaga) ont commencé à creuser les fosses.

Après Bayeldjaga, le prochain défi de Help est de pouvoir réussir la même activité dans les dix-neuf (19) autres villages cibles de la commune de Bani.

Romuald Windenonga OUÉDRAOGO, Observateur Civitac, Dori

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Formation des jeunes du Conseil régional de l’Est en entrepreneuriat agricole financier par le PSAE/MAA

Du 30 novembre au 4 décembre 2020, au ministère de l’Agriculture.

Atelier régional de vulgarisation de la plateforme Civitac et de formation en communication publique multimédia

Du 24 au 27 novembre 2020 à Fada.

Atelier de production capitalisation radio, contrôle citoyen et reddition des comptes

Du 12 au 13 novembre 2020 à Koudougou.

 

Visiteurs connectés

1 visiteurs en ce moment

Total visites 2020 : Web Hits