Vous êtes ica: Accueil > Actualité > L’association Dotinogo pour un meilleur fonctionnement des écoles de la (...)

L’association Dotinogo pour un meilleur fonctionnement des écoles de la commune de Dori

C’est dans la salle de réunions de la Direction régionale de l’économie et de la planification du Sahel que l’association féminine Dotinogo a regroupé les membres d’associations de parents d’élèves (APE), d’associations de mères éducatrices (AME) et de comités de gestion des écoles (COGES) de dix écoles de la commune de Dori pour une formation les 17 et 18 avril 2019. La formation a porté sur les rôle et responsabilité de ces membres dans la gestion des écoles et l’élaboration de plan d’amélioration des écoles. Issues de la Circonscription d’éducation de base (CEB) de Dori II, ces écoles sont celles qui présentent le plus un faible taux de fréquentation.

L’éducation est l’un des facteurs de développement d’une nation. De cette éducation, la bonne surtout, naîtront des hommes et femmes conscients des défis du moment, et capables de développer des initiatives pour une avancée significative de la société. D’où la nécessité de mettre tout en œuvre pour que tous les acteurs intervenant dans ce domaine, à quelque niveau que ce soit, parlent d’une seule et même voix. Pour parvenir à un tel résultat, cela suppose au préalable que chaque acteur a une connaissance approfondie de son rôle et de ses responsabilités et s’évertue à les remplir.
L’éducation est toujours à la traîne au Burkina Faso d’une manière générale. Le Sahel est l’une des régions qui enregistre malheureusement, chaque année, les plus faibles taux de scolarisation. Il y a alors lieu d’agir au plus vite. Interpellée par cette "sombre situation", l’association féminine Dotinogo du Sahel, citoyenne qu’elle est, a décidé d’apporter sa contribution afin d’améliorer le fonctionnement des écoles. Après avoir bénéficié d’un partenariat avec le Laboratoire Citoyennetés, l’association a jugé bon de former les structures d’appui aux écoles, telles que les APE, les AME et les COGES.

Ce qui a guidé le choix des écoles pour la formation
Une fois le financement obtenu, l’association a été rencontrer les premiers responsables provinciaux de l’éducation du Séno, afin de connaître les écoles qui étaient les plus touchées par les dysfonctionnements. Il s’est avéré que les écoles de la CEB de Dori II répondaient aux critères. Sur les trente-trois (33) écoles que compte cette circonscription, dix (10) ont été retenues par l’association pour le diagnostic. En plus de ces écoles diagnostiquées, une école a été sélectionnée comme école témoin.
Un choix que la présidente de l’association, Mme OUÉDRAOGO, née Sabine COMPAORÉ, explique : « La prise en compte de l’école témoin, c’est pour que ces responsables viennent suivre la formation avec celles diagnostiquées afin qu’après on puisse faire la comparaison au niveau résultat. Cela nous permettra de voir l’intérêt réel des APE, des AME et des COGES."

Les rôle et responsabilité des APE, des AME et des COGES expliqués
Aux côtés des enseignants que l’Etat a mis à la disposition des écoles, il y a les APE, les AME et les COGES, censés les accompagner dans l’accomplissement de leur mission, à savoir former les élites de demain. Malheureusement, ces structures d’appui ne s’impliquent pas toujours comme il se doit. Pour Henri SANKARA, inspecteur chef de la CEB de Dori II, le constat est que ce dysfonctionnement engendre de mauvais résultats. « Si la communauté ne s’implique pas c’est compliqué. Il est ressorti que beaucoup de nos parents d’élèves, surtout dans les bureaux, ne maîtrisent pas leur rôle, c’est la raison pour laquelle, peut-être, ils ne s’impliquent pas davantage », a-t-il souligné.
Lors de la formation, il s’est agi de donner le contexte de la création de ces structures d’appui, la loi qui les régit, leur fonctionnement, la mise en place et le nombre de membres de chaque structure, et le rôle de chacun dans ces bureaux. « Cela signifie que personne ne doit piétiner l’autre, car c’est main dans la main que tout peut s’arranger pour le développement commun », dira Mme OUÉDRAOGO.

« Nous sommes sûrs que si ces connaissances sont réinvesties, tout le monde sortira gagnant »
Durant les deux jours de formation, la mobilisation des participants et participantes a été constante. Cela témoigne de l’intérêt de ces responsables d’éducation à apprendre ce qu’ils ignoraient, comme l’a souligné cette mère éducatrice. « La formation nous a permis de connaître notre rôle, chose que nous ignorions avant. Une fois chez nous, nous allons veiller à ce que la fréquentation soit normale. Également, lors des recrutements, qu’il y ait le maximum d’enfants possible. »


M. SANKARA était tout aussi satisfait de la tenue de la formation. " On a senti beaucoup d’implication lors de cette formation. A travers les réactions, les exposés, on a vu qu’il fallait vraiment cette formation parce que ça permet de lever beaucoup de zones d’ombre. Que ce soit au niveau des mères éducatrices, des parents d’élèves, des COGES, on peut faire une évaluation positive de cette formation. Nous sommes sûrs que si ces connaissances sont réinvesties, tout le monde sortira gagnant", a-t-il confié.

La présidente de l’association Dotinogo quant à elle, a dit être ravie et pense que ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd parce que "vu l’engouement et ce que les uns et les autres disent, nous avons foi qu’il y aura un changement de comportement." Tout en remerciant le Laboratoire Citoyennetés pour la confiance, elle dit compter sur ce partenaire pour pouvoir étendre l’action à d’autres écoles de cette CEB et pourquoi pas à d’autres CEB. "Mais déjà, si on arrivait à couvrir toutes les écoles de cette CEB, ça pourrait faire tâche d’huile dans l’éducation au niveau de la commune de Dori", conclut-elle.

Après cette formation, l’action qui sera menée par l’association et toujours financée par le Laboratoire Citoyennetés dans ce sens, c’est un cadre d’échanges entre les meilleures structures et celles qui peinent à fonctionner correctement, afin qu’elles se partagent les expériences. Déjà, les bénéficiaires de la présente formation ont la responsabilité désormais d’œuvrer afin qu’à l’avenir, ils soient là lumière, le reflet des écoles de la commune de Dori, car personne ne viendra faire leur bonheur à leur place.

Romuald Windenonga OUÉDRAOGO, Observateur Civitac, Dori

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Sondage civitac

Du 22 au 25 Septembre 2020 sur la plateforme civitac
https://civitac.org/?page=sondage

3e session ordinaire de l’année 2020 du Conseil régional du Centre-Ouest

25 septembre 2020.

Dialogue démocratique

Organisé par le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD) le mardi 15 septembre 2020.

 

Visiteurs connectés

2 visiteurs en ce moment

Total visites: Web Hits