Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Gestion des Programmes sensibles aux conflits : la CADEPAC outille les (...)

Gestion des Programmes sensibles aux conflits : la CADEPAC outille les acteurs locaux des CT de la région du Nord

La salle de conférences du Conseil régional du Nord a abrité, les 24 et 25 avril 2019, une formation des acteurs locaux des six collectivités territoriales partenaires du programme DEPAC de la région du Nord sur la gestion des programmes sensibles aux conflits. Organisée par la Cellule d’appui à la décentralisation et à la participation citoyenne (CADEPAC), cette formation entre dans le cadre de la mise en œuvre du programme DEPAC, phase 2.

La Coopération suisse est le partenaire par excellence qui s’intéresse depuis plusieurs années à la décentralisation et à la bonne gouvernance au Burkina Faso. Ses appuis s’inscrivent donc dans les priorités nationales en matière de développement et de décentralisation. Ils ont pour finalité de rendre les communes et les régions capables de fournir de meilleurs services publics, améliorant la qualité de vie des hommes et des femmes et facilitant les activités économiques.

Pour cela des investissements réalisés dans le cadre de ce programme DEPAC portent essentiellement sur les infrastructures sociales et économiques sous la maîtrise d’ouvrage totale des collectivités territoriales partenaires. Cependant, les investissements mobilisent plusieurs acteurs aux intérêts parfois divergents, pouvant engendrer ou exacerber des situations conflictuelles dans les zones d’intervention du programme DEPAC. Ceci pourrait impacter négativement les performances et l’image du programme. C’est du reste ce qui a motivé la CADEPAC à outiller les élus locaux des communes de Titao, de Ouahigouya, de Tangaye, de Lèba, d’Arbollé et du Conseil régional du Nord sur la gestion des programmes sensibles aux conflits.

Pour YAMÉOGO Asséto, chargée de programme à la CADEPAC au niveau de la région du Nord, la formation a été organisée à l’intention de ce public cible pour renforcer leurs capacités en matière de gestion de conflits sensibles à leur programme de développement, afin de leur permettre d’être des acteurs de la construction de la paix dans leurs collectivités, grâce à une meilleure mise en œuvre de leurs priorités de développement.

Quatre personnes de chaque collectivité ont bénéficié de cette formation. Animée par Jean-Claude BAYALA, Inspecteur général du ministère de la Communication, cette formation s’est faite dans une dynamique participative et interactive.

Un cadre convivial de formation
«  Nous n’allons pas appeler cela une formation mais un cadre d’échange et de partage d’expériences  », a dit Mme YAMÉOGO à l’entame de son propos d’ouverture de cette session. C’est donc ainsi que les différentes séquences, au nombre de six, ont été présentées par le consultant et discutées dans la salle avec les participants. Une atmosphère détendue et une ambiance bon enfant se laissant observer dans la salle de réunions du Conseil régional a favorisé des échanges riches entre les différents acteurs.

Le premier jour, les échanges ont porté sur les concepts (conflits, violence, paix, fragilité, etc.), l’analyse du contexte de conflit et la gestion du programme sensible au conflit. Des travaux de groupe ont clôturé cette journée. Au cours de cet exercice, les participants ont été amenés à identifier des tensions/conflits qui peuvent naître au cours de l’élaboration de leur Plan annuel d’investissement ainsi que dans la mise en œuvre des activités.

Le deuxième jour, comme celui du jour 1, a connu des présentations, notamment sur l’interaction du conflit avec le programme et les adaptations possibles pour une bonne exécution des activités du programme. Ce dernier point a amené également les participants à se retrouver en groupes de travail. A la fin de chaque travail de groupe les participants se sont retrouvés en plénière pour discuter des résultats des travaux. Les PowerPoint, parfois en images animées ou en schémas synthétiques, ont facilité la compréhension de certains participants.

La formation, la bienvenue
Pour Mikinaam Amadé OUÉDRAOGO, maire de la commune de Lèba, cette formation est la bienvenue dans sa région au vu du contexte sécuritaire actuel qui révolte les populations, impactant souvent la réalisation des infrastructures. Quant à Issaka OUÉDRAOGO, premier adjoint au maire de la commune de Tangaye, «  cet atelier nous a donné un certain nombre d’informations et d’outils et favorisé également une prise en compte des conflits qui peuvent naître en lien avec la mise en œuvre de nos programmes. Nous avons échangé et nous avons eu des rudiments nécessaires pour nous permettre de mieux gérer nos programmes en prenant en compte les aspects qui peuvent être des sources de tension ». Et d’ajouter que «  cette formation va en droite ligne de la résolution de certaines situations qui arrivent dans les villages quand il s’agit de mettre en œuvre des réalisations des infrastructures  ».

C’est donc avec une satisfaction partagée que les participants repartent chez eux. Pour la représentante de la CADEPAC, « c’est un pari gagné et un pas franchi quant à la gestion des programmes sensibles aux conflits dans le milieu local ; ce qui, sans nul doute, conduira les communes vers le développement harmonieux ».

A la fin de ces 48 heures de formation, une photo de famille a été faite.


Photo de famille
Boris Wend-La Sida OUÉDRAOGO, Observateur Civitac, Ouahigouya

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Atelier de formation sur la gestion des risques humanitaires et l’inclusion

Les 1er et 02 octobre 2020, dans la salle de réunions de la Mairie de Ziniaré.

CONCOURS ECOPRESS (1er édition)

Initié par le Laboratoire Citoyennetés
Date de réception des dossiers :
Du 25 Septembre au 25 Novembre 2020
https://civitac.org/spip.php?article1131

Sondage civitac

Du 22 au 25 Septembre 2020 sur la plateforme civitac
https://civitac.org/?page=sondage

 

Visiteurs connectés

3 visiteurs en ce moment

Total visites: Web Hits