Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Sécurité alimentaire dans un contexte d’insécurité : des acteurs du monde rural (...)

Sécurité alimentaire dans un contexte d’insécurité : des acteurs du monde rural se penchent sur les défis à relever

La célébration de la 21e édition de la Journée nationale du Paysan (JNP) a débuté le jeudi 25 avril 2019 à Gaoua, dans la région du Sud-Ouest, par la réflexion, sous forme de forum et d’ateliers sectoriels d’échange. Plus de 1 400 producteurs et productrices venus des 13 régions du pays participent à cette célébration dans la belle cité du Bafudji.

Les producteurs et productrices burkinabè jouent un rôle très important dans l’atteinte des objectifs du développement du pays. Ils sont, du reste, à l’honneur du 25 au 27 avril, à la faveur de la célébration de la 21e édition de la Journée nationale du Paysan (JNP), Gaoua 2019. Le top départ de cette célébration a été donné le 27 avril par le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, Salifou Ouédraogo, qui avait à ses côtés le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Niougou Ambroise OUÉDRAOGO. Il a été marqué par un forum suivi d’ateliers sectoriels de réflexion dont les conclusions ont été présentées lors des échanges directs entre les producteurs et le gouvernement le 27 avril.

La JNP donne la voix aux sans-voix
Le président du Faso, Roch Marc Christian KABORÉ, qui a présidé ces échanges directs samedi 27 avril, a lancé, la veille, la campagne agricole 2019-2020 en marge de la cérémonie officielle d’ouverture de la JNP 2019. A cette occasion, des hommages ont été rendus aux acteurs du monde rural à travers la remise de médailles et de matériels de travail. De quoi donner des motifs de satisfaction au président de la Confédération paysanne du Faso, Bassiaka DAO, qui apprécie, à sa juste valeur, l’initiative des JNP qui donne la voix aux sans-voix. « Depuis 21 années, nous sommes en train de réfléchir ensemble et mettre en œuvre des actions concrètes. Cela veut dire que la performance et la durabilité dans la concertation entre les décideurs politiques et les acteurs de terrain que nous sommes sont vraiment positives. Cette journée permet aux sans-voix de s’exprimer devant les décideurs politiques et de leur proposer des solutions idoines afin de permettre de sortir de l’ornière », s’est réjoui le patron de la CPF.

« Si la journée du paysan n’existait pas, il fallait la créer »
Les motifs de satisfaction de Bassiaka DAO sont partagés par le président de la Chambre nationale d’Agriculture (CNA), Moussa KONÉ, qui se veut catégorique : « Si cette journée dédiée au paysan n’existait pas, il fallait vraiment la créer, parce que ce sont des instants qui permettent de magnifier le monde rural dans sa profondeur. C’est plus de 1 000 producteurs qui ont quitté les différentes régions pour participer à cette grande cérémonie et c’est vraiment une quelque chose qui permet de donner une bonne visibilité au secteur agricole. » C’est pourquoi la CNA travaillera, confie son président, avec l’ensemble des acteurs du monde rural en vue de l’application effective des conclusions du forum et des ateliers sectoriels de la JNP. En attendant, Moussa KONÉ salue à sa juste valeur la création de la Banque agricole du Faso, qui constitue une recommandation des précédentes éditions de la Journée dédiée au paysan. L’opérationnalisation de cette banque contribuera, foi de Moussa KONÉ, à résoudre l’épineux problème de l’accès aux sources de financement auquel restent confrontés les acteurs ruraux.

L’arbre ne doit pas cacher la forêt
En revanche, « il ne faut pas que l’arbre cache la forêt. Les services financiers de cette banque agricole doivent être vraiment adaptés et appropriés aux conditions des producteurs et productrices », soutient le président de la CNA. Celui-ci souhaite que les recommandations issues des ateliers sectoriels de la JNP puissent booster véritablement, voire révolutionner durablement, la production agro-sylvo-pastorale, halieutique et faunique. Cela se justifie quand on sait que le contexte sécuritaire actuel fait courir aux exploitations agro-sylvo-pastorales, halieutiques et fauniques, déplore le ministre en charge de l’Agriculture, des risques de contre-performances aggravés. D’où le choix du thème de la célébration de la JNP : « Défi de la sécurité alimentaire dans un contexte d’insécurité : quelles stratégies d’accompagnement des exploitations agro-sylvo-pastorales, halieutiques et fauniques ? ».

Le choix de ce thème traduit, selon le ministre Salifou OUÉDRAOGO, l’engagement des acteurs étatiques, non étatiques et des Partenaires techniques et financiers à travailler d’arrache-pied afin de contribuer à accroître les performances globales du secteur rural. Il exprime clairement des préoccupations communes des acteurs du monde paysan, reconnaît Bassiaka DAO, qui soutient que le thème de la JNP 2019 illustre bel et bien une réalité vécue par le Burkina Faso. « Le gros problème des agriculteurs burkinabè, c’est comment assurer la sécurité alimentaire dans un contexte d’insécurité, parce que, pour qu’un peuple vive il faut qu’il arrive à se nourrir de sa propre production. Et c’est de cela que nous allons débattre durant la JNP », dévoile le président de la CPF. A propos de l’insécurité, qui constitue une préoccupation d’actualité, celui-ci ne manque pas non plus de solutions à proposer. Il prône surtout la conjugaison des efforts des différents acteurs à tous les niveaux. « Ce n’est pas un seul génie qui doit trouver la solution mais l’ensemble des acteurs. Sur cette question d’insécurité, les pistes de solution que nous proposons consistent à donner la parole aux populations pour qu’elles s’expriment car la solution n’est pas forcément militaire mais elle peut être au niveau du peuple. » D’où la nécessité, rappelle Bassiaka DAO, de discuter avec les acteurs du monde rural au cours de la JNP, afin de recueillir leurs opinions avant de les analyser et de mettre en œuvre des actions concrètes au profit des producteurs et productrices.

Saïdou ZOROMÉ, Correspondant Civitac, Ouahigouya

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

3e session ordinaire de l’année 2020 du Conseil régional du Centre-Ouest

25 septembre 2020.

Dialogue démocratique

Organisé par le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD) le mardi 15 septembre 2020.

4ème édition du forum des forces vives de la commune de Loumbila

Le mardi 15 septembre 2020.

 

Visiteurs connectés

1 visiteurs en ce moment

Total visites: Web Hits