Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Budgétisation sensible au genre : les réactions à l’issue de la (...)

Budgétisation sensible au genre : les réactions à l’issue de la formation

Après trois jours d’intenses travaux, c’est sur une note de satisfaction que les participants venus des régions du Centre-Ouest, de l’Est, du Nord et du Sahel se sont quittés. Mais avant, certains ont livré leurs impressions à Civitac, qui a fait le déplacement pour suivre de près le déroulement des travaux. Les interventions sont celles du coordonnateur de la CADEPAC, du chargé de programme Gouvernance et démocratie, point focal genre au Bureau de la Coopération suisse, du coordonnateur des organisations socioprofessionnelles de la région du Centre-Ouest et de la présidente de l’association Dotinogo de Dori.

David BARRO, Coordonnateur de la CADEPAC

A l’issue de tout ce que l’on a eu comme éléments, outils, notions, compréhension, on se rend compte que c’est une satisfaction. Je pense qu’on a atteint les résultats escomptés des objectifs que l’on s’était fixés. Cette formation nous a permis de mieux comprendre ce qui se dit et ce qui se trouve derrière cette question de la Budgétisation sensible au genre (BSG). Elle a permis aussi d’avoir des outils pour mieux prendre en compte la question de la BSG et aussi faire le suivi. On note également qu’un certain nombre de collectivités ont parlé des actions qu’elles mènent mais il n’y a pas une cohérence ou un suivi de tout cela.
La formation va donc aider à voir comment mieux structurer l’ensemble des actions que nous sommes en train de mener au niveau des collectivités avec l’accompagnement des différents partenaires, et ensuite faire un meilleur suivi pour pouvoir mieux reporter tout ce qu’il y a comme budgétisation. En somme, c’est de travailler sérieusement à réduire les inégalités hommes/femmes. Après cette formation, une feuille de route sera élaborée en fonction d’un certain nombre de grands chantiers qui ont été notés. Cette feuille de route sera partagée avec l’Etat et l’ensemble des collectivités pilotes de la stratégie.

Jean Pierre SALEMBERE, Chargé de programme gouvernance et démocratie, point focal genre au bureau de la Coopération suisse

C’est un atelier que l’on souhaitait organiser avec les partenaires des collectivités territoriales. Il a permis aux participants d’avoir des informations et des outils sur la BSG. C’était aussi une occasion pour nous de passer un message de plaidoyer auprès des élus locaux, des techniciens au niveau des administrations locales pour qu’ils puissent voir comment améliorer la BSG dans les Plans locaux de développement. Cela concerne bien les Plans communaux de développement (PCD) que les Plans régionaux de développement (PRD).
De façon générale, on constate une grande satisfaction et surtout beaucoup d’engagement des autorités locales pour poursuivre le processus de BSG afin de lutter contre les inégalités.
Il est très important pour nous aujourd’hui de voir, à partir de la situation actuelle, comment accompagner les collectivités pour que les objectifs d’égalité hommes/femmes soient une réalité dans le développement local. Après cette formation, notre ambition est de poursuivre le processus. Nous allons aider les communes et les régions à proposer une feuille de route qui permet de dire quelles sont les actions pertinentes à mettre en place pour pouvoir avancer sur la BSG. Sur la base de cette feuille de route, on devrait être capable de suivre chaque année, avec l’appui de notre partenaire terrain, CADEPAC, pour évaluer et faire des réadaptations et voir comment on peut atteindre de meilleurs résultats.

Timothée N’DO, Coordonnateur des organisations socioprofessionnelles de la région du Centre-ouest

C’est un nouvel outil pour nous en tant que participants. Au cours de la formation, on nous a appris que la budgétisation sensible au genre est capitale dans toutes les prévisions, dans tous les programmes et projets de développement aux niveaux national, régional et même communal. Nous avons suivi des thématiques qui vont permettre aux collectivités d’amorcer un développement durable parce que, lorsqu’on parle du genre, c’est au niveau des jeunes filles et garçons, des hommes et des femmes. Il faut intégrer tous ces éléments dans le processus d’élaboration et au niveau de la mise en œuvre de la BSG.
C’est un outil qui peut aider l’ensemble des acteurs à mesurer à court et à long terme les acquis et les résultats attendus par tout le monde et ainsi asseoir un développent équilibré. Le souhait est que toutes les collectivités qui ont pris part à cet atelier intègrent la budgétisation sensible au genre dans leur programmation, dans l’identification de leurs activités à mener au niveau de leur ressort territorial car cela pourra être un levier de développement harmonieux des populations du Burkina Faso.

Sabine OUEDRAOGO née COMPAORE, Présidente de l’association Dotinogo du Sahel

La formation nous a donné l’occasion de nous regarder dans un miroir et revoir comment on doit travailler dans nos communes tout en prenant en compte les besoins des hommes et des femmes, des jeunes filles et des jeunes garçons. Je pense que la BSG permet d’équilibrer l’intervention au profit de la population, ce qui peut avoir une bonne répercussion sur la cohésion sociale, parce que chacun y trouvera son compte. En tant qu’association, notre rôle consiste à veiller, à sensibiliser et à interpeller. Et je crois que ces trois jours n’ont pas été de trop parce que j’entends parler du genre, j’ai même été formée sur la question, mais c’est la première fois que je prends part à une formation sur la BSG. A présent, je peux avoir une autre lecture du PCD ou du PRD.
Je suggère qu’en plus des associations et communes partenaires l’on associe, pour les prochaines fois, les maires, les présidents de conseils régionaux, car une chose est d’inscrire, une autre est d’ordonner. On peut tenir compte de la BSG dans les documents, mais dans la réalisation ça devient autre chose. On peut juste le mettre pour attirer des financements. Pour terminer, j’aimerais remercier la CADEPAC pour l’initiative qui a été exprimée à travers ces trois jours d’atelier, et remercier la Coopération suisse qui a le souci de la prise en compte de toutes les couches sociales.

Romuald Windenonga OUEDRAOGO, Observateur Civitac, Koudougou

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Remise de kits scolaires aux orphelins parrainés par l’Association Kib-teega Wendé

28 septembre 2019 à Loagha, commune de Poa.

Préparation de la table ronde des PTF de la décentralisation

Le Laboratoire Citoyennetés reçoit une équipe du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement le jeudi 12 septembre 2019.

20 septembre 2019 :

3ième session ordinaire du Conseil régional du Centre Ouest

 

Visiteurs connectés

1 visiteurs en ce moment

Total visite: