Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Radio Loudon : un outil au cœur du développement de la province du (...)

Radio Loudon : un outil au cœur du développement de la province du Ziro

Le déterminant rôle des médias dans le développement des zones dans lesquelles ils sont implantés n’est plus à démontrer. Même si au Burkina Faso ils sont dans leur grande majorité installés dans les grandes villes, on retrouve tout de même quelques-uns dans les provinces. Et ces derniers doivent leur existence à la volonté de certains acteurs désireux d’impulser une véritable dynamique de développement à leur localité. La radio Loudon de Sapouy en est une illustration parfaite. Lors d’un séjour dans cette belle cité en fin d’année 2019, nous sommes allé à la découverte de ce média que le Laboratoire Citoyennetés appuie depuis maintenant quelques années dans le cadre du programme DEPAC-2, financé par la Coopération suisse.

La radio Loudon, émettant sur la 104.9 FM, a été créée en 2010, mais a ouvert officiellement ses portes le 26 avril 2011, avec un rayon de couverture de 90 km. Cependant, malgré les ondes perdues durant les saisons pluvieuses, elle arrive à couvrir des zones telles que Ouagadougou, voire Ziniaré. Portée par une association dénommée Synergie 44, elle se veut un outil d’information et de communication pour les populations locales de la province du Ziro. Et pour se conformer aux sensibilités majeures qui composent la province, elle émet dans quatre langues, à savoir le français, le mooré, le nouni et le fulfuldé.

Elle emploie en son sein quatorze (14) personnes, dont huit (08) journalistes. Elle constitue avec la radio de Cassou, localité située à 30 km de Sapouy, les deux radios de la province.

Une grille de programmes pour répondre aux attentes des populations

La sensibilisation reste au cœur des programmes de la radio Loudon, et ce en partie grâce au Laboratoire Citoyennetés. La majeure partie des émissions proposées chaque semaine est en rapport soit avec l’environnement, soit avec les femmes, soit encore avec la citoyenneté.

« Quand on parle par exemple de la cuisine, on envoie un journaliste dans un restaurant ou chez une dame bien connue dans le domaine pour un reportage. Ici, c’est une situation que l’on veut résoudre dans la société, parce qu’on remarque qu’il y a certaines de nos sœurs qui se marient et qui ont du mal à préparer un repas, tout simplement parce qu’elles ne l’ont pas appris à la maison. Le reportage consiste à demander à celle qui sait bien le faire de donner son secret. C’est citoyen, ça éduque », explique Théophile NÉBIÉ, chargé de programme de la radio.

La radio étant ouverte à toute la communauté, elle reste attentive aux différentes remarques et propositions de la part des citoyens. M. NÉBIÉ raconte à cet effet une anecdote sur un citoyen qui a exprimé son souhait de passer par la radio pour interpeller les autorités communales sur les services de l’état civil. A la suite de cette interpellation, il promet qu’un reportage sera fait afin de voir comment les choses s’y déroulent. « Ce genre d’interpellation nous amène à traiter le sujet, et à donner la parole aux citoyens. Le maire est interpellé et il se doit de réagir en ce moment, afin de trouver des solutions. »

Grâce toujours à l’appui du Laboratoire Citoyennetés dans le cadre du programme DEPAC-2, les différentes sessions du conseil municipal de la commune de Sapouy sont retransmises en direct sur la radio, permettant ainsi aux citoyens de s’imprégner des questions discutées par les conseillers municipaux. Les sessions de formation initiées par le Laboratoire Citoyennetés ont aussi permis aux journalistes de la radio d’être à même désormais de traiter l’information citoyenne.

La radio fait son petit bonhomme de chemin, mais les difficultés ne manquent pas

En près de dix (10) ans d’existence, la radio Loudon a fortement contribué au développement local avec le peu de moyens mis à sa disposition. Et si cela a été rendu possible, c’est grâce à la bonne vision de l’association qui, au départ, avait déjà mûri la réflexion sur comment la faire vivre. Bon nombre de difficultés ne lui permettent cependant pas d’engranger davantage de résultats. Selon le chargé de programme, la première difficulté était celle liée à l’énergie. A ses débuts, en 2010, la Société nationale d’électricité n’y avait pas encore ses installations, obligeant la radio à émettre grâce à un groupe électrogène qui ne manquait pas de créer toutefois quelques pannes au niveau de l’émetteur.

Mais tout cela est devenu aujourd’hui un vieux souvenir, car une solution à travers l’énergie solaire a été trouvée.

L’autre difficulté, mais toujours d’actualité, est purement financière. Même si l’association travaille toujours à trouver des moyens afin que la radio puisse être fonctionnelle de façon continue, pour un média de province, qui plus est à caractère associatif et non commercial, il est clair que sa survie nécessite un véritable don de soi, donc d’énormes sacrifices. « Pour un début, ce n’est pas facile parce que vous verrez que même pour la grille tarifaire on a beaucoup étudié. Un communiqué à 1 000 F CFA, c’est vraiment pour permettre à chaque personne de pouvoir y diffuser un message. Payer le salaire de 14 personnes devient alors difficile. Il y a, à côté, la caisse nationale de sécurité à payer parce que tout le personnel est déclaré à la caisse, et bien d’autres dépenses. Mais comme c’est un défi, l’association n’hésite pas à faire le nécessaire. Avec également des partenaires comme le Laboratoire Citoyennetés, ça aide », confie M. NÉBIÉ.

Malgré les difficultés, des perspectives en vue

Bien que les difficultés soient quotidiennement au rendez-vous, la radio Loudon, grâce au travail acharné de ses responsables et de tout le personnel, entend continuer à impacter positivement sa zone de couverture. Mais pour cela, elle gagnerait, comme le souhaite d’ailleurs son chargé de programme, à être dotée de plus de matériel (matériel roulant, kits de reportage, etc.) car, dit-il, la radio est demandée un peu partout. Et avec les groupes d’écoute qui ont été créés dans les différentes localités, plus de moyens permettront de les superviser. En outre, il a laissé entendre que la formation du personnel sera toujours la bienvenue pour plus de professionnalisme, parce qu’il estime qu’en radio il faut apprendre tous les jours, surtout sur le traitement de l’information citoyenne. Toujours en perspective, la radio compte, en 2020, créer un magazine femme, une émission interactive qui donne la parole aux femmes. Selon M. NÉBIÉ, l’on remarque que ce sont les hommes qui interviennent plus dans les autres émissions interactives déjà réalisées.

Toute chose qu’il juge anormale, quand on sait que la majorité de la population est féminine. Et il espère qu’avec l’appui des partenaires ils auront plus de connaissances qui vont leur permettre de bien mener cette émission.

La radio Loudon de Sapouy a conquis le cœur des populations locales et compte beaucoup d’auditeurs et auditrices, ce qui fait d’elle un média de proximité de référence. Son mérite a d’ailleurs été reconnu par l’Etat burkinabè à travers une décoration lors de la célébration de la fête de l’indépendance, le 11 décembre 2019. Pour M. NÉBIÉ : « Cette décoration n’est que le fruit du travail. C’est un signe de reconnaissance de la part de nos autorités et de la population toute entière. En même temps, c’est une interpellation à mieux faire. Et nous nous voyons dans un challenge qu’il faut encore relever. Il ne faut pas que l’année prochaine les choses restent en l’état, mais évoluent significativement. »

Romuald Windenonga OUÉDRAOGO, Observateur Civitac, Koudougou

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Rencontre nationale des acteurs

Organisée par le Réseau Action et Solidarité (RéZAS) le 28 janvier 2020, à partir de 09 heures à l’ODE, à côté du Lycée Technique de Ouagadougou (LTO).

Séminaire scientifique de l’Institut des Sciences des Sociétés

24 janvier 2020 sur le thème : « Les arènes locales extractives : quels modèles du secteur minier au Burkina Faso », co-animé par Dr Sylvie Capitant, et Dr Tongnoma ZONGO.

Initiative dialogue de jeunes

Des jeunes du Centre-Ouest en immersion au TGI de Koudouhou, du 28 au 30 janvier 2020.

 

Visiteurs connectés

6 visiteurs en ce moment

Total visite: