Vous êtes ica: Accueil > Actualité > BEOG-PUUTO : la réponse durable à la dégradation des terres et à l’insécurité (...)

BEOG-PUUTO : la réponse durable à la dégradation des terres et à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso

SOS Sahel International, avec ses partenaires de mise en œuvre du projet de récupération des terres dégradées « Beog-Puuto », ont organisé un atelier régional de validation des études d’identification des micro-bassins dudit projet, le jeudi 30 janvier 2020, dans la salle de conférences du conseil régional du Nord. Cet atelier a servi de cadre de partage et d’examen, d’approbation des résultats des études d’identification, des micro-bassins versants à l’intérieur desquels le projet interviendra dans chacune des 13 communes de la région du Nord. Il a été présidé par le haut-commissaire du Yatenga, Séni KABOU, représentant le gouverneur

Le projet de récupération des terres dégradées Beog-Puuto (Champs du futur, en français) est une initiative du consortium SOS Sahel international France, la Coordination nationale de Grande Muraille Verte, de SOS Sahel international Burkina, de Terre Verte et la Direction générale des aménagements hydrauliques et du développement de l’irrigation. Son objectif est d’apporter une réponse durable à la dégradation des terres et à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle qui affecte les communautés du Burkina, principalement dans les régions de l’Est, du Centre-Nord, du Nord et du Plateau central. Ce projet est financé par l’Agence suédoise pour le développement international, représentée par l’ambassade de Suède au Burkina Faso.

Le présent atelier a pour objectif de valider les résultats des études d’identification, des micro-bassins versants par commune et par village de la zone d’intervention du projet. Pour le haut-commissaire de la province du Yatenga, représentant le gouverneur de la région du Nord, l’effort de SOS Sahel international et l’ensemble de tous ses partenaires dans l’implication de toutes les parties prenantes, dans les différentes étapes de mise en œuvre de leurs innombrables projets au plan national, et particulièrement dans la région du Nord, est considérable. Au Burkina Faso, selon l’enquête multisectorielle continue réalisée en 2014 par l’INSD, plus de 60% des pauvres sont concentrés dans les régions du Nord, du Centre-Nord et de l’Est. Pour elle, un des déterminants majeurs de cette pauvreté demeure la baisse de la production agro-sylvo-pastorale, base de l’économie locale, faisant ainsi le nid de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Dès lors, la désertification, la dégradation des terres et la sècheresse comptent parmi les défis et les menaces les plus graves qui entravent le développement durable du Burkina Faso en général et de la région du Nord en particulier. Des résultats encourageants ont été engrangés de nos jours en matière de récupération de terres dégradées, à travers plusieurs projets et programmes axés sur la gestion durable des terres. Cependant, poursuit-elle, l’ampleur du phénomène, combinée à la demande grandissante des terres agricoles, commande chaque année que de nouvelles interventions en vue de la restauration des terres dégradées soient entreprises. C’est pourquoi cette initiative du projet « Récupération des terres dégradées et d’augmentation de productivité agro-sylvo-pastorale Beog-Puuto est à saluer, car il apportera un nouveau souffle au combat commun contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, en particulier dans les 13 communes concernées dans la région du Nord. Ce projet, selon Madame le haut-commissaire, fera de ces collectivités locales des maîtres d’ouvrages des réalisations prévues en matière de gestion durable des terres.

Dans un tel contexte, les conseils municipaux, dans leur quête permanente d’une population débarrassée du spectre de la pauvreté, de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, ne peuvent que se réjouir du partenariat naissant avec le projet Beog-Puuto. Le maire de la commune de Ouahigouya traduit donc sa reconnaissance à la coordination régionale du projet pour les multiples communications à son endroit sur les objectifs, la démarche, les résultats attendus et les défis à surmonter dans le cadre de l’exécution du projet. Il a par ailleurs salué l’organisation des ateliers communaux d’information pour la prise en compte de la gestion durable des terres dans les Plans communaux de développement. Il a terminé son allocution en rassurant l’accompagnement permanent du conseil municipal de Ouahigouya dans l’atteinte des objectifs du projet.

Boris Wend-La Sida OUÉDRAOGO, Observateur Civitac, Ouahigouya

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Sondage civitac

Du 22 au 25 Septembre 2020 sur la plateforme civitac
https://civitac.org/?page=sondage

3e session ordinaire de l’année 2020 du Conseil régional du Centre-Ouest

25 septembre 2020.

Dialogue démocratique

Organisé par le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD) le mardi 15 septembre 2020.

 

Visiteurs connectés

1 visiteurs en ce moment

Total visites: Web Hits