Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Eau potable : le Laboratoire Citoyennetés veut renforcer la gouvernance des (...)

Eau potable : le Laboratoire Citoyennetés veut renforcer la gouvernance des ouvrages hydrauliques dans les communes partenaires de DEPAC

Du 27 au 28 février 2020 s’est tenu à Koudougou un atelier de relecture du guide d’information simplifié des acteurs de l’eau potable au niveau local dans le cadre du processus d’appui au renforcement de la gouvernance des ouvrages hydrauliques dans les communes partenaires du DEPAC. Initié par le Laboratoire Citoyennetés et financé par la Coopération suisse, il a regroupé OSC partenaires et services techniques déconcentrés.

Cet atelier intervient au lendemain de l’élaboration par le ministère de l’Eau et de l’Assainissement d’un document cadre de stratégie de gestion du service public d’eau potable en milieu rural. Le Laboratoire Citoyennetés, avec le soutien de son partenaire la Coopération suisse, avait déjà édité un guide d’information simplifié des acteurs de l’eau potable au niveau local. Il était donc nécessaire d’identifier les innovations majeures apportées par la nouvelle stratégie, pour ensuite les intégrer dans le guide d’information simplifié. Ce travail vise à accompagner la mise en œuvre de la nouvelle stratégie afin de mieux promouvoir la bonne gouvernance du service public de l’eau potable en milieu rural. Pour ce travail de relecture, le Laboratoire Citoyennetés a pu compter sur l’expertise de la Direction régionale de l’eau et de l’assainissement du Centre-Ouest, du service eau et assainissement de la mairie de Koudougou, des points focaux eau et assainissement de Poa et de Kordié, des OSC intervenant dans le secteur de l’eau potable et de l’assainissement à Koudougou, et bien entendu des consultants du bureau d’étude ACGD.

Le document cadre en question
À travers ce document cadre, le Gouvernement burkinabè souhaite assurer la pérennité et la qualité du service public de l’eau potable en milieu rural au Burkina Faso. Pour y arriver, il lui faut d’abord renforcer le cadre institutionnel et organisationnel de gestion du service public de l’eau potable, accroître le niveau de professionnalisme des acteurs de mise en œuvre du cadre de gestion, et promouvoir la bonne gouvernance du service public de l’eau. Le document cadre couvre tous les ouvrages hydrauliques d’AEP (Assainissement en Eau Potable) réalisés dans un but d’intérêt général.

A ce titre, il prend en compte également des ouvrages institutionnels (écoles, centres de santé, etc.) hors zone d’intervention de l’Office National de l’Eau et de l’Assainissement (ONEA), ainsi que les ouvrages hydrauliques pastoraux mobilisant l’eau souterraine. Les principes directeurs du document cadre de gestion reposent sur l’équité, la participation citoyenne, le paiement du service public de l’eau et le principe de redevabilité. L’Etat, à travers les services techniques déconcentrés du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, les communes et les associations des usagers de l’eau (AUE), principaux acteurs dans l’application du document, s’y voient attribuer de rôles bien précis.

Des innovations majeures du document
Avant de procéder à l’identification des innovations du document cadre, il a été demandé à l’Association Eau pour Tous et à l’Association Wend-Waoga de partager leurs expériences en matière de gestion de l’eau potable dans leurs zones d’intervention respectives. C’est ainsi que les participants ont pu prendre connaissance des actions menées par chacune de ces associations, et bien sûr des difficultés rencontrées. Quant à l’identification des innovations, c’est à travers des travaux de groupe qu’elles ont été relevées. De ces changements, on note : la signature de contrat tripartite entre la commune, les AUE et le maintenancier, le paiement de la taxe du domaine public, la hausse du montant de la contribution des bénéficiaires pour les réalisations et réhabilitation des forages, le Partenariat Public Privé, le Cadre de concertation communal, la prise en compte des ouvrages hydrauliques d’AEP institutionnels, la prise en compte des dépositaires des pièces de rechange.

A cela s’ajoutent le principe de redevabilité, la prise en compte de l’approche fondée sur les droits humains en eau et assainissement, le renforcement de capacités des acteurs, le transfert des ressources par l’Etat aux collectivités, l’agrément signé par le gouverneur sur proposition technique de la direction régionale de l’eau et de l’assainissement, etc. Ainsi identifiées, ces innovations seront intégrées lors de la rédaction du nouveau guide d’information simplifié des acteurs de l’eau potable au niveau local, permettant ainsi au Laboratoire Citoyennetés et son partenaire la Coopération suisse d’apporter une précieuse contribution dans la gestion de l’eau potable au Burkina Faso.

Romuald Windenonga OUÉDRAOGO, Observateur Civitac, Koudougou

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

Sondage civitac

Du 22 au 25 Septembre 2020 sur la plateforme civitac
https://civitac.org/?page=sondage

3e session ordinaire de l’année 2020 du Conseil régional du Centre-Ouest

25 septembre 2020.

Dialogue démocratique

Organisé par le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD) le mardi 15 septembre 2020.

 

Visiteurs connectés

2 visiteurs en ce moment

Total visites: Web Hits