Vous êtes ica: Accueil > Actualité > Intercommunalité dans le Centre-Ouest : les fondements de la création de (...)

Intercommunalité dans le Centre-Ouest : les fondements de la création de l’APICOS expliqués à la Coopération suisse

Après avoir été dans la commune de Kordié la veille pour des échanges sur les performances de cette collectivité, la Coopération suisse, toujours accompagnée de ses trois mandataires du programme DEPAC et de l’Etablissement Public Communal pour le Développement de Koudougou (EPCD), a eu, le 13 mars 2020, une autre rencontre à la mairie de la Cité du Cavalier rouge. Des échanges avec le bureau de l’Association pour la Promotion de l’Intercommunalité dans la région du Centre-Ouest (APICOS) afin de prendre connaissance des fondements de cette jeune association qui, faut-il le rappeler, a vu le jour grâce au travail de la Cellule d’Appui à la Décentralisation et à la Participation Citoyenne (CADEPAC).

C’est le maire de Kordié, président de l’APICOS, qui avait la charge d’expliquer aux visiteurs du jour les raisons ayant conduit à la création d’une association pour la promotion de l’intercommunalité dans la région du Centre-Ouest. Il était, dans cet exercice, accompagné du maire de Koudougou, vice-président, en charge des questions administratives de l’APICOS. Créée en 2018, l’association se veut une plaque tournante dans l’assurance de la maîtrise d’ouvrage au niveau des collectivités membres. Elle aspire à fédérer les efforts de ses membres pour un développement économique et social durable. Car, la synergie d’action, foi des premiers responsables de la structure, permet de mener des projets d’envergure au grand bonheur des populations locales.

Les maires de Koudougou (à gauche) et de Kordié lors des échanges.

Comme dans la mise en œuvre de tout projet, ils n’oublient cependant pas les difficultés qui vont survenir. Et ils sont conscients que c’est leur rôle de travailler à les relever progressivement afin de faciliter la mise en œuvre des projets pour l’intérêt de toutes les collectivités. Après avoir écouté attentivement toutes ces explications, des préoccupations ont été soulevées par les partenaires, pour notamment approfondir la connaissance de l’association, son mode de fonctionnement, les mécanismes mis en place pour parer à d’éventuels dysfonctionnements. En guise de réponse, les responsables de l’association ont rassuré que du travail est et sera toujours fait pour permettre le bon déroulement des activités qui seront inscrites dans les plans d’action de l’APICOS.

A l’issue des échanges, François PARVEX, de l’Association suisse pour le service aux Régions et Communes (SEREC), par ailleurs backstopper pour le programme DEPAC, s’est dit émerveillé par ce qui lui a été donné d’entendre. « Ils ont une maturité à penser une institution de ce genre qui est assez extraordinaire. Ce qui m’a impressionné, c’est la manière dont ils ont négocié la participation de chaque commune, qui n’est pas faite selon des règles mathématiques mais plutôt par consensus. Je pense qu’il y a vraiment une possibilité de faire quelque chose de grand, de mobiliser beaucoup de fonds parce que, généralement, les gens aiment quand il y a beaucoup de communes. Pour moi c’est assez extraordinaire. »

De gauche à droite : Abdramane SANOU de la CADEPAC, Francois PARVEX et son collègue backstopper, et Abou Bachir Thierry DIALLO, DG de l’EPCD.

Pour la CADEPAC, qui a œuvré à ce que la réflexion prenne corps avec une reconnaissance légale, c’est un résultat qui montre aux partenaires qui accompagnent ces collectivités la nécessité d’avoir des structures internes pérennes issues de l’initiative des collectivités elles-mêmes. « C’est un processus un peu long. Toutefois, avec le programme DEPAC, la Coopération suisse est assez volontariste là-dessus. En tant que mandataires (CADEPAC, Laboratoire Citoyennetés et Helvetas), on ne peut que remercier la Coopération suisse pour son engagement dans ce processus et pour ce courage de laisser la responsabilité du développement aux acteurs locaux », a dit David BARRO, Coordonnateur de la CADEPAC.

Quant au président de l’APICOS, Bazoin BAKO, il a exprimé toute sa reconnaissance aux partenaires qui, une fois de plus, ont pris l’engagement d’accompagner un autre projet cher aux collectivités. Il n’a pas manqué d’indiquer que tout en comptant sur l’appui de la Coopération suisse, d’autres partenaires comme le Fonds Permanent seront approchés, car, estime-t-il, « si on arrive à trouver les moyens de rendre l’association viable et dynamique, les personnes vont passer mais elle demeurera toujours ».

Romuald Windenonga OUÉDRAOGO, Observateur Civitac, Koudougou

     

 

  • Espace OSC

Vous souhaitez disposer d’informations relatives au fonctionnement et aux activités des organisations de la société civile présentes dans les territoires communaux, cet espace est le vôtre. Des (...)

Lire la suite
  • Espace COLLECTIVITÉ

« L’espace collectivité » met à votre disposition des données actualisées ainsi que des informations-clés en lien avec les activités des collectivités territoriales membres de Civitac. Les données que vous (...)

Lire la suite

 

Agenda

3e session ordinaire de l’année 2020 du Conseil régional du Centre-Ouest

25 septembre 2020.

Dialogue démocratique

Organisé par le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD) le mardi 15 septembre 2020.

4ème édition du forum des forces vives de la commune de Loumbila

Le mardi 15 septembre 2020.

 

Visiteurs connectés

3 visiteurs en ce moment

Total visites: Web Hits