Vous êtes ici: Accueil > Actualité > Commune de Toéghin : les femmes adoptent des méthodes écologiques dans leur (...)
Commune de Toéghin : les femmes adoptent des méthodes écologiques dans leur ménage

La commune rurale de Toéghin est située dans la province du Kourwéogo, région du Plateau central. Distante de 56 km de Ouagadougou, 41 km de Boussé et 70 km de Ziniaré, elle contribue à la préservation de l’environnement à travers les actions de l’association féminine Tarwendbonsgo.

L’association Tarwendbonsgo est une association locale de la commune de Toéghin, déclarée existante par la loi n°064-2015/CNT du 20 octobre 2015 portant liberté d’association. Elle est uniquement composée de femmes, au nombre de 73, d’après la présidente. Son siège se trouve à Toéghin. Elle intervient dans plusieurs secteurs. Parmi ceux-ci figure en bonne place la protection de l’environnement. L’idée de la création de l’association découle, selon la présidente, Zainata BAGA, de la détérioration progressive de la forêt. « C’est vrai que je ne suis pas très âgée, mais je sais que l’état de la forêt située à quelques kilomètres d’ici n’a rien à voir avec celui que j’ai connu quand j’étais plus jeune. Cette situation m’a beaucoup touchée et je me suis dit que si nous ne faisons pas quelque chose, nos enfants ne connaîtront pas certaines plantes. C’est là que je me suis souvenue que nos mamans et grand-mères, en son temps, utilisaient les foyers améliorés confectionnés à base de terre issue des termitières et autres composants que je ne connaissais pas. C’est ainsi que, quelques jours après, accompagnées d’un groupe de femmes, je me suis rendue dans un village voisin pour rencontrer une vieille dame afin qu’elle nous montre comment confectionner les foyers améliorés. De retour chez nous, nous nous sommes réunies pour nous exercer à la fabrication des foyers. Au début ce n’était pas facile car, quand nous les confectionnions, ça ne tenait pas. Mais avec les encouragements des passants et notre détermination à stopper l’avancée du désert, nous y sommes parvenues » .

Mme Zainata Baga, présidente de l’association Tarwendbonsgo.

Après s’être perfectionnée dans la fabrication des foyers, Mme BAGA, avec l’aide de ses collaboratrices, a voulu divulguer l’utilisation des foyers améliorés dans les ménages au sein de sa commune. Pour ce faire, elle a d’abord organisé des séances de sensibilisation auprès des femmes de la commune sur les conséquences de la coupe abusive du bois et leur a proposé une solution pour y remédier, en l’occurrence l’utilisation des foyers améliorés. Consciente de la modestie des moyens financiers de ces femmes, et dévouée pour la cause de l’environnement, elle a opté de les former gratuitement. Chacune devait cependant se doter de la terre issue des termitières, de la bouse de vache et des tiges fines, composants nécessaires pour constituer la pâte pour la fabrication des foyers.

Elle a réussi à former les femmes de tous les quartiers de la commune à la fabrication des foyers améliorés. C’est avec joie que celles-ci ont accueilli l’initiative et reconnaissent les avantages de l’utilisation de ces foyers.
Jeanne ZOUNGRANA, bénéficiaire de la formation, que nous avons rencontrée sous un arbre devant sa concession pendant qu’elle confectionnait son foyer, exprime sa joie et sa fierté : « Cette découverte nous aide beaucoup parce que nous constatons que l’utilisation de ces foyers allège nos souffrances. Nous n’avons plus besoin de passer nos journées en brousse pour charger de grandes quantités de bois dans des charrettes et faire plusieurs allées et venues, sachant qu’elles ne vont nous servir que quelques jours seulement. Avec ces foyers, juste avec quelques tiges de bois nous arrivons à faire la cuisine ; une fois le foyer chauffé on n’a plus besoin de beaucoup de bois. Par exemple, avant avec un fagot de bois je ne pouvais pas faire une semaine, mais maintenant je peux au moins aller à 10 jours avec un fagot. En outre, avec ces foyers nous n’inhalons plus beaucoup de fumée pendant la cuisine, parce que tout reste dans le foyer et nous arrivons à garder nos cuisines propres » .

Mme Zoungrana confectionnant son foyer devant sa concession.

Dans le dessein d’étendre cette action plus loin, l’association a obtenu un partenariat avec la Nouvelle-Aquitaine, qui lui a permis de parcourir 10 villages de la commune pour sensibiliser et former les femmes dans la confection et l’utilisation des foyers. Elles ont pu former 30 femmes par village. Cependant, par manque de financement elles n’ont pas réussi à partager leurs connaissances dans les huit villages restants, la commune comptant 18 au total.

Mme BAGA nous confie son ambition de parcourir les villages restants pour les formations mais reconnaît que ce ne sera pas chose aisée sans un soutien, parce que cela inclut des charges, comme le carburant par exemple, vu la distance entre les villages. « Nous serons fière de nous lorsqu’on aura couvert le reste des villages que nous n’avons pas touchés par la sensibilisation et le partage d’expérience. »

Les actions salvatrices de ce genre pour le développement se comptent par milliers dans nos communes rurales et nos villages. Identifier, accompagner et promouvoir celles-ci, voilà ce que devront faire toutes les bonnes volontés, que ce soit au niveau local que national.

Anaïs MONÉ, Observatrice Civitac, Plateau central

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Burkina Faso/PGPC-REDD+ : les comités communaux de gestion des plaintes dans la région du Sud-Ouest mis en place
Le Laboratoire Citoyennetés a mis en place les comités communaux de gestion des plaintes dans trois communes de la région du Sud-Ouest. Dernière région après celles de la Boucle du Mouhoun, du (...) Lire la suite
Burkina Faso : Les géologues réfléchissent sur leur rôle dans la production de ciment de qualité et la réalisation d’ouvrages pérennes
L’Association des géologues du Burkina Faso (AGBF) a organisé les 26 et 27 juin 2024, la 3e édition des journées du géologue. Le lancement des activités a eu lieu le mercredi 26 juin 2024 à Ouagadougou. (...) Lire la suite
Burkina Faso : A Ouagadougou, la réflexion se mène autour de la gouvernance inclusive des systèmes alimentaires
Le président de la Délégation spéciale (PDS) de la commune de Ouagadougou, Maurice KONATÉ, a procédé, ce mardi 16 juillet 2024, au lancement des dialogues alimentaires multi-acteurs de la ville. (...) Lire la suite
Toute l'actualité