Vous êtes ici: Accueil > Actualité > 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre (VBG) : (…)
16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre (VBG) : l’association Taafé Vision et l’Union Européenne jouent leur partition

En marge des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre (VBG), l’association Taafé Vision, en partenariat avec l’Union européenne, a organisé une activité le jeudi 30 novembre 2023, à Ouagadougou. L’ordre du jour de la rencontre a porté sur une projection de courts métrages suivie d’un panel. Cette activité a été placée sous la présidence de la ministre en charge du Genre, Nandy DIALLO/SOMÉ.

À l’initiative des Nations unies, la campagne de sensibilisation et d’action dénommée « 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre » a lieu chaque année, du 25 novembre au 10 décembre. Période au cours de laquelle de nombreuses institutions et associations mènent des actions pour sensibiliser au fléau des VBG et montrer leur engagement dans ce domaine.
À cet effet, l’Union européenne au Burkina Faso a proposé, pour la campagne 2023, plusieurs actions, dont l’organisation d’une projection de courts métrages sur les VBG, suivie d’un panel et d’un cocktail.

L’ambassadeur désigné de l’Union européenne au Burkina Faso, Daniel Aristi GAZTELUMENDI, a prononcé le mot de bienvenue de cette rencontre.

L’ambassadeur désigné de l’Union européenne au Burkina Faso, Daniel Aristi GAZTELUMENDI.

Dans son allocution, l’ambassadeur de l’UE au Burkina Faso a défini la situation que traversent les victimes de VBG comme étant un fléau. « C’est un fléau, la violence faite aux femmes et aux filles. C’est d’ailleurs l’un des piliers du programme des droits de l’Homme de l’Union européenne 2019-2027 ; l’un des chantiers qui nous occupent ici au Burkina Faso et un peu partout dans le monde », a-t-il affirmé. Il a par ailleurs félicité l’adoption de la loi portant prévention, répression et réparation des violences à l’égard des femmes et des filles ainsi que la prise en charge des victimes de ces violences.

Lire aussi : Burkina Faso : l’ONG Save the Children fait un bilan sur la situation mondiale des jeunes filles en 2023

Capture d’une image du film "Le poids du déshonneur" sur laquelle la victime de VBG est en pleurs.

L’objectif de l’activité, de façon générale, est de sensibiliser sur la question des violences de genre et de mobiliser toutes les parties prenantes pour une prévention et une prise en charge efficace des victimes. Spécifiquement, cette activité a eu pour objectif de donner la visibilité aux courts métrages engagés sur les VBG produits par les élèves réalisatrices de Taafé Vision, de lancer le débat sur la contribution du cinéma à la lutte contre les VBG et de penser des solutions pratiques aux problèmes soulevés dans les films.

En ce qui concerne les courts métrages projetés, il s’agit des films :
• « Le poids du déshonneur », de la réalisatrice Maïmouna LENGLENGUÉ, qui traite de violences conjugales, du rôle de la famille, des voisins dans ces cas de figure ;
• « Kanu », de la réalisatrice Adja OUATTARA, qui évoque les violences sexuelles en temps de guerre.

Les réalisatrices des deux courts métrages (l’une, Adja OUATTARA, avec le micro, l’autre, en tailleur pantalon noir blanc, Maïmouna LENGLENGUÉ) et leurs acteurs.

Pour la réalisatrice Adja OUATTARA, les personnes qui s’enrôlent dans les pratiques terroristes sont le plus souvent des victimes. Elles sont victimes du manque d’amour. « Si autour de nous nous essayons de semer de l’amour, nous récolterons des hommes empathiques pour une société plus paisible et harmonieuse. »

Lire aussi : Célébration des Journées internationales de la paix et de la tolérance : le ministère des Droits humains prêche la tolérance et le vivre-ensemble

Rosine LOMPO, Observatrice Civitac, Ouagadougou

Partager sur :

     

 

ACTUALITE
Atelier de formation des OSC à Réo : renforcer la veille citoyenne dans les nouvelles communes du PUDTR
Le Laboratoire Citoyennetés, en partenariat avec le Projet d’urgence de développement territorial et de résilience (PUDTR), a organisé, les 16 et 17 juillet 2024, à Réo, un atelier de formation à (…) Lire la suite
Burkina Faso/Plateau-central : la Délégation spéciale de Boudry tient sa deuxième session ordinaire 2024
La Délégation spéciale de la commune de Boudry s’est réunie pour sa deuxième session ordinaire de l’année 2024 les jeudi 11 et vendredi 12 juillet. Sous la présidence de Kiswendsida Théodore Kader (…) Lire la suite
Burkina Faso/Plateau-central : la Délégation spéciale communale de Zorgho lance une grande opération de curage des caniveaux
La Délégation spéciale communale de Zorgho a lancé le mercredi 17 juillet 2024 une grande opération de curage des caniveaux qui a mobilisé la population locale et différentes Organisations de la (…) Lire la suite
Toute l'actualité